Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2017 2 29 /08 /août /2017 16:25

 

CAHIER DES DOLEANCES DES HAUTOTAIS

 

PROCES VERBAL D’ASSEMBLEE

DE LA PAROISSE SAINT ANTONIN DE HAUTOT SUR SEINE

COMPOSANT LE TIERS ETAT

 

Aujourd’hui 29 mars 1789, en l’assemblée convoquée au son de la cloche en la manière accoutumée, tenue dans la nef de l’église de la dite paroisse, sont comparues Jean PAQUET, Guillaume FESSARD, Jean JOLLY, Pierre FLEURY, Robert LECLERC, Pierre PACQUET, Jacques MAZIER, Pierre GODFROY, Augustin PETIT VALLET, Jacques LECOFFRE, François HUBLE, Louis CHOUARD, Jean PICARD, Jean MUTEL, Charles LABBE, François DUBOSC, Jean-Baptiste HELLOUIN et Pierre BERENGER de ce lieu par-devant nous Charles Louis Adrien LECOMTE syndic de la municipalité de la dite paroisse, tous nés français, âgés de vingt cinq ans, compris dans les rôles des impositions, habitants de cette paroisse composée de 52 feux, lesquels pour obéir aux ordres de sa Majesté, portées par les lettres données à Versailles, le 24 janvier dernier, pour la convocation et tenue des Etats Généraux de ce royaume et satisfaire aux dispositions du règlement annexé ainsi qu’à l’ordonnance de Mr le lieutenant général civil du baillage de Rouen, du seize de ce mois, dont ils nous ont déclaré avoir une parfaite connaissance, tant pour la lecture qui leur en a été données le vingt de ce mois et le jour d’hui, lors de la messe paroissiale de ce lieu, et qui vient de leur en être données présentement, tant au ‘prône’(1) qu’à l’issue de la messe et pour l’affiche pareillement du dit jour vingt cinq de ce mois et le jour d’hui au portail de l’église de ce lieu, nous ont déclarés qu’ils allaient d’abord s’occuper de la rédaction de leur cahier de doléances, plaintes et remontrances; Et en effet y ayant vaqué, ils nous ont représenté le dit cahier qui a été signé par ceux desdits habitants qui doivent signer et par nous après l’avoir coté par première et dernière pages et paraphé ‘ne varietur’ (2) au bas d’y celles.

 

Duquel cahier la teneur suit

 

1) Le Seigneur de ce lieu est le Roi notre Souverain Seigneur qui nomme au ‘bénéfice cure’(3), en conséquence les rectifications et réparations, tant du cœur, nef que du presbytère tombent à notre charge

 

2) Mr de TREMAUVILLE, chevalier de Saint Louis, Seigneur de SAHURS jouit des droits seigneuriaux.

 

3) Le ‘bénéfice cure’(3), de ce lieu, compris le logement de Mr le Curé ne valent ensemble que quatre cent livres

 

4) Que nous estimons devoir être avantageux, pour l’Etat et tout à la fois utile pour le public, le changement absolue de la Régie des Bois et Forêts de Sa Majesté, vu qu’il est constant que les bois et forêts ne sont pillés et dévastés que parce que les riverains sont non seulement privés de leurs anciens droits de chauffages et pâturages mais parce que, par une régie mal entendue et aussi criante qu’elle est dure, on leur refuse l’argent à la main de leur délivrer du bois qu’ils ont à leur porte et ce dans le plus fort de l’hiver et qui ne leur en délivre qu’en avril souvent fini, lorsque les avides adjudicataires ne savent plus ou le placer c’est la véritable source de corruption et d’abus que l’on n’ose expliquer, mais que nous laissons à dévoiler au ministère

 

5) Qu’ils se croient favorisés du Roi si Sa Majesté daignait commuer la somme à laquelle nous sommes taxés pour l’entretien des chemins éloignés de trois lieux et quelquefois davantage qu’ils ne fréquentent jamais et les autorisent à employer cette même somme pour l’entretien du chemin du hallage des vaisseaux, venant de la mer apporter des approvisionnements de Rouen, Paris et autres endroits, qui règne le long de notre paroisse qui est coûteux aux propriétaires et mal entretenus, attendu que dans les grosses marées les terrains qui avoisinent le chemin en souffre beaucoup dans leurs récoltes, notamment le seul petit bien dont la communauté jouit et qui peut à peine suffire à l’entretien du nécessaire de l’église, qu’au moyen de cette mutation ils prendraient soin de conserver l’entretien par une chaussée pratiquée à la suite et à l’instar de celle que vient d’établir Mr le Marquis de SOQUENCE à l’aide de secours qu’il a reçu de l’Etat (4)

 

6) Que leur ancienne route, servant et traversant leur paroisse de la forêt au bord de la Seine se trouvant fermées par l’alluvion et absolument bouchée par la possession qu’en ont pris deux respectables personnages (5). Nous nous trouvons totalement privées d’eau dans l’été, pour les personnes et le bétail, et que s’il arrivait quelque incendie on n’aurait aucun secours

 

7) Que la privation de cette chaussée, qui a existé en entier du vivant des anciens et qui existe encore sauf le morceau de prairie qui la barre, entraine encore d’autres désavantages pour nous, en ce que nous sommes obligé de débarquer les matériaux et ustensiles nécessaires à tous usages de construction, ou réparations soit sur les quais de SAHURS ou du VAL DE LA HAYE distant d’une demi lieue, ce qu’on peut nous interdire à volonté

 

8) Nous demandons la suppression des mécaniques de toutes espèces à l’anglaise, et même le traités de commerce fait avec eux (6)

 

9) Que quoique malheureux et jouissants à peine du nécessaire à la vie, nous payons en soupirant les taxes qui nous sont imposées, mais que quelque pénible qu’elles puissent être, ce serait un motif de consolation pour nous de savoir que véritablement nous nous sacrifions pour notre Seigneur Roi et l’Etat et que les sommes enlevées du sein de nos familles malheureuses passent sans altération dans le Trésor Royal sans devenir la proie d’un nombre infini de gens affamés, qui brûlent sans cesse d’une soif qui n’éteindra jamais, par les précautions qu’ils prennent pour l’entretenir, par le grand usage du sel qu’il en font, et qui l’interdisent volontiers aux pauvres par le prix exorbitant qu’ils reportent en forçant les malheureux à se priver d’autres secours

 

10) Que s’il nous était permis d’user la liberté des dons de la nature et des fruits de nos travaux sans redouter un injuste procès, pour une pinte de vin, ou une livre de sel ou tabac, bue dehors, ou soit disant faux sel ou tabac de contrebande, au jugement d’un suppôt souvent soudoyé des Fermiers, nous payeront avec beaucoup plus de gaieté et de satisfaction ce que nous devons au Roi

 

Que pour obéir aux abus et aux malheurs qu’entraine la mendicité, on doit obliger les gens de mainmorte, les gros décimateurs (7), les abbés, prieurs commanditaires, les moines & notamment les commandeurs de l’Ordre de Malte de se dessaisir d’une somme suffisante prise exactement sur leurs biens et sous l’administration de deux notables et du curé de chaque paroisse, laquelle somme serait scrupuleusement employée aux secours des vrais pauvres ou malades

 

C’est pourquoi nous supplions MM composants les Etats Généraux de demander la suppression & abolition, entière des Fermes Générales que toutes marchandises soient libres dans toutes l’étendue du Royaume, si ce n’est celles allant et venant à l’étranger, que l’on établisse pour chaque individu un impôt ’personnel et réel’, à raison de son état et profession, pour tenir lieu de ses droits, un impôt sur chaque individu de tel état et à condition que ce soit, à raison de ses fonds ou de son occupation

 

Fait & arrêté le jour d’hui dimanche 29 mars 1789. Ensuite les dits habitants après avoir murement délibéré sur le choix de nos députés qui sont tenus de nommer en conformité des dites lettre du Roi et du règlement y annexé, les voix ayant été par nous recueillis en la manière accoutumée, la pluralité des suffrages s’est réunie en faveur des Sieurs Jean PAQUET et Jean-Baptiste FOLLY qui ont accepté la dite commission et ont promis de s’en acquitter fidèlement;

 

La dite nomination ainsi faite, les dits habitants ont en notre présence, remis aux dits Sieurs PACQUET et JOLLY.

 

 

(1) prône : prière dominicale de l'ancienne liturgie chrétienne formulée par le prêtre, elle pouvait contenir la lecture d'informations concernant la communauté ou celle des décrets et ordonnances épiscopales ou royales

(2) ne varietur : afin qu’il n’en soit rien changé

(3) bénéfice cure : charge d'âmes devant être comprise comme le devoir de s'occuper des paroissiens

(4) à la limite de Sahurs et Hautot reliant le chemin des fossés à la Seine

(5) MM Gruchet de Soquence et Le Couteulx

(6) référence au traité Eden-Rayneval, accord commercial signé entre la France et la Grande-Bretagne le 26 septembre 1786, il provoque, dès la fin de 1788, une vague française de bris de machines textiles

(7) les grosses dîmes qu’on levait sur les principaux revenus de la paroisse, comme le seigle, le blé et le vin

 

Cahier des doléances d'Hautot sur Seine

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Bernard SEILLE - dans histoire
commenter cet article

commentaires