Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 06:15

Les registres de la paroisse Saint Antonin d'Hautot sur Seine sont préservées depuis l'année 1680 ainsi que les comptes du Trésor de la paroisse de 1704 à 1793.

Le 18 juin 1680, Louis XIV désigne Jean De Conty comme nouveau curé de la paroisse Sant Anthoine d’Hautot-sur-Seine en remplacement de Pierre Barré décédé :

Mention de l’inhumation de Pierre Barré le 22/04/1680 : Registre des baptêmes, mariages et inhumations faits en la paroisse de Hotot sur Seine depuis l’inhumation de discrète personne Messire Pierre Barré prêtre curé dudit Hotot qui fut faite le vingt deux avril mil six cent quatre vingt

Les registres des baptêmes, mariages et décès compris entre 1593 et 1680 sont perdus.

Les curés et la paroisse d'Hautot-sur-Seine de 1680 à 1800

Nomination du nouveau curé de la paroisse St Anthoine d'Hautot par Louis XIV le 18 juin 1680

Les curés et la paroisse d'Hautot-sur-Seine de 1680 à 1800
Les curés et la paroisse d'Hautot-sur-Seine de 1680 à 1800

Louis, par la grâce de Dieu, Roy de France et de Navarre, A nôtre amé et féal conseiller en nos conseils, le sieur Archevêque de Rouen ou son grand vicaire, salut.

Étant bien informé de l'intégrité de vie et mœurs, piété, suffisance, capacité et autres vertueuses et louables qualités de Messire Jean de Conty, prêtre du diocèse de Lisieux ;

A ces causes, nous vous l'avons nommé et présenté, nommons et présentons par ces présentes signées de notre main, pour être par vous pourvu de la cure St Anthoine d'Hautot, en votre diocèse, vacant par le décès de Messire Pierre Barré, dernier paisible possesseur de la dite cure, à laquelle nomination et présentation nous appartient à cause de notre domaine ;

Pour dorénavant la desservir, en jouir et user, par le dit sieur de Conty, aux honneurs, autorités, prérogatives, prééminences, droits, fruits, profits, revenus et émoluments y appartenant, tels et semblables, dont a joui ou dû jouir le dit feu Barré ;

Nous vous prions et néanmoins mandons que le dit Conty, ou procurium (1) pour lui, (se trouve) agir à mettre et installer de par nous, en possession et saisine de la dite cure et d'icelle ensemble de tout ce qui en dépend, le fassions jouir et user pleinement et paisiblement ;

Cessant et faisant cesser tous troubles et empêchements quelconques, les solennités en tel cas requises gardées et observées, nonobstant clameur de haro (2), charte normande et lettres à ce contraires ;

Car tel est nôtre plaisir donné à Fontainebleu le dix huit juin, l'an de grâce mil six cent quatre vingt et de notre règne signé le XXXVIIème. « Louis »

 

1 procurium : éclaircir cette formulation de mise en possession

2 La clameur de haro est une protestation légale et suspensive ayant eu cours en Normandie, et maintenue seulement de nos jours aux îles Anglo-Normandes, par laquelle on somme quelqu’un de comparaître sur-le-champ devant un juge pour se plaindre en justice par action civile du dommage dont on affirme avoir souffert.

En attendant l’arrivée du nouveau curé, François Toutain est commis pour desservir le « bénéfice cure de Hottot sur Seine » jusqu’à la fin de l’année 1681.

 

Le château de Versailles, construit par Louis XIV, fut la résidence permanente des rois de France du 6 mai 1682 au 6 octobre 1789, à l'exception des quelques années de la Régence.

Jean De Conty est curé de Hautot sur Seine de 1680 à 1713

Le 3 novembre 1684, Nicolas Cousin est nommé à la chapelle de Saint-Pierre de Soquence, en la paroisse de Sahurs.

En 1691, à Hautot-sur-Seine, le curé poursuivra la restitution des deniers à la fabrique qui ont été employés à payer pour les habitants le quartier d’hiver des soldats.

Visite de la chapelle de 1692 : En exécution de l’ordre de monseigneur l’archevêque de Rouen en date du 15 juin 1692, les sieurs curé et trésoriers de l’église paroissiale et chapelle royale de saint Antonin de Hottot sur Seine, doyenneté de Saint Georges, présentent l’état des biens qui appartiennent à la fabrique de ladite église et chapelle royale ainsi qu’il en suit : Ladite fabrique possède cinq petites pièces de terre en nature, etc. etc.

En 1694 le registre de la paroisse recense 24 inhumations. Hautot-sur-Seine est touchée par la famine. La grande famine de 1693-1694 est due à un hiver très rigoureux en 1692, suivi en 1693 d'une récolte très médiocre, causée par un printemps et un été trop pluvieux, causant une flambée des prix des céréales et une sous-alimentation qui favorise les épidémies comme le typhus, jusqu'en 1694. La France, qui avait alors 20 millions d’habitants, eut 1 300 000 morts en plus de la mortalité normale. C’est la dernière famine à concerner Hautot-sur-Seine, non concernée par celle de 1709.

Les archives du Trésor d’Hautot-sur-Seine commencent en 1704.

A partir de 1704 Antoine Picard est trésorier, il est suivi de Charles Picard (1707 à 1709) et de Robert Petit Vallet (1710 à 1714).

Inhumation de damoiselle Madeleine de CONTY à Hautot-sur-Seine le 26/11/1709 : Le vingt six novembre mil sept cent neuf damoiselle Madeleine de CONTY âgée de soixante et quinze ans environ décédée le jour précédent a été inhumé dans l’église. J DE CONTY

Nous chanoine et grand archidiacre de l'église métropolitaine de Rouen, continuant le cours de nos visites, nous sommes ce jour d'hui transporté en l'église métropolitaine de Hotot sur Seine, où après avoir adoré le saint sacrement et visité les fonds baptismaux, avons ordonné que la clôture du cimetière serait incessamment réparée et que le trésorier actuellement en charge, mettrait son compte en état d'être par nous approuvé dans notre prochaine visite ce 17 octobre 1711. Voue de Tourouvre.

Aliénation en 1712 à Pierre Gruchet, sieur de Soquence, de la seigneurie directe sur l'Ile-aux-Oiseaux et sur 20 acres de communes à Hautot-sur-Seine.

Le 28 octobre 1713 le chanoine et grand Archidiacre Jean-Armand de La Voue de Tourouvre (1674-1733) de l’église métropolitaine de Rouen après avoir adoré le saint sacrement, visité le tabernacle et les fonds baptismaux, fait à l’issue de la grande messe une assemblée au son de la cloche. 

Inhumation de Jean De Conty curé, paroisse d’Hautot sur Seine le 06/11/1718 : Le dimanche sixième jour de novembre 1718 honorable homme Mr Jean DE CONTY prêtre curé de Hotot sur Seine âgé de 82 ans environ, décédé le jour précédent a été inhumé dans le chœur de l’Eglise aux présences de Mr le curé et vicaire de Sahurs et de Mr le vicaire du Val de la Haye et plusieurs de ses paroissiens.

Acte de baptême signé par Jean DE CONTY

Les curés et la paroisse d'Hautot-sur-Seine de 1680 à 1800

Carte d’Hautot-sur-Seine tirée d’une carte des environs de Rouen de 1716 : à cette époque le château n’est pas construit et un chemin part du perron de l’église vers la forêt. L’actuel manoir des Farceaux n’est pas encore construit, l’enclos passant par son emplacement, enserre un grand bâtiment le long du côteau. D’autres enclos, dessiné en rouge entourant les fermes, forment le lieudit « le Village ».

Les curés et la paroisse d'Hautot-sur-Seine de 1680 à 1800

Charles De Conty est curé de Hautot-sur-Seine de 1713 à 1740

Trésorier pour 1714 et 1715 : Pierre Chouard

A Hautot-sur-Seine le 2 juin 1715 Jacques Le Couteulx (1706-1768) et Marie Louise Le Couteultx (1704-1762) sont parrain et marraine de Jacques Bernard Lefebvre.

Trésorier pour 1716 et 1717 : Jacques Vivier

Trésorier pour 1718 et 1719 : Jean Levasseur (qui décède en février 1719)

Trésorier pour 1719 : Jacques de Lyle (de mars à octobre 1719)

Trésorier pour 1719 et 1720 : Christophe Tribout (jusqu’en juin 1721)

Trésorier pour 1721 et 1722 : Ambroise Petit Vallet

Trésorier pour 1723 et 1724 : Louis Picard

Acte de baptême du 30 avril 1723 signé par Charles DE CONTY

Le 9 décembre 1723 le doyen de St Georges ordonne l’acquisition d’un coffre fermé à deux clés

Trésorier pour 1725 et 1726 : Nicolas Picard (jusqu’en juin 1727)

En 1726 Le Roi est patron. Monsieur de Brévedent de Sahurs est le seigneur de Hautot. 190 h

9 juin 1726 délibération consentant que Mr Le Couteulx fasse bâtir une chapelle attenante à l’église avec les ouvertures nécessaires sur icelle pour y assister aux offices et y avoir sépulture si besoin, obligeant le dit Le Couteulx à entretenir ladite chapelle à ses frais, entendu que la porte se fera en dehors de l’Eglise dans le cimetière.

Trésorier pour 1727 et 1728 : Pierre Gena

Trésorier pour 1729 et 1730 : Pierre Paquet (jusqu’en mai 1731)

Trésorier pour 1731 et 1732 : Ambroise Durand

Trésorier pour 1733 et 1734 : Pierre Chouard

Trésorier pour 1735 et 1736 : Jean Picard (jusqu’en juin 1737)

Trésorier pour 1737 et 1738 : Nicolas de La Ville

Trésorier pour 1739 et 1740 : Didier Lhuillier (les deux exercices annuels sont désormais précisés)

L’an 1739 le 7ème jour de juillet nous François-Christophe Terrisse (1704-1785) (Abbé commandataire de l'abbaye de Saint-Victor - Membre fondateur de l'Académie de Rouen) pr(euv)e docteur de la maison et société de Sorbonne abbé de Chalivoy chanoine, grand archidiacre et vicaire général de Rouen, au cours de notre visite avons approuvé le compte rendu de l’autre part et ordonné que la couverture du clocher sera incessamment réparée.

Inhumation de Charles De Conty curé, paroisse d’Hautot sur Seine le 20/10/1740 : Le jeudi 20 octobre 1740 a été inhumé par Mr FEREY curé de Petit Couronne dans l’église de cette paroisse le corps de Mr Charles DE CONTY curé de ladite paroisse décédé le jour précédent âgé d’environ 58 ans muni des Saints Sacrements. Présence des soussignés FEREY, DOURY et CARPENTIER.

Les curés et la paroisse d'Hautot-sur-Seine de 1680 à 1800

Pierre Le Cointe est curé de Hautot sur Seine de 1740 à 1764

Trésorier pour 1741 et 1742 : Laurent Fleury

Trésorier pour 1743 et 1744 : Antoine Petit Vallet

Trésorier pour 1745 et 1746 : Charles Picard

Trésorier pour 1747 et 1748 : Louis Fessard

Trésorier pour 1749 et 1750 : Louis Durand

 

 

La contre table du grand autel de la dite église a été donnée par Monsieur Jean Ethienne le Couteulx ancien échevin de la Ville de Rouen rue aux ours, ainsi que le tableau d’icelle le 1er novembre 1750.

Trésorier pour 1751 et 1752 : Jean Paquet

Trésorier pour 1753 et 1754 : Jacques Fessard

Trésorier pour 1755 et 1756 : Jean Picard fils de Nicolas

Trésorier pour 1757 et 1758 : Claude Abraham De Laville

Trésorier pour 1759 et 1760 : Pierre Fleury

Trésorier pour 1761 et 1762 : Jacques Manoury

    : Réparation du chœur en chancel par Jacques Dupont charpentier, achat d’un coffre

Trésorier pour 1763 et 1764 : Augustin Petit Vallet

Inhumation de Pierre Le Cointe, paroisse d’Hautot sur Seine le 15/10/1764 : Ce lundi quinze octobre 1764 a été inhumé dans le chœur de cette église le corps de monsieur Pierre LE COINTE curé de cette paroisse, lequel est décédé avant-hier muni des Saints Sacrements, âgé de cinquante sept ans, par monsieur le curé de Montigny, doyen de St Georges en présence des soussignés : PHILIPPE curé du Val de la Haye, DUVAL prêtre vicaire de Sahurs, BOUGEANT doyen de St Georges, DESMARAIS prêtre.

Acte d’inhumation signé par Pierre LECOINTE

Les curés et la paroisse d'Hautot-sur-Seine de 1680 à 1800

Guy Charles Hüe de la Mêlièse est curé de Hautot sur Seine de 1765 à 1775

Trésorier pour 1765 et 1766 : Adrien Petit Vallet

Trésorier pour 1767 et 1768 : Pierre Paquet (d. 1792)

Tous les deux ans les comptes sont signés par l’ensemble des anciens trésoriers de la paroisse.

29 juin 1766 réunion à l’appel du curé des propriétaires et habitant de la paroisse au sujet de dégâts sur le presbytère. Signature de De Grouchet, Bailly de Sahurs et de Soquence. L'ancien presbytère est situé au 25 de la rue Saint Antonin.

Le 29 août 1768, c’est Gui Charles HÜE DE LA MÊLIESE curé de Hautot sur Seine qui officie à l’inhumation de Jacques LE COUTEULX, second propriétaire du château d’Hautot-sur-Seine à Oissel décédé subitement sur le chemin fendant de la paroisse d’Hautot sur Seine à l’Essart.

Trésorier pour 1769 et 1770 : Pierre Chouard
Trésorier pour 1771 et 1772 : Antoine Fessard
 

Le 22 octobre 1772 G. C. HÜE DE LA MÊLIESE officie avec CAUMONT curé de Grand Couronne et PICARD curé de Sahurs à l’inhumation de Georges PHILIPPE curé de la paroisse Saint-Jean du Val de la Haye, mort subitement en son presbytère à l’âge d’environ 72 ans, suivant le permis d’inhumation de Jean Jacques Constant RENARD, conseiller du Roi, commissaire enquêteur de police.

Le 4 septembre 1773 il participe à l'Eglise de Bardouville à l'inhumation du seigneur d'Hautot sur Seine Messire Henry Charles Jean François de BREVEDENT conseiller honoraire au Parlement de Rouen, Chevalier premier seigneur et patron de cette paroisse de Berville sur Seine, de Sahurs et de Hautot décédé du jour d'avant hier, muni des sacrements de pénitence d'eucharistie et d'extrême onction.

Trésorier pour 1773 et 1774 : Guillaume Fessard

Inhumation de Guy Charles Hüe de la Mêlièse curé, paroisse d’Hautot sur Seine le 12/04/1775 : Le mercredi douzième jour d’avril 1775 a été inhumé dans le chœur de cette église par nous curé de Varengeville doyen de doyenné de St Georges le corps de Guy Charles HUE DE LA MELIESE curé de cette paroisse décédé le jour précédent âgé d’environ cinquante sept ans muni des sacrements de l’Eglise en présence de Charles HUBERT curé de St Pierre de Boscroger, de Louis Alexandre LE BLANC curé du Val de la Haye et de Pierre HUE DE LA MELIESE son frère.

Acte de baptême signé par Gui Charles HÜE DE LA MÊLIESE

Les curés et la paroisse d'Hautot-sur-Seine de 1680 à 1800

Nicolas Dominique Deshayes est curé de Hautot sur Seine de 1775 à 1794

Nomination par Louis XVI le 7 mai 1775 : Louis par la grâce de Dieu Roi de France et de Navarre nomme Nicolas Antoine Dominique Deshayes prêtre de la Cure de Hautot sur Seine vacante en votre diocèse par décès, l’an de notre règne le premier, car tel est notre plaisir.

Signature de Louis XVI

Trésorier pour 1775 et 1776 : Jérôme Christophe Sucré

Trésorier pour 1777 et 1778 : Jean Joly

Trésorier pour 1779 et 1780 : Pierre Godfroy (jusqu’en juin 1781)

1er novembre 1780 délibération pour clore le puits commun donnant sur le grand chemin de Hautot à Sahurs à la place de la marelle actuelle et de l’élever et d’installer une poulie pour éviter les accidents

Annonces, affiches et avis de la Haute et Basse Normandie du 27 juillet 1781 : A vendre une petite Ferme, à Hautot-sur-Seine, occupée par le sieur Antoine Fessard ; elle consiste en masure plantée, & bâtiments à usage d’icelle, 2 acres de prairies & 2 & demi-vergée de terre labourable ; le bail finit à la S. Michel 1782 : il y a toute sureté dans l’acquisition. S’ad. A M. Quimbel, propriétaire au petit Bouvreuil ; ou à MM. Decaen & Castel, Notaires

Trésorier pour 1782 et 1783 : Charles Picard (jusqu’en juin 1783)

7 février 1782 délibération au sujet du bail à passer devant les notaires royaux du « pré au clerc » pour neuf années jusqu’en 1791 au sieur Charles Le Compte Cordier pour 50 livres par an  (NB d’autres parcelles sont louées à des hautotais comme le « pré au flore », le « pré Notre Dame)

4 janvier 1784 délibération au sujet des 46 acres de communes que la paroisse souhaite conserver

22 août 1784 délibération pour la diligence à faire la chaussée vers la Seine et charge Monsieur Jean Marie Anne Henry Delapierre, écuyer receveur général des fermes, à Rouen de la requête. (signe par procuration de Monsieur Le Couteulx du Moley en date du 26 mai 1780)

Trésorier pour 1784 et 1785 : Jean Durand (jusqu’en juin 1785)

Trésorier pour 1786 et 1787 : Robert Leclerc (jusqu’en juin 1787)

24 juin 1787 délibération pour le remplacement des deux cloches par refonte des anciennes

Trésorier pour 1788 et 1789 : Jacques Le Coffre (jusqu’en juin 1789)

Trésorier de juin 1789 à juin 1791 : Jean-Antoine Paquet

Compte de la refonte et augmentation (de matière) des deux cloches pour un coût de 797 livres et 15 sols. Participations des propriétaires dont MM de Trémauville, de Soquence et Delapierre.

Le décret du 2 novembre 1789, met les biens ecclésiastiques à la disposition de la Nation.

 

Registre des délibérations du conseil municipal : Deux février 1790.

Je soussigné prêtre curé de la chapelle royale et paroissiale de Hautot sur Seine, déclare avec vérité que mon bénéfice ne consiste qu’en la dîme sans nulle réserve, que cette dîme est louée par bail devant notaire la somme de cinq cents livres qu’en outre elle consiste en mon logement, un jardin et une petite masure en coteau et un morceau de terres en labour de trois vergées, lesquels apanages et appartenances sont estimés par les préposés à ce sujet, la somme de six cents livres. J’observe que sur le total ci-dessus, il me reste à charge les réparations locatives sans d’ailleurs nulle référence, soit sur lequel, pas même une seule messe d’obligation, sauf les dimanches et fêtes. Lesquels attestés véritables à Hautot sur Seine le deux février 1790. Signé Delahaye curé de Hautot (…). La présente déclaration ci-dessus, a été lue, publiée et affichée ce jourd’hui dimanche dix février 1790 par nous syndic municipal de ladite paroisse de Hautot. Soussigné Charles Le Comte Syndic.

 

Le décret du 20 avril 1790 qui confie l’administration des biens mis à la disposition de la nation aux administrations de département ou de district, précise que, par dérogation, les fabriques demeurent administrées comme antérieurement (par les conseils de fabrique).

23 mai 1790 le Maire Charles Le Comte préside le vote des anciens trésoriers désignant le nouveau trésorier Jean-Baptiste Froment pour 1791 et 1792.

Serment à la Constitution civile du clergé, 26 décembre 1790

 

Loi relative au serment à prêter par les évêques, ci devant archevêque et autres ecclésiastiques ‘fonctionnaires publics’ donné à Paris le 26 décembre 1790

 

En conséquence du décret ci-dessus, le Sieur DESHAYE curé de Hautot sur Seine lequel a donné et prêté serment ainsi qu’il suit dont il nous a priés de l’inscrire à nos archives

 

Messieurs,

 

Elevé dans la religion catholique apostolique et romaine j’ai toujours pris, j’en appelle à vous-même, les moyens d’instruction et d’exemple qui ont été en mon pouvoir, pour vous conduire et vous maintenir dans cette religion, sainte de nos pères.

Pourrais je, sans vous insulter, ne pas vous croire partager avec moi cette anxiété accablante qu’icelle aujourd’hui vingt neuf, et dans mon âme, l’ordre précis de la loi, qui exige de moi un témoignage non équivoque de ma soumission à cet ordre.

Ce serait vouloir vous tromper de chercher à dissimuler le trouble dont mon cœur est agité depuis plusieurs jours et j’en prends pour garant de vos sentiment le témoignage de vos yeux. Mais il est temps de rétablir le calme et le moment est arrivé ou guidé par la vérité je dois m’expliquer à la face de cette paroisse, le désir que la prudence m’a fait chercher avec soin les mouvements de mon cœur que j’ai laissé librement parler 

Ma conscience, dont j’écoute scrupuleusement le secret, et ce sincère et désintéressé  témoignage, sont devenus pour moi des motifs de consolation que je ne dois ni vous taire ni vous dissimuler.

Je croyais, d’après cela, pouvoir cesser de craindre et damner de mon esprit le trouble qui l’agite, mais un motif plus consolant encore vient à leur appui pour me déterminer, motif d’après lequel je n’existe plus et sur lequel je pense, fusse éloigné du pas que je vais faire, sauf respect humain.

C’est messieurs la déclaration solennelle qu’a fait la Assemblée Nation-ale assemblée de n’entreprendre rien sur le spirituel de l’Eglise. C’est la promesse solennelle qu’elle a fait de vivre et mourir dans son sein, dans ce même esprit de religion, d’amour et de paix dont elle nous promet l’exemple, dans lequel je proteste vouloir vivre et mourir, dans le lequel je me ferais un devoir sain de vous entretenir de toute mes forces. Je procède avec sincérité à ce serment que vous attendez de moi et qu’on en exige. C’est avec confiance qu’au pied des autels d’un Dieu scrutateur sévère de mon cœur et du votre, bien assuré, que dans la rigueur de sa justice suggère vos sentiments et les miens, que je jure de remplir mes fonctions avec exactitude, d’être fidèle à la Nation, à la loi et au Roi et de maintenir de tout mon pouvoir la Constitution décrétée par l’Assemblée Nationale et acceptée par le Roi.

 

Signé DESHAYE curé de Hautot avec paraphe.

 

Approuvé deux mots rayé nul

 

La présente copie conforme à l'original nous a été remise et déposée à nos archives par nous Maire et officiers municipaux de la paroisse de Hautot le 23 janvier 1791 soussignés

Fleury, Leclerc, Paquet, Sucré fils greffier, Adrien Duménil, Charles LECOMTE Maire

 

Extrait du journal de Rouen du 11 février 1791 :

M le curé de Hautot-sur-Seine a prêté le serment civique

Les curés et la paroisse d'Hautot-sur-Seine de 1680 à 1800

Par le décret de l'Assemblée nationale du 20 septembre 1792, la tenue officielle des registres est retirée aux curés et remise aux maires dans le cadre de l'état civil.

3 août 1793 délibération du conseil général de la commune d’Hautot sur Seine présidé par le Maire Jean-Antoine Paquet sur les comptes de la fabrique.

Le décret du 3 novembre 1793 (13 brumaire an II) déclare propriété nationale tous les actifs des fabriques. Les fabriques sont rétablies par le Concordat, signé par le Pape et le premier Consul en 1801.

11 ventôse an II (01/03/1794) le citoyen Nicolas Antoine Dominique DEHAYE ministre du culte catholique de la commune se conforme aux lois, proteste ne plus vouloir exercer aucune fonction curiale et remet les clés de l’église.

11 messidor an III (29/06/1795) le citoyen Nicolas Antoine Dominique DEHAYE ministre du culte catholique déclare qu’il désire exercer le culte, ce qui lui est accordé.

La Constitution du 5 fructidor an III (22 août 1795) crée une municipalité de canton avec des représentants des communes (l’agent communal). Hautot fait partie du Canton de Canteleu.

21 brumaire an IV (12/11/1795) élection de l’agent municipal Nicolas Antoine Dominique DEHAYE. 

La loi municipale du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800), rétablit les communes, la gestion cantonale du Canton de Canteleu est supprimée, l’agent municipal devient Maire.

Partager cet article
Repost0

commentaires