Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 décembre 2001 1 31 /12 /décembre /2001 06:16
L'année 2001 à Hautot-sur-Seine

Photographies prises lors de repas de fin de mandat offert par le Maire Louis du Boullay :

L'année 2001 à Hautot-sur-Seine
L'année 2001 à Hautot-sur-Seine
L'année 2001 à Hautot-sur-Seine

Décès le 17 février 2001 de Yolande (TASSET) LANGUET, Conseillère municipale de mars 1989 à décembre 1996. Elle repose au cimetière d’Hautot-sur-Seine.

Infos d’Hautot n°1 de l’été 2001 : Madame Yolande LANGUET

La présidente d’honneur des « chênes de la boucle » est partie en ce début d’année laissant dans la douleur, famille et amis. Pour avoir tant œuvré dans la vie d’Hautot, beaucoup la connaissait. En 1977, elle s’intéresse déjà à la commune, élue conseillère municipale en mars 1989 et réélue « haut la main » en 1995, elle s’occupe de ses pôles d’attraction : jeunesse, sport, scolarité, travaux et enfin affaires sociales et solidarité. Ceci l’amène à créer le club des « Séniors » en 1994. Elle y sera présente, avec toute son élégance, tant que la maladie ne la rattrapera pas et nous garderons en mémoire son grand sourire.

Lors des élections municipales du 11 mars 2001deux listes se présentent :

ENSEMBLE pour HAUTOT sur SEINE avec Louis du BOULLAY, maire sortant comme tête de liste.

Les principaux objectifs concernent la communication, l’école, les jeunes, la gestion du patrimoine, l’environnement, l’intercommunalité …

DEVELOPPEMENT PATRIMOINE ET HARMONIE avec Nicolas BOULEIS, Président de l’association « Jeunesse et nature » comme tête de liste.

Le programme porte sur la maîtrise des dépenses communales (renégociation du contrat Smedar, baisse du prix de l’eau), la restructuration des services techniques le développement des relations sociales, la sauvegarde de l’école, le réaménagement du village et l’aide à l’emploi.

Les onze candidats de la liste ENSEMBLE pour HAUTOT sur SEINE sont élus.

 

 

Par la suite Nicolas BOULEIS, sera Maire de Flancourt-Catelon (Eure) de 2008 à 2014, commune de 485 habitants, devenue en janvier 2016 une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Flancourt-Crescy-en-Roumois.

Le Conseil Municipal installé le 16 mars 2001, est composé de Bruno ARRIAGA (Maire),  Gilles BOURDEAU, Jean-Claude HUE, Florence (GRAS) LHOMME (2ème adjointe), Alain LANGLOIS, Maryse (MEUNIER) LEMARCHAND, Philippe LEMERCIER (1er adjoint), Laurence (PETIT) LENFANT, Catherine (RECHER) SEILLE (3ème adjointe), Christiane (FERCOQ) SOUDE & Louis THILLAYE DU BOULLAY.

 

Suite à la réunion du 11/05/2001, un nouveau bureau du comité des fêtes a été constitué

Infos d’Hautot sur Seine n°1 de l’été 2001 : L’interview de notre Maire Bruno Arriaga

Ce vendredi soir 8 juin 2001, notre nouveau Maire, Bruno Arriaga, nous accorde une interview à son domicile.

Infos d’Hautot : Bonsoir M. le Maire et merci de nous accorder cet entretien. Pouvez-vous présenter à nos lecteurs ?

Bruno Arriaga : Tout d’abord, je tiens à vous dire que je suis content d’accueillir les représentants du journal d’Hautot-sur-Seine. Il est bon que notre village puisse bénéficier d’un relais d’informations. Je suis né le 25 juillet 1958 au Havre. Je suis marié et j’ai 2 grands enfants scolarisés : Julien (17 ans) et Samuel (15 ans). Je suis actuellement cadre à la SNCF, basé à Evreux. Je fais régulièrement de la course à pied (semi-marathon). J’aime aussi le jardinage et la lecture (romans de David Lodge), mais le temps me manque.

Infos d’Hautot : Afin de mieux vous connaitre, pouvez-vous nous donner des indications sur votre parcours personnel et votre formation ?

Bruno Arriaga : Mon père était chef de chantier et ma famille l’a suivi dans ses déplacements fréquents. A 11 ans, j’ai poursuivi ma scolarité en pension à Chalons-sur-Marne (51). J’ai un frère et une sœur. Je me suis engagé dans la marine nationale à l’âge de 18 ans pour 5 ans. Mes ports d’attache étaient, entre autres, Cherbourg, Brest et Toulon. 3 mois après avoir souscrit un nouvel engagement militaire de 5 ans, j’épouse Patricia dans la ville de Brest et je quitte l’armée pour entrer à la SNCF. Entré en qualité de contrôleur et basé à Rouen, j’ai suivi le soir les cours du CNAM pendant 14 ans. J’ai ainsi complété ma formation théorique en obtenant un DUT électronique, puis une maîtrise en mesures et contrôles industriels. Enfin, j’ai obtenu le diplôme d’ingénieur électronicien. Mon évolution en interne m’a amené au poste d’ingénieur électronicien. Domicilié d’abord à Déville-les-Rouen puis à Maromme, j’ai ainsi travaillé en bureau d’études de Rouen puis Paris pendant 9 ans, direction de recherche et de l’ingénierie SNCF. Je suis actuellement chef d’unité à Evreux depuis octobre 2000. C’est un travail de grande responsabilité puisqu’il s’agit d’assurer la sécurité, la maintenance et les travaux du domaine ferroviaire sur un large territoire. J’assure cette mission en coordonnant le travail de 20 agents SNCF. Il me faut organiser, déléguer, être connecté aux réalités des marchés, toutes choses qui me sont utiles aujourd’hui dans mon rôle de Maire. Aujourd’hui, mon travail m’impose des contraintes de déplacements et d’astreintes et donc un manque de disponibilités. Pour m’occuper au mieux des affaires de la mairie, j’ai souhaité  bénéficier du crédit d’heures légales de 56 heures (non payées) par trimestre. Ce qui, avec les journées RTT (récupération du temps de travail) me permet d’être présent une journée complète en semaine au village. J’ai également demandé ma mutation vers Rouen dans un nouveau fonctionnel. Cette mutation devrait être effective pour la fin de cette année. (mettre la carte de visite)

Infos d’Hautot : Depuis quand êtes-vous installé à Hautot-sur-Seine ?

Bruno Arriaga : Nous avons acheté notre maison à Hautot-sur-Seine en décembre 1998. Vivant en appartement à Maromme, nous venions souvent nous promener et pique-niquer dans le secteur. Nous avons eu un coup de cœur pour cette maison et pour le village. Rapidement, nous avons participé aux différentes manifestations organisées, ce qui nous a permis de rencontrer beaucoup de personnes. Dès juillet 1999, ma femme Patricia a rejoint le comité des fêtes.

Infos d’Hautot : Comment vous est venu le souhait de vous engager dans la vie municipale ?

Bruno Arriaga : J’ai rapidement été contacté et sensibilisé par certains conseillers municipaux en place pour intégrer l’équipe municipale à l’occasion des élections de mars 2001. Il est vrai que j’étais conseiller municipal à Maromme depuis 1994. Je me suis donné le temps de la réflexion en famille avant de m’engager. Par ailleurs, j’ai toujours été intéressé par la politique au vrai sens du terme. Je me suis laissé tenter par l’aventure malgré les retentissements prévisibles sur mon travail. Il n’est pas simple d’exercer les fonctions d’élu en même temps qu’une activité professionnelle très dense.

Infos d’Hautot : 3 mois après votre élection, quelles sont vos premières impressions à l’exercice de votre mandat ?

Bruno Arriaga : Je m’attendais à la charge de travail que j’ai trouvée. Ma plus grande surprise a été d’être vite confronté à de multiples petits soucis du quotidien. Ainsi je suis sollicité pour des problèmes de voisinage (bruits, animaux, etc.). J’ai également constaté qu’il n’est pas forcément évident de trouver des solutions simples pour des sujets qui semblent simples. Les accords ne sont pas toujours faciles à trouver. Alors il est plus que jamais nécessaire de laisser s’exprimer les gens pour trouver la bonne solution ou le meilleur compromis. Par ailleurs je suis très bien seconder par mon premier adjoint et les adjointes, ainsi que les conseillères et conseillers municipaux. A mon avis, nous avons la chance d’avoir un conseil municipal mixte, jeune et connecté aux réalités. J’ai eu la chance d’être très bien guidé par M. Louis du Boullay, Maire sortant, ce qui m’a permis de prendre le relais des affaires en cours dans d’assez bonnes conditions. Les adjoints et moi-même exerçant une activité professionnelle, il est nécessaire de mettre en place une organisation structurée. Ainsi, je souhaite m’appuyer beaucoup sur le travail des élus dans les commissions animées par les vice-présidents qui ont un rôle important. Ceci correspond à ma conception de ce que doit être le fonctionnement démocratique d’un conseil municipal.

Infos d’Hautot : Quel axe de développement vous semble stratégique ?

Bruno Arriaga : Il me semble utile de développer encore l’intercommunalité. Cela est nécessaire si nous voulons nous développer, ainsi que pour gérer les contraintes réglementaires. En effet, les investissements financiers requis sont tels qu’une commune ne peut rester isolée si elle veut évoluer. Je suis donc favorable à la démarche qui a mené à la création du SIVOM des Manoirs, et je pense qu’il faudra aller plus loin dans cette voie. Toutefois j’envisage d’informer et de consulter les villageois si besoin, sur les grandes décisions

Infos d’Hautot : Sur quels autres sujets travaillez-vous actuellement ?

Bruno Arriaga : Les sujets sont nombreux évidemment, mais à titre d’exemple nous souhaitons définir une orientation pour l’urbanisation, c'est-à-dire les règles à fixer en matière de constructions nouvelles. Concernant l’école, le vœu du Maire et de conseil municipal et que l’école soit maintenue à Hautot-sur-Seine. Nous travaillons actuellement sur les différentes possibilités sur les années à venir, en concertation avec les parents d’élèves et les enseignants

Infos d’Hautot : Quel message souhaitez vous faire passer à nos lecteurs ?

Bruno Arriaga : Je crois qu’il est important de maintenir le côté rural et l’identité de notre village, tout en soutenant la vie associative, créatrice d’animations et de rencontres. Il faut continuer dans ce sens et avoir de l’ambition pour notre village. Celui-ci est déjà bien connu, grâce notamment aux manifestations du château et aux différentes activités professionnelles, je citerai par exemple le centre équestre.

Infos d’Hautot : M. le Maire nous vous remercions de nous avoir accordé un peu de votre temps. Nous vous laissons le mot de la conclusion

Bruno Arriaga : En ce qui me concerne, j’en suis encore au stade de la découverte mais je progresse au fil des dossiers. Je suis curieux et mon enthousiasme est intact.

Propos recueillis par Gilles Bourdeau, Maryse Lemarchand, Eliane Sroka

Le Conseil Municipal du 27 avril 2001 signe une convention avec Air Normand, intégrant le groupe de nez de la commune, pour surveiller la qualité de l’air.

Pot de départ d‘Hautot-sur-Seine de Patrick OLLIVIER du 18 juin 2001 :

Infos d’Hautot n°1 de l’été 2001 : Il ne peut pas nous faire ça !

Lundi soir 18 juin, salle Maurice Brunel à partie de 20 heures, une trentaine de personnes attendent. Après y avoir regardé à deux fois : mais oui ! Ce sont les membres du comité des fêtes du village, leurs conjoints et Mr et Mme Bellanger de l’A.D.M.R. !!! Mais qu’attendent-ils ? Que font-ils ? MOTUS et BOUCHE COUSUE ! On peut vous le dire maintenant, ils ont fait une surprise à Patrick Ollivier et son épouse pour leur départ d’Hautot. Vers 20 heures 30, les protagonistes arrivent. Patrick était une personne importante au sein de notre commune, mais, je laisse la parole au vice-président du comité des fêtes, José Raillot, qui a préparé un discours en son nom et, chacun de nous, pense la même chose de ce personnage qui a marqué la vis du village. « Patrick, Il y a des rencontres qui comptent, la tienne en est une. C’est grâce à toi que plusieurs, parmi nous, ont pu rencontrer la vis communale en tant que conseiller, la vie associative en tant que bénévole, la vis de résidents en tant qu’habitants. D’une manière différente. Pourquoi ? Parce que tu laisses aux autres le soin de prendre la part qu’ils veulent bien prendre ou qu’ils peuvent prendre. Effectivement, pour recevoir, il faut donner. D’un calme olympien et d’une disponibilité sans horaire, tu as donné à ce village beaucoup.

Dans le cadre de Maire Adjoint, tu as organisé le bien être et su pallier les défaillances de santé des uns et les défaillances de temps des autres. Tu as éclairé certains d’entre nous sur les rouages financiers de notre commune en nous associant au budget, à tout ce qui se faisait ou se préparait, en mettant du mieux vivre par l’annualisation du temps de travail des employés communaux.

Dans le cadre de représentant A.D.M.R. sur Hautot, nombre de nos anciens te sont reconnaissant, ce que tu pouvais, tu l’as fait et des fois plus encore.

Dans le cadre de Président du comité des fêtes, tu as su redynamiser un ensemble de proches et de bénévoles pour créer, pour imaginer. Le salon du mariage : nous avons pu soutenir l’idée innovante de Brigitte. Le jardin fait salon : nous avons pu soutenir l’idée intéressante de Christiane. Et puis joueur, on a fini par trouver nos marques avec le loto : le château était plein et l’ambiance chaude à volonté. Et pour continuer la tradition de l’entrecôte, cette fois, c’est nous qui nous sommes portés volontaires pour te soutenir dans ta chute (humour). De cela nous te remercions car à chaque fois, ce que nous faisions était encadré par une organisation impeccable et surtout il y avait du plaisir pour nous et pour ceux qui y participaient. Il s’agissait toujours de se rencontrer. Et puis nous avons pu grâce à toutes et tous mettre de la vaisselle, des réfrigérateurs, des meubles gratuitement au château, à la salle annexe afin de prévoir les prochaines fêtes ensemble.

Je sais que tu n’aimes pas être mis sous les feux des projecteurs. Mais ce soir, nous tes amis, nous voulions partager cette soirée avant que tu ne partes de ce village. Le premier journal d’Hautot sera la récompense d’efforts fournis et d’idées communes, il te sera dédié. Saches que tu es membre Hautotais d’honneur car tu as mis ta pierre et que tu as collaboré à ce que ce village vive. Nous t’attendons à toutes nos manifestations. Et puis, si tu as le temps pour un petit main … Dernier mot : Merci à ton épouse, tes enfants et tes amis de t’avoir prêté pendant ces longs moments.

Le Conseil Municipal du 22 juin 2001 décide des travaux à réaliser sur le pignon de la maison du CCAS qui menace de s’effondrer. Ces travaux sont réceptionnés en octobre.

 

Cet été, Paris Normandie part à la rencontre des villages de l’agglomération, de ces terroirs de plus en plus prisés des citadins, amateurs de vie nature.

Paris Normandie du 5 septembre 2001 : Hautot-sur-Seine le village gaulois

C’est l’histoire d’un homme de Maromme qui un jour en se promenant à Hautot-sur-Seine est tombé amoureux du village, s’y est installé voici trois ans. Aujourd’hui il en est le maire. Bruno Arriaga « horsain », chef d’unité à la SNCF d’Evreux, sorti vainqueur des urnes en mars dernier. Il ne regrette pas son choix même s’il a dû s’appliquer cette draconienne : le jour au travail, le soir à la mairie. Dans ce coin de verdure en bordure de Seine, c’est un peu le village gaulois. Tout le monde se connaît et surtout tout le monde aime sa commune. Alors forcément, ici on s’intéresse toujours à ce que décide le « chef ». La mairie a beau être grande comme une épicerie de campagne, il y a toujours des habitants aux séances du conseil municipal. Evoquer la richesse associative de la commune est un autre moyen de découvrir l’intérêt de l’Hautotais pour son clocher. Les habitants rédigent un petit journal d’information : « Les infos d’Hautot-sur-Seine ». Dans un récent numéro, on pouvait y lire une interview du maire. On y annonçait aussi l’entrecôte party d’hier dimanche. A Hautot-sur-Seine il y a belle lurette qu’il n’y a plus de commerces. Même pas un troquet. Les Hautotais font leurs courses au Val-de-la-Haye ou à Sahurs. En revanche il y a toujours une école, dont la cour vient d’être équipée de nouveaux jeux. « On a dû se battre pour que l’école ne ferme pas. La classe unique compte quinze élèves en maternelle et douze élèves en primaire. Nous avons signé une convention avec notre voisine Sahurs. A la rentrée, nous accueillerons six enfants de Sahurs en maternelle », précise Bruno Arriaga. Quelques artisans et un grand centre équestre se sont installés dans la commune qui sait préserver son image de coin de campagne proche de la ville. Les équipements n’ont rien de démentiel ; un terrain de football et une petite salle des fêtes. Membre du Sivom (syndicat intercommunal à vocation multiple) des manoirs de la vallée chargé du ramassage des ordures ménagères. Hautot-sur-Seine songe à son avenir : « Nous n’avons pas fait le choix d’intégrer la communauté d’agglomération rouennaise. Notre développement passe, je pense, par l’intercommunalité », plaide le maire.

 

Paris Normandie du 17 octobre 2001 : La départementale 51 rouvre vendredi

Depuis le premier trimestre 2001, une maison du XVII° siècle, située en bordure de la route départementale  51, attirait l’attention de la municipalité. En mars dernier, un devis était établi après l’apparition de fissures sur la bâtisse, Philippe Lemercier, premier adjoint au maire, fut alors chargé du dossier. Sans doute en raison d’un trafic routier plus important qu’à l’accoutumée, le 22 juin dernier cette maison, propriété du CCAS de Hautot-sur-Seine, menaçait de s’effondrer. La municipalité a alors décidé d’étayer le pignon. Les étais traversant la RD51 ont nécessité la mise ne place d’une déviation. L’architecte des Bâtiments de France a été contacté car la propriété est situé dans le périmètre de l’église classée monument historique. Il a autorisé la reconstruction du pignon de la maison, mais en retrait à deux mètres pour faciliter l’élargissement de la RD 51. Les travaux ont débuté à la date prévue et devraient être terminés le vendredi 19 octobre au soir. Le coût du chantier est de 300 000 F. La subvention de l’Etat s’élève à 50 %, mais celle du conseil général n’est toujours pas connue, malgré les nombreuses demandes du maire, Bruno Arriaga. Le Département devrait pourtant souhaiter que la circulation soit rétablie le plus rapidement possible. En effet, cette route est très fréquentée. En semaine, par les habitants de Saint-Pierre-de-Manneville et de Sahurs qui se rendent à Rouen, et le week-end par de nombreux touristes attirés par les paysages classés de la Boucle de Roumare.

Le Conseil Municipal du 22 juin 2001 valide la construction d’une aile attenante à la Maire pouvant accueillir un transformateur électrique. Le Conseil Municipal du 12 octobre 2001 délibère sur la convention avec EDF pour l’installation du transformateur. Les travaux du transformateur de la Mairie et de l’aménagement d’un local communal adjacent démarrent le 19 novembre.

Le Conseil Municipal du 24 août 2001 approuve la convention avec la commune de Sahurs pour l’accueil d’enfants de Sahurs à l’école maternelle d’Hautot sur Seine.

Le Conseil Municipal du 16 novembre 2001 décide de la mise en place d’une carte communale, document d'urbanisme simplifié dont peut se doter une commune qui ne dispose pas d'un plan local d'urbanisme.

Un arbre pour chaque bébé de l’an 2000 le 19 novembre 2001:

Madame, Monsieur,

Pour fêter les 12 naissances de l’an 2000, le Conseil Municipal (avec le concours du Conseil Général) a souhaité financer la plantation d’un arbre pour chaque enfant concerné. 8 arbres fruitiers seront donc plantés dans l’enceinte de l’Ecole communale Maurice Genevoix, et 4 arbres d’essences locales sur le site de l’ancienne décharge en reboisement. Aujourd’hui, nous avons reçu les arbres, et j’ai la joie de vous convier le samedi 1er décembre 2001 à 11H00 à l’école, pour la plantation de l’arbre lié à la naissance de votre enfant. Vous êtes invités à participer à la plantation proprement dite, donc n’hésitez pas à venir en tenue de jardinage et avec une pelle pour reboucher le trou déjà préparé pour votre arbre. Pour fêter l’événement, nous prendrons ensuite un vin d’honneur ensemble à l’école. Souhaitant vous compter parmi nous en cette sympathique occasion, nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, en l’expression de nos salutations sincères.

Bruno ARRIAGA, Maire.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires