Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 août 2019 3 07 /08 /août /2019 09:12

Jean-Claude MARTEL-BAUSSANT (11/09/1930 - 19/11/1997)

16ème Maire de Hautot sur Seine du 11 mars 1983 au 25 juin 1997. Il a pour 1er Adjoints successifs Omer BOURDEAU (1929-2012) du 11 mars 1983 au 16 juin 19 95 et Jean-Marie LEGRAS du 16 juin 1995 au 25 juin 1997. Il a pour 2ème Adjoints successifs René BOUTIN du 11 mars 1983 au 16 juin 1995, Alain LANGLOIS du 16 juin 1995 au 13 février 1997 et Patrick OLLIVIER du 13 février 1997 au 25 juin 1997. Il a pour 3ème Adjoint Nicole MARTIN du 11 mars 1983 au 17 mars 1989.

Jean-Claude Marte l-Baussant est à l'initiative de l'achat du château en 1987 au Département de Seine-Maritime. La population de Hautot sur Seine passe de 278 habitants en 1982 à 352 habitants en 1999. 

Le Conseil Municipal installé le 11 mars 1983 est composé de Jean-Claude ADAM, Robert BAUSSANT (1914-1990), Omer BOURDEAU (1929-2012), René BOUTIN, Jean-Marie GILAUT (1939-2010), Jacques LAGNEL, Alain LANGLOIS, Jean-Marie LEGRAS, Jean-Claude MARTEL-BAUSSANT (Maire), Nicole (GAUDEFOY-DEMOMBYNES) MARTIN & Louis THILLAYE DU BOULLAY (1925-2013).

Le Conseil Municipal du 14 avril 1983 décide de l’honorariat de Maurice BRUNEL et de la pose d’une plaque commémorative des anciens combattants d’Algérie sur le monument aux morts. Le Conseil Municipal du 29 juin 1983 décide de l’implantation de 3 panneaux d’affichage aux nouveaux lotissements et à école.

Le Conseil Municipal du 23 septembre 1983 décide de la construction d’un bâtiment scolaire de type préfabriqué se composant de deux classes dont une maternelle et ses annexes. Il est décidé de l’installation d’un restaurant scolaire dans la classe actuelle. Lors du Conseil Municipal du 14 octobre 1983 la construction de l’école maternelle est attribuée à l’entreprise DASSE pour un montant de 343 940 Euros. Le conseil Municipal sollicite la procédure d’urgence. Il est procédé au recrutement du personnel affecté à l’Ecole.

Le Conseil Municipal du 31 octobre 1983 accepte le projet de restauration des vitraux de l’église et du clocheton de l’église.

Le Conseil Municipal du 1er juin 1984 choisit l’écrivain Maurice Genevoix comme dénomination de l’école d’Hautot-sur-Seine. La société La Normande est choisie pour la restauration scolaire en remplacement de Bar de la Marine.

Le Conseil Municipal du 1er février 1985 donne son agrément pour négocier l’acquisition de la propriété départementale, estimée par l’administration du Domaine à environ 900 000 Fr, qui pourrait accueillir la nouvelle mairie, de nouveaux bâtiments …

Le Conseil Municipal du 1er février 1985 décide de nommer la place de la Mairie, place Georges Poullard, père et fils, maires, Sous réserve d’acceptation de la famille. 

Le 15 février 1985, les personnes âgées de Hautot-sur-Seine sont reçues par le Premier Ministre Laurent Fabius à Matignon.

Le Conseil Municipal du 5 juillet 1985 décide de la création d’une nouvelle décharge communale clôturée réservée aux seuls habitants d’Hautot à côté de l’ancienne décharge. Il est également décidé la restauration des registres d’état civil.

Lors du Conseil Municipal du 28 mars 1986, une minute de silence est observée afin d’honorer la mémoire de Monsieur Maurice Brunel, Maire honoraire, décédé le 19 février dernier. Le logement de Maurice Brunel, situé dans la cour de l’Ecole est attribué à Monsieur Cardin, employé municipal.

Le Conseil Municipal du 28 mars 1986 vote des travaux de réfections de la rue des Fendanges, de la rue de l’Ancien Vignoble et de la rue de l’école accédant au parking (pour moitié dépendant de Sahurs).

Jean-Claude Martel-Baussant Maire de Hautot-sur-Seine de 1983 à 1997 (1/2)
Jean-Claude Martel-Baussant Maire de Hautot-sur-Seine de 1983 à 1997 (1/2)
Jean-Claude Martel-Baussant Maire de Hautot-sur-Seine de 1983 à 1997 (1/2)

Conseil Municipal du 28 mars 1986 : acquisition de la propriété départementale :

A la demande du Conseil, Monsieur le Maire a réalisée une étude approfondie pour l’acquisition de la propriété départementale, il présente un dossier chiffré et un avant projet d’aménagement :

  • Cession d’une trentaine de terrains constructibles aménagés dans le parc, avec espaces verts communaux
  • Cession ou location de l’actuelle mairie trop petite
  • Location de bureaux à l’étage du château
  • Location d’une dalle des fêtes en rez-de-chaussée
  • Aménagement d’une nouvelle mairie, en rez-de-chaussée avec ses annexes
  • Réalisation d’un court de tennis et d’un terrain de volley-ball
  • Fin de l’exonération d’impôts locaux dont bénéficie cette propriété qui représente un manque à gagner de 15 à 20 000 F par an
  • Location de quatre logements
  • Ce projet favorise l’élargissement du CD n°51 (rue Saint Antonin) et le recentrage de la commune.

Après en avoir, délibéré, le Conseil Municipal, à l’unanimité retient ce projet, se prononce pour l’acquisition de la propriété départementale et confère à Monsieur le Maire toutes délégations utiles à cette réalisation.

Les Conseils suivants de l’année 1987 renouvellent l’accord pour l’achat du château et du parc, au fur à mesure de l’évolution du dossier. Il est prévu que les frais d’entretien et de personnel, soit un employé à temps complet, seront couverts par les locations. L’acquisition se fait en décembre 1987, via un acte administratif entre la commune et de département de la Seine Maritime, sans passer par un notaire. Le Département a conditionné la vente du château, à la non-réalisation d’un lotissement communal autour de celui-ci, au prix de 950 000 Fr payables en cinq annuités.

Lors du Conseil Municipal du 17 janvier 1987, il est annoncé la suppression du passage d’eau piéton d’Hautot sur Seine, qui va néanmoins se poursuivre grâce à l’intervention du Maire jusqu’à la fin du fermage.

Le Conseil Municipal du 19 juin 1987 décide de construire un nouveau bâtiment scolaire incluant un restaurant scolaire. La commune peut supporter un emprunt correspondant à un remboursement de 75 000 Fr par an pour financer l’acquisition de la propriété départementale à 950 000 Fr et la réalisation du nouveau bâtiment scolaire à 620 000 Fr. La construction est faite pendant les vacances scolaires.

Le Conseil Municipal du 19 juin 1987 donne également son accord pour la réalisation de l’assainissement de la commune par le Syndicat Intercommunal. Le Conseil Municipal du 25 septembre 1987, acte l’acquisition par la commune de la parcelle AC 114, sans héritiers, située en dessous de la Sente du Mont Miré.

Le Conseil Municipal du 11 décembre 1987 vote les prix de location des salles du château et donne son accord pour l’implantation du Musée des Pompiers dans les communs de la nouvelle propriété communale.

Lors du Conseil Municipal du 17 juin 1988 Monsieur le Maire donne un état détaillé des dépenses effectuées pour le château, dont 205 000 Fr de travaux neufs.

Le Conseil Municipal du 3 mars 1989 est informé du démarrage prochain de la station d’épuration d’ Hautot-sur-Seine devrait commencer sous peu. Hautot-sur-Seine et Montville restent en lice pour l’installation d’un Musée des pompiers.

Jean-Claude Martel-Baussant Maire de Hautot-sur-Seine de 1983 à 1997 (1/2)

BILAN DE LA GESTION COMMUNALE 1983 A 1989 :

 

Il m’a été demandé de rappeler le bilan du Conseil Municipal sortant. Je vous le présente non sans une certaine fierté mais aussi avec la conscience que l’œuvre entreprise est à poursuivre. Je ne pouvais pas commencer sans évoquer la mémoire de Monsieur Maurice BRUNEL, Maire Honoraire, a qui j’ai succédé et dont le travail a favorisé ces réalisations. J’espère avoir la possibilité de lui rendre l’hommage qu’il mérite. Je dirai peu de choses sur les travaux d’entretien des bâtiments communaux et de la voirie, quel maire actuel ne l’aurait pas fait ? Cependant, il faut noter la réfection de toute la rue du Rouage, de la rue de l’Ancien Vignoble, de la rue des Fendanges jusqu’au terrain de sport, l’aménagement d’une aire de stationnement pour le car place Poullard, la pose de panneaux améliorant la sécurité. Citons aussi l’installation de l’éclairage public rue du Moulin du Temple, la réalisation de l’espace vert du lotissement le Buisson, la plantation de bosquets arbustifs à la mairie et à l’église. Quant à la vie communale, disons que le Comité des Fêtes, subventionné par le Conseil Municipal organise avec succès les réjouissances communales, les tournois sportifs, les jeux de cartes etc. La coopérative scolaire anime les fêtes des enfants. Toutes occasions de rencontres amicales et souriantes. Disons aussi que les personnes âgées ont été reçues tant à Matignon qu’à l’hôtel de Lassay et que le C.C.A.S. que je préside a eu réputation de les gâter.

GRANDS TRAVAUX. Rappelons que j’ai vivement sollicité et obtenu la réalisation du perré en bord de Seine, sur crédits d’Etat, réalisation qui a considérablement amélioré notre environnement.

EGLISE. D’importants travaux de rénovation et de mise en valeur de ce monument historique ont été poursuivis grâce à la participation active de la commune. Les vitraux ont été restaurés et remis en place, le retable, les peintures murales, les sculptures ont retrouvé leurs splendeurs, qu’on peut admire sur demande.

ECOLE. Vous le savez, je le confesse sans honte et je l’assume devant mon conseil, j’aime les enfants. Dans leurs yeux je cherche notre avenir et leurs sourires me confortent dans mon action.

Aussi, après de longues et difficiles négociations, ai-je obtenu de l’Education Nationale, la création d’une classe maternelle. Restait alors à réaliser un bâtiment neuf comprenant deux salles classe, une salle de jeux et des toilettes et pourvoir à son équipement. Ce fut chose faite pour la rentrée de janvier 84 avec en plus un service de restauration scolaire aménagé dans l’ancienne classe et un service de garderie. Un nouvel agent communal fut embauché pour l’école. Le nombre croissant d’enfants nous amenait droit au projet de création d’une seconde classe primaire. Après de longues et difficiles négociations avec l’Education Nationale, je l’obtins. Restait alors à réaliser un second bâtiment neuf comprenant une grande salle de restaurant scolaire avec annexes à aménager, un bureau, des toilettes et une grande salle de classe à équiper de neuf. Ce fut chose faite pour la rentrée scolaire de septembre 1987. Entre temps, un parking, une nouvelle entrée, un chemin piétonnier étaient aménagés pour une meilleure sécurité, et des plantations effectuées. Depuis, une aire de jeux d’extérieurs avec structures à grimper pour la classe maternelle a été réalisée ainsi qu’un bac à sable. Le fleurissement n’a pas été oublié. Aujourd’hui, près de soixante enfants fréquentent l’école toute équipée de neuf. Plus de quarante y prennent leurs repas (plus de 5 000 par an sont servis par deux agents communaux et une stagiaire TUC. Les enfants du primaire peuvent aller à la piscine un semestre par an, grâce au dévouement de Madame la Directrice qui l’a organisé à la satisfaction de tous, un 2° séjour en classe de neige leur a profite cette année.

SUBVENTIONS. Acquisition de la Propriété Départementale et son aménagement en salle polyvalente et mairie annexe. J’ai réussi à convaincre le Conseil Municipal de cette acquisition. Je pense qu’aujourd’hui nul ne le regrette. D’importants travaux y ont déjà été réalisés, la plupart d’entre vous a pu le constater au hasard de cérémonies officielles, de locations ou de fêtes et d’expositions animées par les associations locales. Je vous renvoie au document que je vous ai adressé en fin d’année. Dois-je rappeler que ces réalisations ont été faites sans augmenter les taux d’impositions, sans contracter les emprunts votés (le Conseil Municipal a estimé à 50 000,00 F. annuels d’intérêts économisés par an), en gérant au mieux, au plus serré, l’autofinancement, la récupération de la T.V.A. et les multiples subventions sollicitées et obtenues. Ce type de gestion est rendu possible grâce à la compétence et la performance des services communaux. Je me devais de le dire.

BILAN FINANCIER. Pour l’exercice 1984, je vous annonçais la bonne nouvelle de la baisse des taux fixés par le Conseil Municipal : de 1,1 de la taxe d’habitation (taux ramené à 14,40 %), de 2,5 de la taxe foncière sur les propriétés bâties (taux ramené à 28,20 %), de 1,1 de la taxe professionnelle (taux ramené à 11,40 %). Lors de la réunion du Conseil Municipal du 3 mars 198 fixant le budget primitif de la commune pour l’exercice 89, j’ai convaincu mes collègues de baisser à nouveau les taux. Baisse rendue possible par une gestion rigoureuse et pointue mais aussi par les rapports du château. Ainsi vous aurez la bonne surprise de voir votre taux d’imposition de la taxe d’habitation ramené à 13,20 % (très proche de la moyenne départementale) et la taxe foncière sur les propriétés bâties ramenée au taux de 26,00 %. Ces baisses de taux devraient compenser largement les réévaluations du montant des bases fixées par le budget de l’Etat.

PROJETS. Si vous reconduisez notre mandat, nous poursuivrons l’aménagement du château pour une meilleure utilisation en équilibrant actions culturelles locales ou de détente et location ; l’aménagement de plusieurs petits lotissements privés ou communaux de qualité, l’aménagement d’un terrain omnisports ; en relation avec le Syndicat Intercommunal d’Electricité que je préside, l’achèvement de l’éclairage public ; en relation avec le Syndicat Intercommunal d’Adduction d’Eau Potable et d’Assainissement que je préside, l’installation en plusieurs étapes de l’assainissement (tout à l’égout) ; la venue du Musée des pompiers ou projet voisin en assurant la promotion de la vie culturelle et sportive tout en préservant le site en maintenant la paradoxale vocation de Hautot sur Seine, aire de repos en maintien rural et commune suburbaine.

Voilà le résumé succinct de l’action que j’ai menée avec mon Conseil Municipal.

Le Maire J.C. MARTEL BAUSSANT.

Jean-Claude Martel-Baussant Maire de Hautot-sur-Seine de 1983 à 1997 (1/2)
Partager cet article
Repost0

commentaires