Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 août 2021 1 23 /08 /août /2021 04:16
Les vieilles portes des enclos d’Hautot-sur-Seine
Les vieilles portes des enclos d’Hautot-sur-Seine

Les portes du chemin de la Croix Blanche

Les vieilles portes des enclos d’Hautot-sur-Seine

La porte du chemin des Fossés

Les vieilles portes des enclos d’Hautot-sur-Seine

La grande porte des Farceaux

Les vieilles portes des enclos d’Hautot-sur-Seine

La porte de la rue du Rouage

Les vieilles portes des enclos d’Hautot-sur-Seine

La porte des communs du Château

Les vieilles portes des enclos d’Hautot-sur-Seine

La porte du Centre Technique

Partager cet article
Repost0
13 août 2021 5 13 /08 /août /2021 04:48

Le Conseil Municipal du 20 décembre 1862 approuve le legs de Mme Fizeaux de la Martel comprenant la chapelle privée avec ses ornements, le cimetière, et le « clos sous la vigne centenaire »  d’une superficie de 96 ares, 65 centiares. Le terrain permet d’accéder à la chapelle, via la chaussée d’Hautot. Il sert d’herbage, puis aux festivités de la fête patronale.

La Place Poullard à Hautot-sur-Seine
La Place Poullard à Hautot-sur-Seine
La Place Poullard à Hautot-sur-Seine
La Place Poullard à Hautot-sur-Seine

En 1970 le terrain est aménagé en parking, les travaux d’aménagement sont réalisés par la société SOMACO.

Photographie de juin 1973

Photographie de juin 1973

La Place Poullard à Hautot-sur-Seine
La Place Poullard à Hautot-sur-Seine
La Place Poullard à Hautot-sur-Seine
La Place Poullard à Hautot-sur-Seine
La Place Poullard à Hautot-sur-Seine
La Place Poullard à Hautot-sur-Seine
La Place Poullard à Hautot-sur-Seine
La Place Poullard à Hautot-sur-Seine
La Place Poullard à Hautot-sur-Seine

Le Conseil Municipal du 1er février 1985 décide de nommer la place de la Mairie, place Georges Poullard, père et fils, Maires, sous réserve d’acceptation de la famille. Le 28 juin 1987 la Place Poullard est inaugurée avec l’apposition des plaques. Le Conseil Municipal du 17 novembre 1989 approuve les travaux de mise en place de l’éclairage public de la Place Poullard, réalisés par le syndical intercommunal dédié.

La Place Poullard à Hautot-sur-Seine
La Place Poullard à Hautot-sur-Seine
La Place Poullard à Hautot-sur-Seine
La Place Poullard à Hautot-sur-Seine
La Place Poullard à Hautot-sur-Seine
LA MEULE DU MOULIN DU TEMPLE

LA MEULE DU MOULIN DU TEMPLE

La Place Poullard à Hautot-sur-Seine
La Place Poullard à Hautot-sur-Seine
La Place Poullard à Hautot-sur-Seine
La Place Poullard à Hautot-sur-Seine

L’aménagement d’un massif de fleurs, Place Poullard, a été réalisé au printemps 1996. Le Conseil Municipal du 5 juillet 1996 décide de la remise en état du revêtement de la Place Poullard. Celui du 25 mars 1997 décide de l’installation d’un panneau de basket Place Poullard et celui du 12 novembre 1997 décide de l’installation de potelets Place Poullard. Le remplacement de la borne forain et le démontage de l’ancien coffret « disgracieux » sont réalisés en 2003. A la même époque, ont été réalisés la création d’un arrêt de bus couvert et son éclairage.

Le Conseil Municipal du 25 juin 2013 est informé du déplacement de la colonne de ramassage du verre sur la place Poullard, la colonne de ramassage de vêtements pouvant être installée avec.

Partager cet article
Repost0
3 août 2021 2 03 /08 /août /2021 04:19

Dans le cimetière de l’église d’Hautot-sur-Seine, le monument funéraire de Louis Lézurier (1765-1852) et de son épouse Constance Delapierre (1776-1848) est surmonté d’une statuette avec la  mention « caritas nunquam excidit ».

La charité ne passera jamais à Hautot-sur-Seine

La mention est extraite de la Bible : corinthiens 13.8 

« caritas numquam excidit sive prophetiae evacuabuntur sive linguae cessabunt sive scientia destruetur » : La charité ne périt jamais. Les prophéties prendront fin, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra. En février 2016 un congrès international s’est déroulé au Vatican sur ce thème : « La charité ne passera jamais (Co 13,8) : Deus caritas est ; les perspectives 10 ans après ».

La charité ne passera jamais à Hautot-sur-Seine

De nombreux indices suggèrent que cela pourrait être une œuvre de Félicie de Fauveau (1801-1885), nièce de Constance Delapierre.

Félicie de Fauveau fait des choix audacieux en affirmant son indépendance, tout d’abord en choisissant de sculpter et ensuite par ses choix e vie. Elle va rester célibataire toute sa vie, attachée à l’amour de sa vie la Comtesse de la Roche-Jacquelin, en ne dépendant d’aucun mari mais en travaillant avec son frère Hippolyte comme assistant. Elle va s’installer ensuite à Florence où l’aristocratie de l’Europe entière viendra lui commander des œuvres. On sent toute sa passion pour le Moyen-Age, et en particulier pour la Quattrocento italien. 

La charité ne passera jamais à Hautot-sur-Seine

Le premier indice est la ressemblance des deux personnages de l’allégorie avec Félicie de Fauveau elle-même et son frère et assistant Hippolyte. On peut même interpréter la pose comme l’idée que se fait Félicie d’elle-même et du statut d’assistant de son frère.

PORTRAIT DE FELICIE DE FAUVEAU

PORTRAIT DE FELICIE DE FAUVEAU

La charité ne passera jamais à Hautot-sur-Seine
La charité ne passera jamais à Hautot-sur-Seine

Photographie d’Hippolyte de Fauveau (1804-1887)

La charité ne passera jamais à Hautot-sur-Seine

Si l’on retient l’hypothèse de la composition familiale, le troisième personnage est la nièce de Félicie de Fauveau, Marie Le Masson (1844-1851) qui repose également dans le cimetière de l’église d’Hautot-sur-Seine.

La charité ne passera jamais à Hautot-sur-Seine

Le dernier indice est l’ange ou chérubin avec des ailes. C’est l’indice le plus probant, on peut considérer que ce thème est la marque de Félicie de Fauveau depuis le décès de son neveu François Bautte de Fauveau en 1848. On le retrouve d’ailleurs gravé sur le monument de Marie Le Masson.

La charité ne passera jamais à Hautot-sur-Seine
La charité ne passera jamais à Hautot-sur-SeineLa charité ne passera jamais à Hautot-sur-Seine
La charité ne passera jamais à Hautot-sur-Seine
La charité ne passera jamais à Hautot-sur-Seine
Partager cet article
Repost0
19 juillet 2021 1 19 /07 /juillet /2021 03:55
PHOTOGRAPHIE DE DANIEL CLERC DE 2011

PHOTOGRAPHIE DE DANIEL CLERC DE 2011

La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
PHOTOGRAPHIE DE CHRISTELLE MICHEL

PHOTOGRAPHIE DE CHRISTELLE MICHEL

La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine

Extraits du film l’Ours et la Poupée tourné en 1969

La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
photographie Fernande Obselin

photographie Fernande Obselin

La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
PHOTOGRAPHIE DE DANIEL CLERC DE 2011

PHOTOGRAPHIE DE DANIEL CLERC DE 2011

La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine

Le Conseil Municipal du 12 juillet 1979 choisit le nom de Rue des Templiers pour le Chemin Départemental n°51. Le Conseil Municipal du 25 janvier 1980 modifie son choix avec le nom de Rue Saint-Antonin, le sa int patron d’Hautot-sur-Seine. La rue Saint Antonin est la partie du CD 51 située entre l’intersection avec le chemin de la croix blanche vers Sahurs et l’intersection avec le chemin des fossés vers Val de la Haye.

Le Conseil Municipal du  25 mai 2000 examine le projet de traversée de la commune présenté par le CAUE. Le Conseil Municipal du 8 novembre 2000 vote une demande de subventions pour les aménagements du CD 51 sur la base du projet du CAUE, ce projet restera sans suite, faute de financement.

Le 01 janvier 2016, l’entretien de la voirie départementale, dont le CD 51, est transféré à la Métropole Rouen Normandie.

La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine

 

 

 

 

 

L’emplacement réservé n°9, figurant au Plan Local d’Urbanisme au bénéfice de la Métropole Rouen Normandie, a pour vocation de permettre la réalisation d’un projet de requalification de la rue Saint-Antonin par l’élargissement de la voirie et l’aménagement d’un cheminement piéton sur une surface de 395 m² grâce à l’acquisition d’une bande de 1,5m le long de la voirie existante.

La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
la même bâtisse côté rue

la même bâtisse côté rue

La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
La rue Saint Antonin à Hautot sur Seine
Partager cet article
Repost0
14 juillet 2021 3 14 /07 /juillet /2021 04:44
Visite de Darya du château d'Hautot-sur-Seine
Visite de Darya du château d'Hautot-sur-Seine
Visite de Darya du château d'Hautot-sur-Seine
Visite de Darya du château d'Hautot-sur-Seine
Visite de Darya du château d'Hautot-sur-Seine
Partager cet article
Repost0
12 juillet 2021 1 12 /07 /juillet /2021 04:29
Village Connexion au château d’Hautot-sur-Seine
Village Connexion au château d’Hautot-sur-Seine

Paris Normandie du 27 juin 2021 : Une fête au château pour récolter des livres

Mariam et Pierre Hauguel habitent Hautot-sur-Seine depuis près d’un an. Ils sont venus s’y installer pour profiter du calme, de la campagne et de la proximité avec Rouen. Le premier confinement a été l’occasion pour le jeune couple de s’interroger sur le sens qu’ils souhaitaient donner à leur vie. Pour Mariam, venue du Mali pour rejoindre son mari, apporter une aide à son village natal, Kora, est apparue comme une évidence. Ce village malien compte près de quatre fois plus d’âmes qu’Hautot. C’est comme cela que l’association « Village connexion » est née.  (*)

Danse, concert et défilé de mode : « Il me fallait aider à l’éducation de la jeunesse qui à son tour aidera au développement du village. Ainsi les jeunes se sédentariseront et n’auront pas de projet d’émigration. L’éducation passe par la culture et les apprentissages. Nous voulons donc, Pierre et moi envoyer des livres au Mali ». Quatre-vingts jeunes maliens de Kora ont donc construit une bibliothèque. « Pour qu’elle vive, il faut y mettre des livres… ». Une soirée au château : Pour cela, une soirée solidaire est organisée au château de Hautot le vendredi 2 juillet dès 18 heures. Le programme est chargé et varié : atelier de danse, série de concerts, défilé de mode, marché artisanal malien, restauration, expositions de photos d’artistes togolais et maliens. On parle même d’une réplique d’un mariage à Bamako. La commune, qui soutient l’action, a mis gracieusement à disposition son château, son parc du matériel scénique. « Le but est de faire rentrer des fonds ».

 (*) Association déclarée en préfecture le 20 avril 2020. Objet : aide au développement éducatif, culturel et sanitaire dans le village de Kora (Mali)

Village Connexion au château d’Hautot-sur-Seine
Village Connexion au château d’Hautot-sur-Seine
Partager cet article
Repost0
22 juin 2021 2 22 /06 /juin /2021 04:17
La sente du Mont Miré à Hautot-sur-Seine

Le sentier du Mont Miré figure sur le cadastre napoléonien de 1812. Il a été recensé comme le chemin n°11, lors de la classification des chemins communaux adoptée par le Conseil Municipal du 9 février 1833. Il ne figure pas dans les recensements ultérieurs, mais reste sur le cadastre avec cette identification de sente communale n°11.

La sente du Mont Miré à Hautot-sur-Seine

Le Conseil Municipal du 7 mai 1960 délibère à propose de la parcelle qui appartenait à Mr Zacharie Lemire  ou à ses héritiers sans règlement de ses impôts fonciers qui doit être considérée comme faisant partie du patrimoine communal. Le Conseil Municipal du 25 septembre 1987, acte l’acquisition par la commune de la parcelle AC 114, sans héritiers, située en dessous de la Sente du Mont Miré.

La sente du Mont Miré à Hautot-sur-Seine

Le Conseil Municipal du 19 décembre 2014 vote un projet d’effacement des réseaux de la sente du Mont Miré, juste avant le transfert de compétence voirie à la Métropole. Au final l’opération ne s’est pas faite.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2021 6 12 /06 /juin /2021 05:03

J’ai fait connaissance avec Ida Beauvallet, comme beaucoup d’habitants venus d’horizons divers s’installer à Hautot-sur-Seine, comme vendeuse de calendriers au profit de l’Association des Aides à Domicile en Milieu Rural (A.D.M.R.) de la boucle de Sahurs. D’ailleurs, à l’occasion d’une de ses tournées avec Réjane Dupressoir, elle se blesse chez moi dans les escaliers extérieurs non éclairés l’hiver.

Mes souvenirs d’Ida BEAUVALLET présidente du Club des Chênes

Sortie annuelle des Chênes de la Boucle du 22 novembre 2012

Etant secrétaire de l’association des usagers des bacs à partir de 2007, j’ai bénéficié de son soutien local pour une cause qui la touchait dès la création de l’association en 2003.

Infos d’Hautot n°6 de l’automne 2003 : cri de révolte d’une habitante d’Hautot-sur-Seine

Le 30 juin 2003 à 20 h 30, je suis allée à la réunion qui avait lieu à Sahurs, concernant les bacs de notre région. Hélas, je n’y ai retrouvé que peu de monde de notre village, ce qui est dommage. Il faut bouger ! Plus de bac et voilà la rive droite coupée de la rive gauche. Ne laissons par faire cette chose ! Pensez à nos travailleurs. Pour eux le bac est un raccourci important. Un autre point : le bac, pour notre région, est une curiosité. Pour nos petits-enfants, c’est aussi un plaisir quand ils nous disent « Chouette, on va prendre le bac ! » Quand je pense à ma jeunesse, où nous n’étions pas encore envahis par les voitures, il y avait les trois bacs et les quatre passages d’eau en barque, à Croisset, Hautot-sur-Seine, Sahurs et Saint-Pierre-de-Manneville. Nous passions à pied, à vélo et à mobylette. Il n’y avait pas d’horaire de passage. Nous agitions une simple cloche là où le passeur venait nous chercher. Ce que je raconte, je pense que les anciens se le rappellent. Nous ne pouvons pas revenir en arrière mais nous pouvons tous marcher la main dans la main pour conserver nos bacs dans notre région. Quand on voit tout ce que fait le Conseil Général comme dépenses ! Ida Beauvallet.

Mes souvenirs d’Ida BEAUVALLET présidente du Club des Chênes

Réunion de sensibilisation des chênes de la boucle du 15 septembre 2011

Ida Beauvallet est présidente de l’association des Chênes de la Boucle de 1999 à 2014. Née en 1929, elle fait partie des anciens du village comme on peut le lire dans ses souvenirs d’enfance :

Infos d’Hautot n°3 de l’hiver 2001 2002 : histoire vécue

Je me présente : je suis une dame d’Hautot-sur-Seine. Je suis née à la maison familiale de Mont-Saint-Aignan qui est maintenant la clinique du Belvédère, il y a 72 ans. Je suis arrivée à Hautot-sur-Seine à l’âge de 10 jours, dans les bras de ma maman. Nous étions 6 enfants. Avec mes parents cela faisait 8 personnes. Nous étions en location dans une maison de deux pièces, cuisine et chambre.

Voilà comment j’ai vécu avec ma famille :

- Pour aller au W.C. : cela se trouvait au fond dans le jardin, dans une petite cabane en bois que Papa avait construit pour cet usage.

- Pour chauffer la maison : Nous utilisions une cuisinière à bois

- Pour notre toilette : Ca se passait dans la cuisine, sur la table, dans une cuvette. Maman faisait chauffer de l’eau dans une casserole. C’était l’eau du ciel que nous récoltions dans une citerne et que Mama, tirait avec un seau. Une fois par semaine, le samedi, nous prenions notre bain dans une chaudière qui se trouvait à l’extérieur et qui lui servait aussi à chauffer l’eau pour laver le linge.

- Pour nous éclairer : Nous n’avions pas d’électricité. La lumière nous était apportée par une lampe à pétrole accrochée au plafond.

- Pour dormir : La chambre comportait deux grands lits, un pour les parents et l’autre que nous partagions à quatre (deux filles à la tête et deux garçons au pied). Ma petite sœur dormait dans un lit-cage (maintenant on dit un lit pliant). Entre les lits nous avions tout juste la place pour passer.

A Hautot, l’école n’existait pas. Nous allions donc à l’école de Sahurs. Nous partions tous les matins vers sept heures et demi qu’il pleuve, qu’il vente où qu’il neige, à pied, car à l’époque il n’y avait pas de voitures. Nous étions obligés d’emmener notre repas de midi (la cantine n’existait pas). Maman nous faisait notre « gamelle ». Nous la transportions dans un panier que nous déposions le matin en passant chez les gens. Le midi, ils nous chauffaient notre « gamelle » et ils nous accueillaient chez eux, ce qui permettait d’être aussi au chaud pour manger. D’autres familles mangeaient à l’école. On chauffait une grande marmite d’eau sur le poêle de l’école et on plongeait les « gamelle » dedans. C’était le principe d’un grand bain-marie. Le soir nous revenions aussi de l’école à pied. Il est vrai que nous nous amusions bien et qu’il nous arrivait de faire des bêtises …

Voilà, très rapidement, les dix premières années de ma vie. J’espère que les jeunes du village vont lire cette petite histoire et qu’ils vont se rendre compte du changement de vie depuis soixante deux ans.

Mes souvenirs d’Ida BEAUVALLET présidente du Club des Chênes
Mes souvenirs d’Ida BEAUVALLET présidente du Club des Chênes

Photographies du Repas des Aînés du  24 octobre 2010

Mes souvenirs d’Ida BEAUVALLET présidente du Club des Chênes
Mes souvenirs d’Ida BEAUVALLET présidente du Club des Chênes
Mes souvenirs d’Ida BEAUVALLET présidente du Club des Chênes

Photographies du Repas des Aînés du 25 octobre 2011

Mes souvenirs d’Ida BEAUVALLET présidente du Club des Chênes

Intervention d’Ida Beauvallet lors du repas des Aînés du 20 octobre 2013

Partie en 2014 à Lyon auprès de sa famille, Ida Beauvallet nommée présidente d'honneur du club des Chênes de la boucle, est considérée comme la personne le mieux informée de ce qui se passe à Hautot-sur-Seine.

En 2018 je l’ai contacté pour qu’elle témoigne du bombardement du 27 août 1944 à Hautot-sur Seine qui coutât la vie à son père Albert Aubert.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2021 6 05 /06 /juin /2021 09:09

Le restaurant Chez Tonton ré-ouvre le 4 juin 2021, dans son nouvel espace extérieur aménagé, avec une carte réduite jusqu'au dé-confinement complet. 

 

Le restaurant Chez Tonton à Hautot-sur-Seine est réouvert

TATA & TONTON

Le restaurant Chez Tonton à Hautot-sur-Seine est réouvert
Partager cet article
Repost0
3 juin 2021 4 03 /06 /juin /2021 13:05
La compagnie Acadrama tourne au château d'Hautot-sur-Seine
La compagnie Acadrama tourne au château d'Hautot-sur-Seine
La compagnie Acadrama tourne au château d'Hautot-sur-Seine
Partager cet article
Repost0