Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juin 2022 2 21 /06 /juin /2022 16:39
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine

Rouage est un mot dérivé de roue. Au moyen-âge le rouage est en termes de coutumes, un droit seigneurial perçu sur chaque pièce de vin vendu en gros et transporté par charrois. Ce droit est appelé ainsi, parce qu'il doit être payé avant que la roue tourne, pour avoir le droit de le faire rouler. Il est destiné à l'entretien des chemins. L’hypothèse retenue pour l’origine du nom est que la Commanderie de Sainte-Vaubourg devait percevoir ce droit sur le vin transporté vers Rouen au travers du chemin qui longe la Seine, sur les hauteurs.

A Hautot-sur-Seine, le lieu dit des Fendanges correspond à la zone où était produit le vin au moyen-âge jusqu’au milieu du XVIIème siècle. La prédisposition d’Hautot-sur-Seine à la culture du vin a été reprise vers 1730-1750 par Etienne Le Couteulx, propriétaire du château d’Hautot-sur-Seine, sur le lieu dit du Clos de la Vigne avec un vin champagnisé et plus récemment par Georges Delamare rue de l’Ancien vignoble.

Le chemin de la rue du Rouage est cité dans la copie de l’adjudication des bruyères et places vagues joignant la forêt du Roi, faite au commun des paroissiens de Sahurs et Hautot, les 15 et 16 octobre 1576, comme chemin tendant à la forêt et au canal de Seine, le long de la commanderie de Sainte-Vaubourg.

La camionnette de Dinant Allais du Val de la Haye

La camionnette de Dinant Allais du Val de la Haye

La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
Photographies de Christelle Michel, Lydie Mottet Podevin et Marc Taillandier
Photographies de Christelle Michel, Lydie Mottet Podevin et Marc Taillandier
Photographies de Christelle Michel, Lydie Mottet Podevin et Marc Taillandier

Photographies de Christelle Michel, Lydie Mottet Podevin et Marc Taillandier

La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine

Lors de la classification des chemins communaux, validé par le Conseil Municipal du 9 février 1833, le chemin de la rue du Rouage qui figure sur le cadastre napoléonien de 1812, d’une longueur de 1172 m, devient le chemin n°3 de la commune. En 1850, la rue du Rouage est classée comme chemin vicinal. En 1885 et 1886, la commune fait des acquisitions auprès de six propriétaires, dont Florentin Labbé et Pierre Augustin Hitté, pour élargir la voirie. Le Conseil Municipal du 9 juin 1895 valide un  échange de terrain pour le projet d’élargissement de la partie du chemin n°2 comprise entre le chemin n°1 des Farceaux et l’entrée charretière d’un verger (alignement Renard).

La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
tableau de Jean Quéméré

tableau de Jean Quéméré

L'ascension de la rue du Rouage.

La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine

 

 

 

L’emplacement réservé n°3, figurant au Plan Local d’Urbanisme au bénéfice de la Métropole Rouen Normandie, a pour vocation la création de places de stationnement sur une surface de 265 m².

 

 

L’emplacement réservé n°4, figurant au Plan Local d’Urbanisme au bénéfice de la Métropole Rouen Normandie, a pour vocation la création de places de stationnement sur une surface de 200 m². Le Conseil Municipal du 24 mai 2019 approuve le PLUI avec une remarque concernant l’emplacement réservé n°4 situé en haut de la rue du Rouage.

La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine

Au cadastre de 1970 la voirie communale n°2 dite du Rouage, longue de 1535 mètres, commence à la RD 51 et se termine à l’entrée du Bois de la Commanderie. Le Conseil Municipal du 11 octobre 1973 décide de remplacer les lieux dits par des noms de rues, la V.C. n°2 devient la rue du Rouage. Le 16 juin 1978 la commune devient propriétaire d’une bande de terrain de la propriété du Boullay pour l’élargissement de la V.C n°2 dite du Rouage.

Le Conseil Municipal du 13 mai 1998 décide de l’enfouissement des réseaux basse tension et rance Telecom rue du Rouage. Le Conseil Municipal du 17 février 1999 décide de travaux de rénovation de la chaussée et du trottoir rue du Rouage.

L’Echo d’Hautot n°6 de mars 1999 : les travaux rue du Rouage

Afin de diminuer les risques de panne sur les lignes aériennes, l’EDF a décidé de supprimer une dizaine de poteaux Haute tension longeant la rue de l’ancien vignoble et traversant le lotissement du Buisson, et de les remplacer par un câble souterrain montant la rue de l’Ancien Vignoble puis redescendant par le rue du Rouage. Nous avons profité de ces travaux pour enfouir les réseaux desservant les riverains en électricité et téléphone et par la même occasion refaire l’éclairage public. Quatre réseaux : haute tension, basse tension, éclairage public et téléphonie, occupent chacun leur place sous le trottoir, entre l’égout souterrain des eaux de pluie et la limite de propriété des riverains.

Dans le tableau de la voirie communale (domaine public de la commune) adopté lors du Conseil Municipal du 2 décembre 2005, la longueur de la Rue du Rouage est ramenée de 1 535 mètres à 955 mètres, la partie non revêtue de 580 mètres qui va jusqu’au bois communal, passe en chemin rural (domaine privé de la commune). Lors de la mise en place de la Métropole le 1er janvier 2015, la voirie communale devient une compétence métropolitaine, les chemins ruraux restent de la compétence communale.

les sentes privées de la rue du Rouage
les sentes privées de la rue du Rouage
les sentes privées de la rue du Rouage
les sentes privées de la rue du Rouage

les sentes privées de la rue du Rouage

L’impasse du Rouage d’une longueur de 69 m, la venelle du Rouage d’une longueur de 44 m, la ruelle du Rouage d’une longueur de 46 m et l’allée du Rouage d’une longueur de 46 m sont des voies privées qui appartiennent aux riverains qui les entretiennent.

La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
le haut de la rue du Rouage
le haut de la rue du Rouage
le haut de la rue du Rouage

le haut de la rue du Rouage

La rue du Rouage à Hautot-sur-Seine
PHOTOGRAPHIE DE FERNANDE OBSELIN

PHOTOGRAPHIE DE FERNANDE OBSELIN

Le Conseil Municipal du 30 mars 2012 valide le projet de réfection du bas de la rue du Rouage. L’entreprise choisie pour la réfection de la chaussée du bas de la rue du Rouage est la Société DEVAUX pour un montant de 46 672,70 Euros TTC. La commune bénéficie d’une subvention du Fonds d’Aide à l’Aménagement de la CREA. Les travaux sont réalisés pendant l’été 2012.

Le Conseil Municipal du 19 décembre 2014 est informé qu’une pétition des riverains de la Rue du Rouage, qui se plaignent de la vitesse et du manque de visibilité a été envoyée en Mairie demandant une réunion publique. Le Maire a transmis cette pétition au Directeur de proximité du secteur Cailly-Austreberthe en charge des voiries métropolitaines. La Métropole ayant sa propre ingénierie, il sera désormais possible d’avoir une signalisation adéquate et d’élaborer des aménagements adaptés.

Le Conseil Municipal du 19 juin 2015 entérine le projet de sécurisation du bas de la Rue du Rouage résultant du débat public organisé le vendredi 5 juin et des visites de terrain. Il est proposé de prolonger la zone de vitesse limitée à 30 sur le haut de la Rue du Rouage. Les différents aménagements prévus avec les services de la Métropole seront réalisés en septembre/octobre 2015.

Le transfert de la voirie à la Métropole Rouen Normandie du 1er janvier 2015 ne concerne pas la partie non revêtue d'une longueur d'environ 590 m, qui devient de fait un chemin du domaine privé de la commune. Le transfert domanial reste en 2022 toujours en attente malgré les mises en demeure du Préfet. 

vue aérienne de la rue du  Rouage

vue aérienne de la rue du Rouage

Partager cet article
Repost0
11 mai 2022 3 11 /05 /mai /2022 04:57
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine

L’origine du lieu-dit des Farceaux n’est pas établie. Farceaux est un village près de Gisors. Le 13 octobre 1768 la famille Le Couteulx, propriétaire du château d’Hautot-sur-Seine achète pour 410 600 les seigneuries de Farceaux et autres à la famille du marquis de Romé. C’est une piste pour l’origine du nom du lieu-dit de la ferme des Farceaux.

Le chemin de Hautot à Val de la Haye existe depuis le moyen âge, il figure sur le cadastre napoléonien de 1812. La route longeant la Seine a été crée sous Napoléon III.

Lors de la classification des chemins communaux adoptée par le Conseil Municipal du 9 février 1833, le chemin de Sahurs à Hautot et le chemin de Hautot à Val de la Haye forment le chemin n°1 de grande communication entre Val de la Haye et Sahurs, passant par la côte du Puits, d’une longueur de 1 692 mètres.

Après 1854, le chemin de Sahurs à Hautot est intégré dans le chemin départemental de grande circulation n°51 allant de Sahurs à Montville, le chemin de Hautot à Val de la Haye devient un chemin vicinal.

La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine

Au cadastre de 1970, la voie communale n°1 de Sahurs à Val de la Haye commence à la RD 51, traverse la VC 2 (le Rouage) et se termine à la VC 4 (Mont Miré).

Le Conseil Municipal du 11 octobre 1973  décide de remplacer les lieux dits par des noms de rue, la voie communale n°1 devient la rue des Farceaux.

Dans le tableau de la voirie communale (domaine public de la commune) adopté lors des Conseils Municipaux des l0 février 2003 et 2 décembre 2005, la longueur de la Rue des Farceaux est de 788 mètres, dont 315 non revêtue.

L’aménagement du réseau pluvial dans le bas de la rue des Farceaux, avec une reprise de la voirie a été faite sous le mandat de Bruno Arriaga.

Fin 2017, des travaux de confortement sont réalisés pour améliorer l’état de la voirie de la rue des Farceaux. En janvier 2019 la Direction de l’Eau de la Métropole réalise un maillage avec la création d’un hydrant. Il devient possible de créer de nouveaux branchements « eau » pour les résidents situés en contrebas de la rue des Farceaux.

La rénovation de la rue des Farceaux a été faite ai mois d'août 2021 sur environ 400 mètres en enrobé à partir du Diguet et en bicouche devant le manoir. 

La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
LA CHAPELLE DE LA MAISON DES FARCEAUX

LA CHAPELLE DE LA MAISON DES FARCEAUX

La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
LA BIBLIOTHÈQUE DES FARCEAUX
LA BIBLIOTHÈQUE DES FARCEAUX

LA BIBLIOTHÈQUE DES FARCEAUX

La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine

Le transfert de la voirie  à la Métropole Rouen Normandie en 2015 ne concerne pas la partie non revêtue. Le prolongement de la rue des Farceaux d'une longueur d'environ 300 m est de fait un chemin du domaine privé de la commune. Le transfert domanial reste en 2022 toujours en attente malgré les mises en demeure du Préfet.

La rue des Farceaux à Hautot-sur-Seine
Partager cet article
Repost0
9 mars 2022 3 09 /03 /mars /2022 05:34

Etat du domaine royal, fin du XIIIe siècle : « celz de Hotot doivent la vingne vendanger. » 

La rue des Fendanges à Hautot sur Seine

La rue des Fendanges est la partie sud du CHEMIN NEUF ouvert au début du XVIII ème siècle pour donner une perspective à la maison de plaisance d'Etienne Le Couteulx en direction du moulin de Soquence. A cadastre napoléonien de 1812, le chemin neuf va de l’entrée du château à l’entrée de l’actuel bois communal. Lors de la classification des chemins communaux, adopté par le Conseil Municipal du 9 février 1833 il devient le chemin n°2 de la route Quemine ou chemin neuf, d’une longueur de 1258 mètres qui va du château aux pâtures communales.

La rue des Fendanges à Hautot sur Seine
La rue des Fendanges à Hautot sur Seine
La rue des Fendanges à Hautot sur Seine
La rue des Fendanges à Hautot sur Seine
PHOTOGRAPHIE CHRISTELLE MICHEL

PHOTOGRAPHIE CHRISTELLE MICHEL

L’emplacement réservé n°6, figurant au Plan Local d’Urbanisme au bénéfice de la Métropole Rouen Normandie, a pour vocation l’élargissement de la voirie et l’aménagement d’un cheminement piéton pour une surface de 805 m².

La rue des Fendanges à Hautot sur Seine
La rue des Fendanges à Hautot sur Seine
PHOTOGRAPHIES DE 1972

PHOTOGRAPHIES DE 1972

La rue des Fendanges à Hautot sur Seine
La rue des Fendanges à Hautot sur Seine
La rue des Fendanges à Hautot sur Seine
La rue des Fendanges à Hautot sur Seine
La rue des Fendanges à Hautot sur Seine
PHOTOGRAPHIE DE MARC TAILLANDIER

PHOTOGRAPHIE DE MARC TAILLANDIER

Lors de la distinction établie entre chemins ruraux à la charge des communes et chemins vicinaux bénéficiant de subventions du Conseil Général sous le contrôle du préfet, la partie basse du chemin neuf allant de la grille du château au chemin accédant au cimetière est incluse dans le chemin vicinal n°2. Au cadastre de 1970, l’actuelle rue des Fendanges comprend pour sa partie basse une partie du chemin vicinal n°2 et pour sa partie haute une partie du chemin rural n°2 dit chemin neuf.

Le Conseil Municipal du 11 octobre 1973 décide de remplacer les lieux dits par des noms de rues : le chemin rural n°2 devient la rue du Chemin Neuf. Le Conseil Municipal du 12 juillet 1979 décide de nommer le chemin rural n°2 dit chemin neuf, rue des Fendanges. Le Conseil Municipal du 28 mars 1986 vote des travaux de réfections de la rue des Fendanges.

La rue des Fendanges à Hautot sur Seine

Lors du Conseil Municipal des l0 février 2003, la rue des Fendanges devient la voirie communale n°5 d’une longueur de 1360 mètres. Il commence à la RD 51 et se termine à la limite du bois de la Commanderie. Lors du Conseil Municipal du 2 décembre 2005, la partie non revêtue d’une longueur de 395 mètres est enlevé du domaine public, ramenant la rue des Fendanges à une longueur de 965 mètres, la partie non revêtue est le reste du chemin neuf qui est dans le domaine privé de la commune.

Le Conseil Municipal du 13 décembre 2013 valide le projet de réfection du bas de la rue des Fendanges en enrobé jusqu’à la rue de l’ancien vignoble pour un montant HT de 32 608,70 €, financé à 50 % par la CREA. Les travaux sont réalisés au printemps 2014.

La rue des Fendanges à Hautot sur Seine
La rue des Fendanges à Hautot sur Seine
La rue des Fendanges à Hautot sur Seine
La rue des Fendanges à Hautot sur Seine
Partager cet article
Repost0
25 février 2022 5 25 /02 /février /2022 14:47

Le Conseil Municipal du 11 octobre 1973 décide de remplacer les lieux dits par des noms de rues (rues des Farceaux, du Rouage, du Mont-Miré, du Moulin du Temple et rue du Chemin Neuf).

Le Conseil Municipal du 6 février 1981 décide de poser des plaques de rue. Sur celles-ci figure le logo de la « Société du Vieux Moulin » de Mr Martel-Baussant, qui les a cofinancées.

La loi du 11 frimaire an VII stipule que les frais d’établissement, d’entretien et de renouvellement des plaques indicatrices sont exclusivement à la charge des communes. Les Maires doivent faire procéder par le Conseil Municipal à la dénomination de toutes les rues de la commune et porter à la connaissance du public les noms des rues par des poteaux plantés aux carrefours et  de veiller avec toute la vigilance au bon entretien et à la lisibilité constante de ces plaques ou poteaux.

Les plaques de rue d’Hautot-sur-Seine

Le Conseil Municipal du 6 septembre 1996 décide d’envoyer un courrier à chaque propriétaire de la commune précisant les modalités de pose des numéros des habitations.

L'apposition d'une numérotation est obligatoire dès qu'elle est décidée par le Maire, le propriétaire ne peut s'y opposer. Il est tenu d'entretenir la numérotation, la commune ne prenant en charge que la première installation.

Le Conseil Municipal du 4 octobre 2002 est informé de la mise en place de 34 nouvelles plaques de rue en aluminium bleu.

 

Les changements de plaques ont été réalisés en 2003 : 4 plaques pour la Place Poullard, 4 plaques pour la rue du Moulin du Temple, 4 plaques pour le Buisson, 3 plaques pour la rue Saint-Antonin, 3 plaques pour la rue du Rouage  plus 4 plaques pour les voies privées du Rouage, 3 plaques pour le rue des Fendanges, 2 plaques pour les Terres-Quemines, 2 plaques pour la rue du Mont-Miré, 2 plaques pour la rue de l’Ancien Vignoble, 2 plaques pour la rue des Farceaux et 1 plaque pour le chemin de la Croix Blanche.

 

La plaque hautotaise du chemin mitoyen de la Croix Blanche a été remplacée vers 2006 par une plaque salhucienne en vis-à-vis de la plaque située sur la commune de Sahurs.

Trois nouvelles plaques de rue ont été installées en 2011 rue des Prairies d’Hautot, allée de l’Ancien Vignoble et sente du Mont Miré.

En 2021 les plaques des voiries du « Clos des Buissons » sont installées : 2 pour la rue Louis Lézurier de la Martel et 1 pour le passage Yves-Pierre Boulongne.

Les plaques de rue d’Hautot-sur-Seine

Depuis 2022 l’obligation de procéder à la dénomination des voies et lieux dits, y compris les voies privées ouvertes à la circulation, jusque-là réservée aux seules communes de plus de 2 000 habitants, est étendue à toutes les communes. Cela passe par la création d'une Base adresses locale (BAL) au niveau communal et au niveau national d’une Base adresses nationales (BAN).

Partager cet article
Repost0
4 février 2022 5 04 /02 /février /2022 19:03
La rue de l'Ancien Vignoble à Hautot sur Seine

L’actuelle rue de l’Ancien Vignoble correspond au chemin n°6 d’une longueur de 516 m, lors de la classification des chemins communaux, validé par le Conseil Municipal du 9 février 1833. Le Conseil Municipal du 5 novembre 1848 valide le changement d’une partie du chemin n°6 à l’angle du cimetière et mise en place d’un triangle avec le chemin n°2 (le chemin neuf). Le Conseil Municipal du 4 mai 1851 valide l’échange de terrain suite au changement de direction du chemin n°6 avec MM Lazurier de la Martel et Richard. Lors de la classification des voiries communales, validé par le Conseil Municipal du 5 juillet 1883, il est intégré à voirie communale n°3. Au cadastre de 1970 la voirie communale n°3, longue de 1476 mètres, commence à la RD 51 devant la grille du château, longe le cimetière et se termine au chemin rural n°5.

La rue de l'Ancien Vignoble à Hautot sur Seine
La rue de l'Ancien Vignoble à Hautot sur Seine
La rue de l'Ancien Vignoble à Hautot sur Seine
La rue de l'Ancien Vignoble à Hautot sur Seine

Le Conseil Municipal du 12 juillet 1979 décide de l’apposition des plaques de rues, la plus grande partie de la voie communale n°3 devient la rue de l’Ancien Vignoble. Le Conseil Municipal du 28 mars 1986 vote des travaux de réfections de la rue de l’Ancien Vignoble. Le Conseil Municipal du 9 juin 1989 approuve les travaux de mise en place de l’éclairage public de la rue de l’ancien vignoble, réalisés par le syndical intercommunal dédié. Le Conseil Municipal du 13 mai 1998 valide les travaux d’enfouissement des réseaux BT (basse tension) et France Telecom de la rue de l’ancien vignoble. Dans le tableau de la voirie communale (domaine public de la commune) adopté lors des Conseils Municipaux des l0 février 2003 et 2 décembre 2005, la longueur de la voie communale n°3 (rue de l’Ancien Vignoble) est de 550 mètres. Le Conseil Municipal du 8 mars 2013 valide le projet de rénovation de la rue de l’Ancien Vignoble par un revêtement d’un coulis bicouche jusqu’à la rue du Buisson et la partie restante remontant jusqu’à la Rue du Moulin du Temple, en monocouche gravillonné. Mi 2013 l’arrêt FILOR situé dans le haut du village change de nom pour cause de doublon sur le territoire de la CREA, la nouvelle dénomination sera ANCIEN VIGNOBLE au lieu de LE ROUAGE. La mise en place d’un éclairage public par « leds » est effectuée fin 2018 en remplacement des ballons fluos.

La rue de l'Ancien Vignoble à Hautot sur Seine
La rue de l'Ancien Vignoble à Hautot sur Seine
La rue de l'Ancien Vignoble à Hautot sur Seine
La rue de l'Ancien Vignoble à Hautot sur Seine
La rue de l'Ancien Vignoble à Hautot sur Seine
La rue de l'Ancien Vignoble à Hautot sur Seine
La rue de l'Ancien Vignoble à Hautot sur Seine

Paris Normandie du 5 novembre 1951, repris dans l’Echo d’Hautot n°1 de juin 1989 : HAUTOT-SUR-SEINE a vendangé ses cinq hectos de picolo normand - Un reportage de Jean VERDIER

 

Dans la cour le teuf-teuf du deux-temps annonçait le pressoir ; et, joyeusement rassemblée sous la bruine, la famille au grand complet (père, mère, enfants, gendres, brus et petits-enfants) donnait à croire que l’on allait sacrifier le veau gras. Pourtant, il était encore tôt pour brasser ; et le sacrifice familial du veau gras est un passé de mode. M. Georges Delamare et les siens renouaient avec la séculaire tradition des vendanges normandes. (…)

Les yeux sur le pressoir, mais le regard errant sur ce majestueux rideau d’arbres dont la Seine, tente de voiler les profanations de sa rive gauche en aval de Rouen, M. Delamare, faisait son vin. Or, M. Delamare n’est ni un curieux, ni un original : douanier en retraite, il a ses deux pieds dans ses sabots et ses sabots biens posés sur la terre. Pour arrondir sa pension, il tient une petite ferme au hameau du Moulin, au dessus de Hautot-sur-Seine, et à ses heures creuses, tresse des paniers de l’osier que lui fournit le fleuve.

Lorsqu’il était en activité, M. Delamare avait pour ami un autre douanier, Vendéen de pure souche, celui-là, et à qui tous les cidres de Normandie n’avaient pu faire oublier le « gros plant » du pays. A tel point qu’au mépris des conseils de bon sens, il avait rapporté quelques pieds qu’il avait entrepris d’acclimater près de sa maison, au « chène-à-leu » à Grand-Quevilly. Finalement, les ceps avaient tenu le coup et chaque année, il en tirait un breuvage qu’il fallait, pour boire, se cramponner solidement à la table. « Mais chez toi qui habite de l’autre côté de l’eau, bien exposé au plein midi et à l’abri de ces mauvais vents d’ouest, ça devrait bien venir. Tu devrais essayer. » Tu devrais essayer ? Il y a tant de choses qu’on devrait essayer dans la vie …

Là-dessus arriva le printemps 1940, puis juin qui poussa M. Delamare sur les routes. Pas au hasard bien sûr. Déjà Bacchus l’avait pris par la main et le menait, par rudes étapes, vers la Vendée du collègue. La suite va de soi. Lorsqu’à la fin de l’été il regagna Hautot-sur-Seine, M. Delamare ramenait avec lui quelques pieds de « gros plant » et d’Othello (celui-ci noir, celui-là blanc) dont le mélange lui avait été conseillé. A quelques pas de sa ferme, il défricha un petit hectare, où, sur six rangées, disposés en quinconce tous les 1m 70, il planta, avec l’aide de son âne, les 500 pieds de l’expérience. Douce et innocente manie, pensaient (sans le dire) les voisins. Jusqu’à ce que, les pieds acclimatés ayant poussé leurs pampres jusqu’aux fils de fer, naquissent entre les larges feuilles bleues les grappes gorgées de sèvre normande, lourdes dures et pointues comme une mamelle de chèvre. Lorsqu’au bout de trois semaines on fit sauter la bonde du cuvier où les grains s’étaient écrasés sous leur propre poids, tous les voisins furent de la fête pour goûter le jus nouveau. Et un peu plus tard, tout le monde se retrouva pour déguster un authentique marc cauchois bouilli dans un alambic de fortune.

Depuis, c’est devenu une habitude : toute occasion est bonne de passer chez le « père Delamare » dont la porte est si accueillante. « Si vous nous faisiez goûter un peu de votre vin … ? ». Et, l’œil clair de joie et pétillant de fierté, le vigneron normand remonte de sa cave une bouteille poussiéreuse : son vin, notre vin. Vif, nerveux, frais, friand, léger, un peu bourru mais d’une robe charmante, un cachet très particulier mais une sève évidente ; quelque chose d’un aligoté rustique et dépaysé, mais tout chantant de souvenirs. Honnête piccolo normand …

Vers un timide rayon de soleil qui perce entre deux nuages noirs, M. Delamare tend le verre qu’il vient de remplir aux premières giclées de la presse hydraulique martyrisant la chair verte des grains sous 350 kilos de pression. Il en goûte une gorgée, plisse les yeux et passe à son voisin le verre qui, en silence, fait le tour de l’assistance … Dans la cour, le teuf-teuf des deux-temps n’annonce pas le gros bère, mais rythme l’hymne des vendanges cauchoises, des 500 litres de piccolo sans prétention comme sans tares qui, seuls peut être cette année dans toute notre province, lui rappelleront les vieilles pages de son histoire …

La rue de l'Ancien Vignoble à Hautot sur Seine

 

 

 

L’emplacement réservé n°2, figurant au Plan Local d’Urbanisme au bénéfice de la commune, a pour vocation la création de places de stationnement et extension du cimetière pour une surface de 2050 m².

 

 

L’emplacement réservé n°5, figurant au Plan Local d’Urbanisme au bénéfice de la Métropole Rouen Normandie, a pour vocation l’élargissement de la voirie pour une surface de 186 m² (bande de 3m).

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 05:59

L’origine du nom du lieu-dit Mont-Miré est soumise à interprétation. L’hypothèse retenue est une transcription de « mons mirus », soit mont admirable ou mont mirifique. On trouve un Mont Miré à Saint–Saens. Le village de Miraumont en Picardie a été transcrit « mons mirus » au moyen-âge.

Sur le cadastre napoléonien de 1812, le chemin « du Rouage à Val de la Haye » correspond à l’actuelle rue du Mont Miré. Dans la classification des chemins communaux adoptée par le Conseil Municipal du 9 février 1833, il devient le chemin n°4 de la route du Mont Miré d’une longueur de 910 mètres.

Le Conseil Municipal du 16 novembre 1934 adopte un changement de statut, le chemin rural devient le chemin vicinal n°4 sur une longueur de 590 mètres, ce qui permet laide de l’Etat et du département pour  son entretien. Le Conseil Municipal du 11 octobre 1973 décide de remplacer les lieux dits par des noms de rues, la voie communale n°4 devient la rue du Mont Miré.

La rue du Mont Miré à Hautot sur Seine
La rue du Mont Miré à Hautot sur Seine
La rue du Mont Miré à Hautot sur Seine
La rue du Mont Miré à Hautot sur Seine

Journal de Rouen du 11 juin 1824 : Bien patrimonial

A vendre, par adjudication publique et volontaire, à l’extinction des feux, en l’étude de Maître

Lefevre, notaire royal à Rouen rue Saint-Lo, n°11, le mercredi 16 juin 1824, à midi, une très jolie PROPRIETE, nommée le Mont-Sabine, située en la commune de Hautot-sur-Seine, à laquelle on accède par la grande route de Rouen à Sahurs, et par le bateau de la Bouille ; consistant en une maison construite en pierres et briques, composée au rez-de-chaussée de cave, caveaux, cuisine, office, laverie, salle à manger, salon, cabinet de travail et salle de bain.

Au premier étage, auquel on accède par un très bel escalier à rampe de fer, trois belles chambres à feu et quatre autres. Au second étage, quatre chambre dont une à feu et une salle de billard ; le tout en partie fraichement décoré, lambrissé et orné de glaces. On accède à cette maison par un jardin fleuriste, clos en partie de murs et fermé par grilles en fer.

Derrière ladite maison sont deux jardins potagers, dans lesquels est une citerne contenant 80 muids, et lieux d’aisances, clos de murs, en partie garnis d’espaliers ; au bout, un bosquet aussi clos de murs, en partie garnis d’espaliers en plein rapport, fermé par une grille en fer, et dans lequel existe une très belle tonnelle en charmille et une chaumière. Sur le côté de la maison, une masure close de haies vives et plantée d’arbre de haute futaie et à fruit, sur laquelle sont édifiés un bâtiment à usage de pressoir, étables à vaches et greniers pardessus, écurie, remise, buanderie et cellier, surmontés de beaux greniers. Lesdits jardins et bosquets contiennent une acre et demie, et la masure deux acres. Plus, mais séparément, une Rente foncière de 30 francs, affectée sur un immeuble situé à Hautot.

S’adresser, pour la Propriété, sur les lieux ; et, pour prendre communication des titres de propriété et du cahier des charges, à Maître Lefevre, notaire à Rouen, rue Saint-Lo, n°11.

La rue du Mont Miré à Hautot sur Seine
La rue du Mont Miré à Hautot sur Seine
La rue du Mont Miré à Hautot sur Seine
La rue du Mont Miré à Hautot sur Seine

Le café-épicerie du Mont-Miré, situé en face de la propriété Michon, est avant guerre une maison d’habitation et de commerce élevée sur cave d’un rez-de-chaussée divisé en salle de café, cuisine et magasin d’épicerie, d’un premier étage divisé en deux chambres avec grenier au dessus. Il comprend également des bâtiments divers à usage de buanderie et cellier, un jardin potager en face de la maison, ainsi que l’allée permettant d’accéder à l’herbage et à la maison.

Journal de Rouen du 13 juillet 1940 : pillage

Mme Joly, née Dugué, débitante à Hautot, a porté plainte pour pillage de sa cave.

Journal de Rouen du 14 septembre 1940 : pillage

Plainte a été déposée par Mme Joly, née Dugué (*), débitante à Hautot-sur-Seine, pour pillage de sa maison de commerce et d’habitation ; préjudice 2 600 frs. Procès-verbal a été dressé contre Jules Jore, ouvrier agricole à Hautot.

(*) Marie Joséphine Anne Dugué (1903 - 1991) & Hoche Fernand JOLY (1906 - 1959)

La rue du Mont Miré à Hautot sur Seine

Le Conseil Municipal du 9 juin 1989 approuve les travaux de mise en place de l’éclairage public de la rue du Mont Miré, réalisés par le syndical intercommunal dédié. Le Conseil Municipal du 15 mai 1997 décide de l’entretien par gravillon émulsionné de la rue du Mont Miré.

Dans le tableau de la voirie communale (domaine public de la commune) adopté lors des Conseils Municipaux des l0 février 2003 et 2 décembre 2005, la voie communale n°4 est d’une longueur de 590 mètres.

Le Conseil Municipal du 2 avril 2010 valide le projet d’effacement des réseaux d’une première partie de la rue du Mont Miré. L’enfouissement de l’éclairage public est opérationnel en 2011. L’enfouissement du réseau de France Télécom reste en attente près de deux ans, France Telecom remettant en cause ses engagements à l’échelon du Département de la Seine Maritime. De même un ancien poteau d’électricité non enlevé après les enterrements de réseaux reste en place jusqu’à fin 2014 à coté du nouveau poteau. La suppression du syndicat local d’électrification et le transfert de la compétence voirie à la Métropole, en modifiant le mode de financement dans un contexte de baisse des dotations de l’Etat, entrainent au final la non-réalisation de la deuxième tranche d’enfouissement des réseaux de la rue du Mont Miré. C’est la fin des enterrements de réseaux à Hautot-sur-Seine entamés dans les années 80.

Voirie métropolitaine depuis le 01/01/2015, le rue du Mont Miré est rénovée en 2019. La partie non revêtue est le reste du chemin rural qui est dans le domaine privé de la commune.

La rue du Mont Miré à Hautot sur Seine
La rue du Mont Miré à Hautot sur Seine

La partie non revêtue est le reste du chemin rural qui est dans le domaine privé de la commune. Le transfert de la voirie à la Métropole Rouen Normandie ne concerne pas la partie non revêtue d’une longueur de 320 m, qui devient de fait un chemin du domaine privé de la commune. Le transfert domanial reste en 2021 toujours en attente malgré les mises en demeure du Préfet.

La rue du Mont Miré à Hautot sur Seine

 

Le chemin entre la rue des Farceaux et la rue du Mont Miré d’une longueur de 147 m est un chemin privé. Lors du Conseil Municipal du 28 août 1965, Mr Michon autorise le passage des piétons et véhicules sur ledit chemin (entre la parcelle 218 et les parcelles 216, 223, 221 et 232) mais il en reste propriétaire et se réserve la reprise du terrain qui ne doit pas être considéré comme une servitude obligatoire.

 

L’emplacement réservé n°7, figurant au Plan Local d’Urbanisme au bénéfice de la Métropole Rouen Normandie, a pour vocation la création d’une desserte routière et piétonne sur une surface de 683 m². Cet emplacement réservé est motivé par l’absence de servitude de passage dans les actes de propriété des habitations riveraines.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2021 7 21 /11 /novembre /2021 07:19
La Rue du Buisson à Hautot sur Seine
La Rue du Buisson à Hautot sur Seine
La Rue du Buisson à Hautot sur Seine
La Rue du Buisson à Hautot sur Seine
La Rue du Buisson à Hautot sur Seine

Le Conseil Municipal du 12 juillet 1979 décide de donner à la voirie du lotissement communal du Buisson, le nom de rue du Buisson. La réalisation de l’espace vert du lotissement le Buisson s’est faite pendant le premier mandat de Mr Martel-Baussant (1983-1989). Le Conseil Municipal du 4 octobre 2002 est informé de la mise en place de nouvelles plaques de rue en aluminium bleu comprenant l’Aire du Buisson et la Sente du Buisson. Le Conseil Municipal du 10 février 2003, délibérant sur les voiries communales, intègre la rue du Buisson d’une longueur de 250 mètres dans le domaine public en tant que voie communale n°8. Le Conseil Municipal du 2 décembre 2005, intègre la sente du Buisson d’une longueur de 36 mètres dans le domaine public en tant que voie communale n°9 et l’aire du buisson d’une longueur de 46 mètres en tant que voie communale n°9a. En 2012 un gros avaloir a été installé en bas de la rue du Buisson avec orientation des eaux pluviales vers le réseau du Rouage.

La Rue du Buisson à Hautot sur Seine
La Rue du Buisson à Hautot sur Seine
La Rue du Buisson à Hautot sur Seine
La Rue du Buisson à Hautot sur Seine
La Rue du Buisson à Hautot sur Seine
La Rue du Buisson à Hautot sur Seine
La Rue du Buisson à Hautot sur Seine
La Rue du Buisson à Hautot sur Seine
La Rue du Buisson à Hautot sur Seine
La Rue du Buisson à Hautot sur Seine
La Rue du Buisson à Hautot sur Seine
La Rue du Buisson à Hautot sur Seine

Le tableau de classement de la voirie du lotissement communal du Buisson est composé de la voirie communale n°8 (VC8 - rue du buisson) d’une longueur de 250 m qui commence à la VC2 et se termine à la VC3, de la voirie communale n°9 (VC9 - sente le buisson) d’une longueur de 36 m qui commence à la VC2 et se termine en impasse aux habitations et de la voirie communale n°9a (VC9a - aire le buisson) d’une longueur de 46 m qui commence à la rue du buisson et se termine en impasse aux habitations.

La Rue du Buisson à Hautot sur Seine
La Rue du Buisson à Hautot sur Seine
La Rue du Buisson à Hautot sur Seine
Partager cet article
Repost0
13 novembre 2021 6 13 /11 /novembre /2021 05:34

 

La cabane à livres d’Hautot-sur-Seine
La cabane à livres d’Hautot-sur-Seine
La cabane à livres d’Hautot-sur-Seine
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2021 6 16 /10 /octobre /2021 03:25

Le chemin du moulin du temple est cité en 1576, dans l’adjudication du bois communal. Il se prolonge jusqu’au centre de Sahurs. Sur le cadastre napoléonien de 1812, il est désigné comme le chemin du Moulin. Dans la classification des chemins communaux adoptée par le Conseil Municipal du 9 février 1833, il devient le chemin n°5 du Temple d’une longueur de 700 mètres. Après 1850 et jusqu’en 2003, il reste classé comme le chemin rural n°5 du Moulin du temple. Au cadastre de Sahurs le chemin du Moulin du temple ou chemin rural n°7 se prolonge jusqu’à la ruelle Bourgeois.

La rue du Moulin du Temple à Hautot sur Seine
La rue du Moulin du Temple à Hautot sur Seine
La rue du Moulin du Temple à Hautot sur Seine

Le Conseil Municipal du 11 octobre 1973 décide de remplacer les lieux dits par des noms de rue, on parle désormais de rue du Moulin du Temple. Le Conseil Municipal du 16 mai 1974 adopte un projet d’élargissement du Chemin rural n°5 du Moulin, un prêt de 18 600 Fr est contracté auprès du Crédit Agricole pour financer l’élargissement du Chemin du Moulin. L’installation de l’éclairage public rue du Moulin du Temple a été réalisée pendant le premier mandat de Mr Martel-Baussant (1983-1989).

La rue du Moulin du Temple à Hautot sur Seine
La rue du Moulin du Temple à Hautot sur Seine
La rue du Moulin du Temple à Hautot sur Seine
La rue du Moulin du Temple à Hautot sur Seine
La rue du Moulin du Temple à Hautot sur Seine
La rue du Moulin du Temple à Hautot sur Seine
La rue du Moulin du Temple à Hautot sur Seine
La rue du Moulin du Temple à Hautot sur Seine

Dans le tableau de la voirie communale (domaine public de la commune) adopté lors des Conseils Municipaux des l0 février 2003 et 2 décembre 2005, le chemin rural n°5 devient la voirie communale n°6 d’une longueur de 716 mètres. Il commence à la VC 2 (rue du Rouage) et se termine à la limite de Sahurs.

La rue du Moulin du Temple à Hautot sur Seine
La rue du Moulin du Temple à Hautot sur Seine

Le Conseil Municipal du 2 avril 2010 valide le projet concernant l’éclairage Public de la rue du Moulin du Temple, enfouissement des réseaux et installation de 12 mats avec lampes Leds, réalisés par le syndicat d’électrification. Le nouvel éclairage public de la rue du Moulin du Temple est opérationnel en 2011.

La rue du Moulin du Temple à Hautot sur Seine

Paris Normandie du 20 mai 2010 : Economies lumineuses

Progressivement, des nouveaux lampadaires d'éclairage public sont installés dans le village. Plus économes et faciles à entretenir : La plus petite commune de la Crea (Communauté d'agglomération Rouen, Elbeuf, Austreberthe) met petit à petit en place une nouvelle politique de l'éclairage public avec l'installation de réverbères utilisant des lampes DEL (diodes électroluminescences) dans certaines rues. Ainsi, après avoir expérimenté un de ces équipements sur la place de la Mairie (photo), l'équipe municipale a décidé de remplacer les lampadaires traditionnels à vapeur de sodium par des réverbères à DEL. Les nouveaux lampadaires feront leur apparition dans trois rues pour commencer, celles du Moulin-du-Temple, du Mont-Miré et Croix-Blanche. Etat des lieux : Cette opération va être réalisée par l'intermédiaire du Sierg, (Syndicat intercommunal d'électrification rurale et de gaz). Pour le maire, Alain Demombynes, « cette politique est l'application de nos engagements pris avant les élections municipales. Compte tenu de l'importance des dépenses en matière d'éclairage public, nous avons décidé l'installation de ces lampes DEL (LED en anglais) qui, par ailleurs ont une durée de vie bien supérieure à celle des lampes traditionnelles. Ce qui permet également des économies substantielles sur l'entretien des lampadaires. Pour l'ensemble des rues, il nous a paru souhaitable de faire le point en établissant un diagnostic (comportant un état des lieux et des préconisations, subventionné à 70 % par l'Ademe et la Région) qui nous donnera les informations nécessaires pour établir une politique d'investissement et d'entretien efficace, moins coûteuse et économe en énergie ».

La rue du Moulin du Temple à Hautot sur Seine
La rue du Moulin du Temple à Hautot sur Seine
La rue du Moulin du Temple à Hautot sur Seine
Partager cet article
Repost0
15 septembre 2021 3 15 /09 /septembre /2021 04:39

Dans la classification des chemins communaux adoptée par le Conseil Municipal du 9 février 1833, le sentier de la croix blanche (pour moitié avec Sahurs) d’une longueur de 250 mètres est le chemin communal n°9. Au cadastre de Sahurs, il s’agit du chemin rural n°12.

Au cadastre de 1970, il apparaît sur celui de Sahurs mais pas sur celui d’Hautot-sur-Seine.

Le chemin de la Croix Blanche entre Sahurs et Hautot-sur-Seine

Le Conseil Municipal du 28 mars 1986 vote des travaux de réfections de la rue de l’école accédant au parking (pour moitié dépendant de Sahurs). Le Conseil Municipal du 10 février 2003, délibérant sur les voiries communales, intègre le chemin de la Croix Blanche commençant à la RD 51 et se terminant à l’entrée de la ferme, en tant que voie communale n°7 d’une longueur de 70 mètres. 

Le parvis devant la ferme du Gruchet a été réalisé en 2008 dans le cadre du lotissement des Traversins.

Lors du Conseil Municipal du 22 octobre 2010, un point est fait sur les travaux en cours réalisés au sein du syndicat d’électrification, en particulier les mats d’éclairage du chemin de la croix blanche.

Le chemin de la Croix Blanche entre Sahurs et Hautot-sur-Seine
Le chemin de la Croix Blanche entre Sahurs et Hautot-sur-Seine
Le chemin de la Croix Blanche entre Sahurs et Hautot-sur-Seine
Le chemin de la Croix Blanche entre Sahurs et Hautot-sur-Seine
Le chemin de la Croix Blanche entre Sahurs et Hautot-sur-Seine

Lors du Conseil Municipal du 30 mars 2012, en concertation avec la Commune de Sahurs, il est proposé de programmer les travaux de réfection du chemin de la Croix Blanche (voirie mitoyenne) en 2013 et de faire appel au service commun « voirie » de la CREA. Le Conseil Municipal du 25 juin 2013 approuve le projet de réfection du haut du Chemin de la Croix Blanche. Cette voirie mitoyenne avec la Commune de Sahurs, est particulièrement délabrée. La CREA, la Commune de Sahurs et le SIVU gérant la crèche intercommunale cofinancent les travaux. Les travaux ont été réalisés par l’entreprise COLAS au printemps 2014 pour un montant estimé à 25 200 Euros TTC.

Le chemin de la Croix Blanche entre Sahurs et Hautot-sur-Seine
Le chemin de la Croix Blanche entre Sahurs et Hautot-sur-Seine
Le chemin de la Croix Blanche entre Sahurs et Hautot-sur-Seine
Le chemin de la Croix Blanche entre Sahurs et Hautot-sur-Seine

La réfection de la voirie entre l’entrée de l’école et le parvis de la ferme du Gruchet, à cheval sur les communes de Sahurs et de Hautot-sur-Seine, a été réalisé en enrobé en août 2021.

Le chemin de la Croix Blanche entre Sahurs et Hautot-sur-Seine
Le chemin de la Croix Blanche entre Sahurs et Hautot-sur-Seine
Le chemin de la Croix Blanche entre Sahurs et Hautot-sur-Seine
Le chemin de la Croix Blanche entre Sahurs et Hautot-sur-Seine
Partager cet article
Repost0