Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 août 2017 2 29 /08 /août /2017 16:25

CAHIER DES DOLEANCES DES HAUTOTAIS

 

PROCES VERBAL D’ASSEMBLEE

DE LA PAROISSE SAINT ANTONIN DE HAUTOT SUR SEINE

COMPOSANT LE TIERS ETAT

 

Aujourd’hui 29 mars 1789, en l’assemblée convoquée au son de la cloche en la manière accoutumée, tenue dans la nef de l’église de la dite paroisse, sont comparues Jean PAQUET, Guillaume FESSARD, Jean JOLLY, Pierre FLEURY, Robert LECLERC, Pierre PACQUET, Jacques MAZIER, Pierre GODFROY, Augustin PETIT VALLET, Jacques LECOFFRE, François HUBLE, Louis CHOUARD, Jean PICARD, Jean MUTEL, Charles LABBE, François DUBOSC, Jean-Baptiste HELLOUIN et Pierre BERENGER de ce lieu par-devant nous Charles Louis Adrien LECOMTE syndic de la municipalité de la dite paroisse, tous nés français, âgés de vingt cinq ans, compris dans les rôles des impositions, habitants de cette paroisse composée de 52 feux, lesquels pour obéir aux ordres de sa Majesté, portées par les lettres données à Versailles, le 24 janvier dernier, pour la convocation et tenue des Etats Généraux de ce royaume et satisfaire aux dispositions du règlement annexé ainsi qu’à l’ordonnance de Mr le lieutenant général civil du baillage de Rouen, du seize de ce mois, dont ils nous ont déclaré avoir une parfaite connaissance, tant pour la lecture qui leur en a été données le vingt de ce mois et le jour d’hui, lors de la messe paroissiale de ce lieu, et qui vient de leur en être données présentement, tant au ‘prône’(1) qu’à l’issue de la messe et pour l’affiche pareillement du dit jour vingt cinq de ce mois et le jour d’hui au portail de l’église de ce lieu, nous ont déclarés qu’ils allaient d’abord s’occuper de la rédaction de leur cahier de doléances, plaintes et remontrances; Et en effet y ayant vaqué, ils nous ont représenté le dit cahier qui a été signé par ceux desdits habitants qui doivent signer et par nous après l’avoir coté par première et dernière pages et paraphé ‘ne varietur’ (2) au bas d’y celles.

 

Duquel cahier la teneur suit

 

1) Le Seigneur de ce lieu est le Roi notre Souverain Seigneur qui nomme au ‘bénéfice cure’(3), en conséquence les rectifications et réparations, tant du cœur, nef que du presbytère tombent à notre charge

 

2) Mr de TREMAUVILLE, chevalier de Saint Louis, Seigneur de SAHURS jouit des droits seigneuriaux.

 

3) Le ‘bénéfice cure’(3), de ce lieu, compris le logement de Mr le Curé ne valent ensemble que quatre cent livres

 

4) Que nous estimons devoir être avantageux, pour l’Etat et tout à la fois utile pour le public, le changement absolue de la Régie des Bois et Forêts de Sa Majesté, vu qu’il est constant que les bois et forêts ne sont pillés et dévastés que parce que les riverains sont non seulement privés de leurs anciens droits de chauffages et pâturages mais parce que, par une régie mal entendue et aussi criante qu’elle est dure, on leur refuse l’argent à la main de leur délivrer du bois qu’ils ont à leur porte et ce dans le plus fort de l’hiver et qui ne leur en délivre qu’en avril souvent fini, lorsque les avides adjudicataires ne savent plus ou le placer c’est la véritable source de corruption et d’abus que l’on n’ose expliquer, mais que nous laissons à dévoiler au ministère

 

5) Qu’ils se croient favorisés du Roi si Sa Majesté daignait commuer la somme à laquelle nous sommes taxés pour l’entretien des chemins éloignés de trois lieux et quelquefois davantage qu’ils ne fréquentent jamais et les autorisent à employer cette même somme pour l’entretien du chemin du hallage des vaisseaux, venant de la mer apporter des approvisionnements de Rouen, Paris et autres endroits, qui règne le long de notre paroisse qui est coûteux aux propriétaires et mal entretenus, attendu que dans les grosses marées les terrains qui avoisinent le chemin en souffre beaucoup dans leurs récoltes, notamment le seul petit bien dont la communauté jouit et qui peut à peine suffire à l’entretien du nécessaire de l’église, qu’au moyen de cette mutation ils prendraient soin de conserver l’entretien par une chaussée pratiquée à la suite et à l’instar de celle que vient d’établir Mr le Marquis de SOQUENCE à l’aide de secours qu’il a reçu de l’Etat (4)

 

6) Que leur ancienne route, servant et traversant leur paroisse de la forêt au bord de la Seine se trouvant fermées par l’alluvion et absolument bouchée par la possession qu’en ont pris deux respectables personnages (5). Nous nous trouvons totalement privées d’eau dans l’été, pour les personnes et le bétail, et que s’il arrivait quelque incendie on n’aurait aucun secours

 

7) Que la privation de cette chaussée, qui a existé en entier du vivant des anciens et qui existe encore sauf le morceau de prairie qui la barre, entraine encore d’autres désavantages pour nous, en ce que nous sommes obligé de débarquer les matériaux et ustensiles nécessaires à tous usages de construction, ou réparations soit sur les quais de SAHURS ou du VAL DE LA HAYE distant d’une demi lieue, ce qu’on peut nous interdire à volonté

 

8) Nous demandons la suppression des mécaniques de toutes espèces à l’anglaise, et même le traités de commerce fait avec eux (6)

 

9) Que quoique malheureux et jouissants à peine du nécessaire à la vie, nous payons en soupirant les taxes qui nous sont imposées, mais que quelque pénible qu’elles puissent être, ce serait un motif de consolation pour nous de savoir que véritablement nous nous sacrifions pour notre Seigneur Roi et l’Etat et que les sommes enlevées du sein de nos familles malheureuses passent sans altération dans le Trésor Royal sans devenir la proie d’un nombre infini de gens affamés, qui brûlent sans cesse d’une soif qui n’éteindra jamais, par les précautions qu’ils prennent pour l’entretenir, par le grand usage du sel qu’il en font, et qui l’interdisent volontiers aux pauvres par le prix exorbitant qu’ils reportent en forçant les malheureux à se priver d’autres secours

 

10) Que s’il nous était permis d’user la liberté des dons de la nature et des fruits de nos travaux sans redouter un injuste procès, pour une pinte de vin, ou une livre de sel ou tabac, bue dehors, ou soit disant faux sel ou tabac de contrebande, au jugement d’un suppôt souvent soudoyé des Fermiers, nous payeront avec beaucoup plus de gaieté et de satisfaction ce que nous devons au Roi

 

Que pour obéir aux abus et aux malheurs qu’entraine la mendicité, on doit obliger les gens de mainmorte, les gros décimateurs (7), les abbés, prieurs commanditaires, les moines & notamment les commandeurs de l’Ordre de Malte de se dessaisir d’une somme suffisante prise exactement sur leurs biens et sous l’administration de deux notables et du curé de chaque paroisse, laquelle somme serait scrupuleusement employée aux secours des vrais pauvres ou malades

 

C’est pourquoi nous supplions MM composants les Etats Généraux de demander la suppression & abolition, entière des Fermes Générales que toutes marchandises soient libres dans toutes l’étendue du Royaume, si ce n’est celles allant et venant à l’étranger, que l’on établisse pour chaque individu un impôt ’personnel et réel’, à raison de son état et profession, pour tenir lieu de ses droits, un impôt sur chaque individu de tel état et à condition que ce soit, à raison de ses fonds ou de son occupation

 

Fait & arrêté le jour d’hui dimanche 29 mars 1789. Ensuite les dits habitants après avoir murement délibéré sur le choix de nos députés qui sont tenus de nommer en conformité des dites lettre du Roi et du règlement y annexé, les voix ayant été par nous recueillis en la manière accoutumée, la pluralité des suffrages s’est réunie en faveur des Sieurs Jean PAQUET et Jean-Baptiste FOLLY qui ont accepté la dite commission et ont promis de s’en acquitter fidèlement;

 

La dite nomination ainsi faite, les dits habitants ont en notre présence, remis aux dits Sieurs PACQUET et JOLLY.

 

 

(1) prône : prière dominicale de l'ancienne liturgie chrétienne formulée par le prêtre, elle pouvait contenir la lecture d'informations concernant la communauté ou celle des décrets et ordonnances épiscopales ou royales

(2) ne varietur : afin qu’il n’en soit rien changé

(3) bénéfice cure : charge d'âmes devant être comprise comme le devoir de s'occuper des paroissiens

(4) à la limite de Sahurs et Hautot reliant le chemin des fossés à la Seine

(5) MM Gruchet de Soquence et Le Couteulx

(6) référence au traité Eden-Rayneval, accord commercial signé entre la France et la Grande-Bretagne le 26 septembre 1786, il provoque, dès la fin de 1788, une vague française de bris de machines textiles

(7) les grosses dîmes qu’on levait sur les principaux revenus de la paroisse, comme le seigle, le blé et le vin

Cahier des doléances d'Hautot sur Seine
Partager cet article
Repost0
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 04:53

En 1712 aliénation à Pierre Grouchet, sieur de Soquence, de la seigneurie directe sur l'Ile-aux-Oiseaux et sur 20 acres de communes à Hautot-sur-Seine

La famille Grouchet est anoblie en 1470 par la Charte des Francs-fiefs dans la Vicomté de Rouen, et sergenterie de Saint-Georges de Boscherville, pour le fief de Soquence dont la finance est de 50 livres.

Les Armoiries des Grouchet de Soquence sont de gueules, au chevron d'or, accompagné de trois cigognes d'argent, au chef cousu d'azur, chargé d'une croisette d'or accostée de deux étoiles d'argent.

Pierre Grouchet de Soquence (1653-1715)

 

Il est né le 9 mai 1653 à Rouen paroisse Saint Godard, fils de Jacques Grouchet de Soquence Conseiller du Roi en sa Grande Chambre au Parlement de Rouen et de Marie de la Mare d’Ausseville.

 

Paroisse Saint Antonin d’Hautot sur Seine (30/10/1714) : Le mardi 30 octobre 1714 nous avons solennellement conjoint en mariage en l’église paroissiale de Hautot sur Seine Mr Nicolas Le Carpentier écuyer, maître des ouvrages fils de feu Mr Louis Le Carpentier et de feue Dame Catherine Hérambourg de la paroissse de Notre Dame de la Ronde de Rouen et Demoiselle Marie Pétronille de Grouchet de Soquence fille de Mr Pierre de Grouchet écuyer, Seigneur de Soquence et de Dame Madeleine Le Courtois de la paroisse de Saint Godard après cependant nous avoir apparu la publication de deux bans, dispense du troisième par Monseigneur l’Archevêque de Rouen et permission de célébrer le mariage en la paroisse de Hautot, lequel mariage a été célébré par Mr l’abbé Morin en présence de leurs parents et amis. Soussignés : M.P. de Soquence, Le Carpentier, De Grouchet, Le Courtois de Soquence, etc

 

Journal de Paris n°149 du dimanche 28 mai 1780 : Enterrement de haute et puissante Dame Marie-Elizabeth-Pétronille de Grouchet, Marquise de Soquence, rue S Jacques.

 

Paroisse Saint Godard de Rouen (01/03/1715) : Le vendredi premier jour de mars 1715 a été inhumé dans le chœur de cette église par Mr du Perroy licenciè es lois curé de cette paroisse Mr Pierre de Grouchet de Soquence conseiller du baillage de Rouen âgé de 62 ans ou environ, décédé du jour précédent en présence de Mr de Soquence son fils et de Mr Le Carpentier son gendre, Mr de Grouchet et Mr de C…lle St Mars et de Mr Bonissent. Soussignès De Grouchet de Soquence, Le Carpentier, De Grouchet, De C…lle St Mars, Bonissan, Du Perroy

 

Paroisse Saint Sauveur de Sahurs (24/03/1720) & ban de la Paroisse Saint Godard de Rouen (12/03/1720) : Ce 24 mars 1720 ont été conjoint par les sacrements de mariage par Mr l’abbé Morin de Villerey Messire Antoine de Gaugy écuyer fils de feu Gabriel de Gaugy aussi écuyer et de feue Dame Marguerite de la Rue de la paroisse de St Martin sur Renelle d’une part et Damoiselle Henriette de Gruchet fille de feu Messire Pierre de Gruchet écuyer seigneur de Soquence et de Dame Magdeleine Le Courtois de cette paroisse d’autre part.

 

Paroisse Saint Godard de Rouen (25/03/1732) : Le mardi 25ème jour de mars 1732 a été inhumé dans le cimetière par Mr de Pontrené prêtre curé de cette paroisse Madame Madelène Le Courtois veuve de Pierre de Gruchet chevalier Seigneur de Soquence décédée de ce jour munie des sacrements âgée d’environ 66 ans.

Les Grouchet de Soquence de 1712 à 1795

Pierre-Etienne Grouchet de Soquence (v.1696-1773)

Paroisse de Saint-Laurent de Rouen (01/06/1722) (extraits) :

Mariage de Messire Pierre-Etienne de Grouchet chevalier seigneur de Soquence âgé de 25 ans de la paroisse de Saint Sauveur à Sahurs avec Damoiselle Marguerite de Bonissent âgée de 35 ans environ de la paroisse de Bosbordel célébré par Jérôme Claude Morin de Villeré avec le consentement de Noble Dame Madeleine Le Courtois veuve de Messire Pierre de Grouchet chevalier Seigneur de Soquence, en présence de Nicolas Le Carpentier et d’Etienne Gaugy beau frères de l’époux, de Messire Jean-Baptiste de Bonissent chevalier Seigneur de Bosbordel et autres lieux père.

Paroisse Saint-Antonin d’Hautot sur Seine (24/07/1726) :

Le mercredi 24 juillet 1726 inhumation de noble dame Marguerite de Bonissan âgée de 38 ans en viron femme de messire Pierre de Grouchet chevalier seigneur de Soquence et autres lieux de la paroisse de Sahurs décédée le jour précédent, munie du saint sacrement de pénitence, a été inhumée dans le cœur de l’Eglise de Hautot sur seine avec deux petits enfants, mâle et femelle ondoyés en présence de messieurs ses parents et amis.

A Sahurs le 3 janvier 1728 Pierre Etienne Grouchet de Soquence est le parrain de Marie Ges née le 24 décembre 1727, la marraine est Dame de Faoucq épouse de Messire de Hurnebuc.

Paroisses de  Saint Godard de Rouen (01/06/1739) et de Saint Eloi de Rouen (02/06/1739) :

Mariage de Messire Pierre de Grouchet Chevalier Seigneur de Soquence fils de feu Messire Pierre du Grouchet et de feue Dame Magdeleine Le Courtois de la paroisse de Sahurs d’une part et Damoiselle Marie Marguerite Françoise de la Houssaye fille de feu Messire Jean Baptiste de la Houssaye chevalier seigneur et patron du Rouge Montier, Beauchamps, La Motte et autres lieux et de feue Dame Catherine Costé de la paroisse de St Godard d’autre part.

 

Le 16 avril 1765 à Sahurs a lieu le mariage de Jean-Baptiste Pierre Duchesne sieur des Chateliers capitaine au corps royal des carabiniers de Monseigneur le Comte de Provence et de Marie Louise Pain en présence de messire Pierre de Grouchet (v.1690-1783), de messire Pierre-Etienne de Grouchet (v.1696-1773) Seigneur de Soquence, de messire Pierre-Antoine de Grouchet de Soquence (1724-1772) capitaine au dit corps des carabiniers.

Paroisse Saint Sauveur de Sahurs (08/04/1773) :

Ce jeudi huit avril 1773 le corps de Messire Pierre Etienne de Grouchet Chevalier Seigneur de Soquence mort ce matin en cette paroisse âgé d’environ soixante seize ans muni des saints sacrements de l’Eglise a été transporté de cette paroisse en l’église de Hautot pour y être inhumé en présence des soussignés De Grouchet, Grouchet de Soquence, Pigache vicaire de Sahurs, Picard curé de Sahurs

 

Inhumation à Hautot-sur Seine de Pierre Etienne Grouchet de Soquence (08/04/1773) :

Ce jeudi huitième jour d’avril mil sept cent soixante et treize a été inhumé dans le cœur de notre église paroissiale de St Antonin de Hautot sur Seine le corps de messire Pierre Etienne Grouchet de Soquence, chevalier seigneur de Soquence, fils de Pierre Grouchet de Soquence et de dame Madeleine le Courtois âgé de soixante dix sept ans environ après avoir reçu tous les saints sacrements de l’église en présence de ses parents, décédé le même jour à Sahurs et transporté dans l’église de Hautot sur Seine, inhumé par nous soussigné Robert le Brument curé de Saint Pierre de Manneville du consentement du curé de Hautot qui a signé.

 

Marie Marguerite Delahoussaye, veuve de Pierre Etienne Grouchet, est décédée en son domicile 84 rue Beauvoisine à Rouen le 13 pluviose an VII, à l’âge de 80 ans.

Les Grouchet de Soquence de 1712 à 1795
Les Grouchet de Soquence de 1712 à 1795

Pierre de Grouchet (v.1690-1783)

Cadet de la famille, le lien exact avec Pierre-Etienne (1696-1773) Seigneur de Soquence n’est pas établi. 

Il épouse Dame Marie Agnès Elisabeth Marye (1711-1747) le 14 octobre 1732 à Paris, paroisse Sainte-Sulpice. Barbe Agnès MARYE est la fille de Pierre-Nicolas MARYE directeur pour la Compagnie des Indes au Cap-Français (Saint-Domingue) propriétaire d'une habitation au Terrier Rouge et d'Agnès CATU séparée de biens d'avec son mari depuis 1717.

C’est un gentilhomme au service de la Duchesse du Maine puis du Comte d’Eu pour lequel il est gouverneur du château d’Anet.

Le château d’Anet construit pour Diane de Poitiers :

Le château d’Anet échoit à Louise-Bénédicte de Bourbon (1676-1753), duchesse du Maine le 29 mars 1733, après le long règlement de la succession de sa mère la princesse de Condé. Elle se fait aménager deux appartements, l'un au rez-de-chaussée de l'aile gauche, l'autre au bout de l'ancienne galerie de Diane. Le bâtiment du gouverneur, comprend les appartements de M. de Grouchet, au rez-de-chaussée, du prince de Dombes, de l’écuyer et des domestiques au premier étage. En 1746, Voltaire et Mme du Châtelet sont les hôtes de la duchesse. Le cousin Soquence est cité dans une lettre de Madame de Staal du 20 août 1747 à Mme du Deffant. Le 7 juin 1749, le roi Louis XV vient à Anet rendre visite à la duchesse, sa tante, puis, se  recueille devant le tombeau de Diane de Poitiers, son ancêtre. Trois ans avant sa mort, la duchesse, partage ses biens entre ses deux fils. L'aîné, Louis-Auguste de Bourbon (1700-1755), prince souverain de Dombes, comte d'Eu a pour sa part le comté de Dreux et la terre d'Anet. A sa mort il laisse ses biens, à son frère Louis-Charles de Bourbon (1701-1775), Prince souverain de Dombes, duc d'Aumale, duc de Gisors, comte d'Eu, comte de Dreux, prince d'Anet et baron de Sceaux. Il fait de fréquents séjours au  château d'Anet et où il s'adonne à sa passion pour la chasse.

 

Paroisse Saint Sauveur de Sahurs (27/10/1734) :

Ce jour d’hui 27 octobre 1734 ont été supplées les cérémonies du baptême d’un garçon né le neuf du précédent en légitime mariage de Messire Pierre de Grouchet écuyer et de noble Dame Marie Agnès Barbe Marye, lequel par péril de mort a été ondoyé le neuf du précédent par Mr François Jourdain chirurgien de la Bouille, et a été nommé Pierre Jean par Dame Marie Anne Marye veuve du sieur de Mauboyne accompagnée de Messire Jean Quesnet, ses parrains et marraine soussignés Marie Anne Marye veuve Mauboyne, J Quesnet, Jourdain, Le Comte prêtre.

 

Paroisse Saint Sauveur de Sahurs (01/05/1736) :

Ce jour d’hui, 1er mai 1736 a été baptisé par moi soussigné prêtre curé du Val de la Haye un garçon né du jour précédent en légitime mariage de Messire Pierre de Grouchet écuyer et de Dame Agnès Marye et a été nommé Pierre Philippe par Messire Philippe Marye écuyer vicomte de Blosville seigneur patron en haut justicier du dit lieu de St Nicolas de Port, de Veules et autres lieux et Dame Catherine de Martonne de Marbeuf parrain et marraine soussignés. Hébert prêtre curé, Marye, Martonne Marbeuf

Le parrain Philippe Marye (04/01/1688 - 23/12/1772) et son frère Nicolas Marye (1685-1759) utilisent les mêmes titres. La marraine Dame Catherine de Martonne de Marbeuf, épouse de François Alphonse de Marbeuf, est décédée à Caudebec-en-Caux le 24 décembre 1759 à l’âge d’environ 77 ans.

 

Paroisse Saint Sauveur de Sahurs (30/07/1737) :

Ce jour d’hui 30 juillet 1737 a été baptisé par moi prêtre desservant de cette paroisse soussigné,  un garçon né du jour en légitime mariage de Messire Pierre de Grouchet écuyer et de Dame Elisabeth Agnès Marye et a été nommé Jean Baptiste Aimable par Noble Dame Marie Barbe Cavelier de Montreuil accompagné de Messire François Jean-Baptiste de Bonissent sieur de Lançon. Le Cointe prêtre.

 

Paroisse Saint Sauveur de Sahurs (24/03/1741) :

Ce 24 mars 1741 a été baptisée par Messire Nicolas Louis Hébert prêtre curé du Val de la Haye une fille née du jour même en légitime mariage de Messire Pierre de Grouchet écuyer et de Dame Agnès Elisabeth Marye, les père et mère de cette paroisse, laquelle a été nommée Agnès Elisabeth par Charles Jean Damas et Marie Louard soussignés.

 

Paroisse Saint Sauveur de Sahurs (16/02/1743) :

Ce 16 février 1743 a été baptisé par messire Pierre Guillaume Le Planquais prêtre licencié en droit canon et civil un garçon né hier du légitime mariage de Pierre de Gruchet, écuyer, gouverneur du château d’Anet et de Dame Marie Agnès Elisabeth Marye, les père et mère de cette paroisse, lequel a été nommé Pierre Claude Parfait Armand par messire Claude Hébert écuyer seigneur en partie de Sahurs et Dame Marie François Marguerite de la Houssaye du Rouge Montier épouse de Monsieur de Soquence, parrain et marraine. Soussignés Rougemontier de Soquence, Hébert, Le Planquais prêtre.

 

Paroisse Saint Sauveur de Sahurs (18/02/1746) :

Ce 18 février 1746 a été inhumé par nous prêtre curé dans le cimetière de cette paroisse le corps de Pierre Claude Parfait Armand, fils de Messire Pierre de Grouchet écuyer et de Dame Marie Agnès Elisabeth Marye agé d’environ trois ans. Présence des soussignes Adrien Cavelier, Carpentier curé de Sahurs, Bellefontaine (vicaire de Sahurs).

 

Paroisse Saint Sauveur de Sahurs (31/12/1747) :

Ce 31 décembre 1747 a été inhumé dans l’église de cette paroisse le corps de Noble Dame Agnès Elisabeth Marye femme de Messire Pierre de Grouchet écuyer, décédée le jour précédent âgée d’environ 36 ans en présence de ses parents et amis. Parmi les signataires Le Cointe Curé de Hautot, Carpentier Curé de Sahurs

 

Rectification le 15/01/1750 de l’acte de baptême d’Agnès Marye du 13/09/1734 en la paroisse de Saint Germain l’Auxerrois de Paris fille de Marie Anne Françoise Marye :

Est aussi comparu Sieur Pierre de Grouchet, écuyer, demeurant à Paris en l’hôtel de Madame la Duchesse du Maine oncle de la demoiselle Agnès Marye, à cause de la Dame son épouse en personne, lequel après serment a dit et déclaré après avoir pris lecture de la requête ci énoncée qu’il a une parfaite connaissance que le Sieur de Beauferry a épousé en premières noces une demoiselle Marye sœur de sa femme de lui comparant, ne se ressource en quelle année le dit mariage a été célébré, n’y ayant point assisté, qu’il a une parfaite connaissance que de ce mariage sont issus deux enfants, une fille qui est l’ainée et un garçon qui est le cadet lequel a été baptisé sous les noms de ses père et mère en légitime mariage mais que la fille a été baptisée seulement sous le nom d’Agnès qui était le nom de baptême de sa grand-mère, nom qu’il ne précise point, pour constater l’état de la dite fille sa nièce puisque son extrait baptistaire dont il vient de prendre lecture la qualifie fille de père et mère inconnus, qu’il ne sait d’où provient cette erreur, qu’il a seulement connaissance que la dite Dame de Beauferry lui a dit manqué de mourir plusieurs fois, qu’il était nécessaire de faire rectifier l’acte de baptême de la dite fille, qui était mal rédigé, pour lui dire en quoi il péchait, qu’il en néanmoins avait certain que la dite Agnès ci présente, sa nièce est née du légitime mariage du Sieur de Beauferry et de la dite défunte Marye sa femme, ce qu’il est obligé de dire et déclaré pour l’acquis de la conférence qu’il est d’avis et même nous supplie d’ordonner que le dit acte de baptême soit réformé et que la dite Agnès Marye dont est question soit qualifiée dans le dit acte de baptême pour fille légitime de Pierre de Beaufrry et de Marie Anne Françoise Marye sa femme les père et mère, et a signé DE GROUCHET

 

Après le décès de sa première épouse, il se marie avec Pierrette Nicole de Rochemont, veuve en 1748 d’Antoine Mathieu. Pierrette Nicole de Rochemont décède le 3 février 1773.

 

Paroisse Saint Sauveur de Sahurs (22/05/1756) :

Ce jour d’hui vingt deux de mai 1756 a été inhumé dans l’église de cette paroisse le corps de messire Jean Baptiste Aimable de Grouchet clerc tonsuré, décédé du jour précédent, muni des sacrements de l’église, âgé de viron vingt ans en présence de Monsieur son père et autres soussignés.

 

Décès à Hautot le 19/03/1780 de Marie Poullard cuisinière de Messire de Grouchet :

Le vingtième jour de mars, du consentement de monsieur le curé de St Sauveur de Sahurs, le corps de Marie Poullard femme de Christophe Triboult, cuisinière de Messire de Grouchet, décédée d’hier, âgée de viron quarante huit ans, munie des Sts sacrements de pénitence, d’eucharistie et d’extrême onction, a été apporté, à cette paroisse et inhumée dans le cimetière du dit lieu par Monsieur Pigache vicaire de Sahurs, et ce la présence de Christophe Triboult, son mari, de Sahurs, de Jean Baptiste Poullard son frère de cette paroisse et autres parents et amis soussignés : P. Pigache vicaire de Sahurs, Christophe Tribout, Jn Bte Poullard, Dehaye curé de Hautot

 

Paroisse Saint Sauveur de Sahurs (08/04/1783) :

Ce mardi huitième jour d’avril 1783 a été inhumé dans le cimetière le corps de Messire Pierre de Grouchet écuyer ancien gentilhomme de son altesse sérénissime Monseigneur le Comte d’Eu décédé hier muni des saints sacrements de l’église âgé d’environ quatre vingt treize ans en présence des soussignés Béguin curé de Moulineaux, Picard curé de Sahurs, Le Blanc curé du Val de la Haye, Dehayes curé de Hautot

Les Grouchet de Soquence de 1712 à 1795

Pierre-Antoine Grouchet de Soquence (1724-1772)

Baptème à Sahurs de Pierre Antoine Grouchet de Soquence (27/12/1724) :

Le 27 décembre 1724 un enfant mâle né du légitime mariage de messire Pierre de Grouchet écuyer sieur de Soquence et de noble dame Marguerite de Bonissent a reçu les cérémonies de baptème par moi prêtre curé de cette paroisse lequel a été ondoyé à la maison vu le danger le dix du dit mois par Marguerite (Lasne) sagefemme de la paroisse de St Pierre de Manneville et a été nommé Pierre Antoine par messire Antoine Gaugy écuyer et dame Barbe Hue veuve de messire de Chatelies écuyer parrain et marraine ce qui ils ont signé : Gaugy, Hue de Chatelies, Grouchet de Soquence, Marguerite Lemoyne veuve de Toussaint (Lasne)

 

Le 2 juin 1739, à Rouen en la paroisse de Saint Eloi, Messire Pierre de Grouchet chevalier seigneur de Soquence, fils de Messire Pierre de Grouchet décédé en 1715 et de feue Dame Magdeleine Le Courtois décédée en 1732 de la paroisse de Sahurs, épouse Marie Marguerite Françoise de la Houssaye, née à Rouen paroisse de Saint Laurent le 19 avril 1719 , fille de Messire Jean-Baptiste de la Houssaye décédé en 1738 chevalier seigneur et patron de Rougemontier, Beauchamps, la Motte et autres lieux et de feue Dame Catherine Costé.

Ils sont les parents de de Pierre Etienne Antoine de Grouchet de Soquence (1745-1811).

 

Paroisse Saint Antonin d’Hautot sur Seine : baptème de Pierre Antoine Fessard (26/04/1764)

Ce 26 avril 1764 a été baptisé par moi prêtre curé de cette paroisse un garçon né du jour précédent du légitime mariage d’Antoine Fessard et de Marianne Touzé, et a été nommé par procuration de Messire Pierre Anthoine Grouchet de Soquence Ecuyer et Noble Dame Marguerite Françoise de la Houssaye de Rougemontier femme de Messire Pierre Etienne de Grouchet Ecuyer Seigneur de Soquence, passées à Jean Adrien Dannequin et Catherine Touzé lesquels ont nommés leur enfant Pierre Antoine et ont signés : Jean-Adrien Dannequin, Catherine Touzé & Le Cointe Prètre Curé

 

Paroisse Saint Sauveur de Sahurs (29/10/1772) :

Ce jeudi vingt neuf octobre 1772 le corps de Messire Pierre Antoine Grouchet de Soquence chevalier de l’Ordre de St Jean de Jérusalem colonel de cavalerie, mort hier en cette paroisse, âgé de quarante huit ans environ, muni des Sts Sacrements de l’Eglise a été transporté de cette paroisse en l’église de Hautot pour y être inhumé en présence des soussignés.

 

Inhumation à Hautot-sur Seine de Pierre Antoine Grouchet de Soquence (29/10/1772) :

Ce Jeudi vingt neuvième jour d’octobre mil sept cent soixante et douze a été inhumé dans le cœur de notre église paroissiale de St Antonin de Hautot sur Seine le corps de messire Pierre Antoine Grouchet de Soquence chevalier de l’Ordre de St Jean de Jérusalem colonel de cavalerie fils de haut et puissant seigneur messire Pierre Etienne Grouchet de Soquence et de noble demoiselle Marguerite Françoise de Bonissent né au château de Soquence le vingt sixième jour de décembre mil sept cent vingt quatre, mort au château de Soquence le vingt huit octobre mil sept cent soixante douze et transporté en l’église du dit Hautot le dit jour (…) après avoir reçu tous les saints sacrements de l’église en présence de ses parents qui ont signés et inhumé par nous.

Les Grouchet de Soquence de 1712 à 1795

Pierre-Philippe Grouchet de Soquence (1736-1816)

Baptême de Pierre-Philippe Grouchet, paroisse Saint Sauveur de Sahurs, le 01/05/1736 :

Ce jourd’hui, 1er mai 1736 a été baptisé par moi soussigné prêtre curé du Val de la Haye un garçon né du jour précédent en légitime mariage de Messire Pierre de Grouchet écuyer et de Dame Agnès Marye et a été nommé Pierre Philippe par Messire Philippe Marye écuyer vicomte de Blosville seigneur patron en haute justice de St Nicolas de Port, de Veules et autres lieux et Dame Catherine de Martonne de Marbeuf parrain et marraine soussignés. Hébert prêtre curé, Marye, Martonne Marbeuf

 

Sa marraine Catherine de Martonne est la fille de Jean-Baptiste de Martonne, conseiller du Roi, maître ordinaire en la Cour des Comptes, et de Catherine Duhamel. Elle est l’épouse de François-Alphonse de Marbeuf. Veuve elle se remarie le 16 mai 1742, paroisse Saint Patrice de Rouen, avec Charles de Mondion, chevalier, sieur de Montmirel.

 

A la mort de sa mère à l’âge de 10 ans il commence sa carrière comme militaire comme page dans la Maison du Maine d’abord dans l’artillerie avant de devenir cornette dans les carabiniers. Il participe pendant la guerre de sept ans à la campagne de Hanovre où il est blessé à la bataille de  Krefeld (1758), un cheval est tué sous lui à la bataille de Minden (1759).

 

Décès de son parrain Paroisse Saint André de la Ville de Rouen (14/08/1759) :

Ce jourd’hui mardi quatorze août mil sept cent cinquante neuf a été inhumé dans cette église (dans) la tombe de la famille, par Monsieur le curé de cette paroisse Messire Nicolas MARYE en son vivant écuyer vicomte de Blosville seigneur patron et haut justicier du dit lieu et de St Nicolas du Port, de Veule et autres lieux décédé du dimanche précédent au soir, muni du sacrement d’extrème onction, âgé de soixante et quatorze ans et environ cinq mois en présence des soussignés Poret de Blosseville, Poret de Boissemont, Auvray curé de St André.

 

Décès de sa marraine Paroisse Notre Dame de Caudebec (en Caux) (26/12/1759) :

Ce mercredi vingt six décembre 1759 par nous Louis Adam Trimolet Prêtre Vicaire de Caudebec a été inhumé dans l’église de ce lieu le corps de Catherine de Martonne veuve en première noces de Mr de Marbeuf, écuyer, et épouse de Mr de Mondion (1686-1769), écuyer, âgée de soixante et dix sept ans ou environ décédée avant-hier dans le couvent des dames religieuses de cette ville après avoir reçu les saints sacrements de l’Eglise et ont assisté au convoi les sieurs Thomas Gifard et Jean-Baptise Lavié marchands en cette ville qui ont signés avec nous.

 

Il se marie à Sahurs le 4 avril 1769 avec Dame Marie Claude Aimée Bihorel de Bellemare.

 

Premier mariage, paroisse Saint Sauveur de Sahurs (04/04/1769) :

Ce mardi quatre avril 1769 après une publication du mariage entre Messire Pierre Philipe de Grouchet, fils majeur de Messire Pierre de Grouchet, gentilhomme de Son altesse Sérénissime Monseigneur le Comte d’Eu et de défunte Demoiselle Agnès Marye ses père et mère de cette paroisse d’une part, et noble Dame Marie Claude Aimée Bihorel de Bellemare fille majeure de feu Messire Claude Bihorel de Bellemare et de défunte Demoiselle Marie Anne Mondré et veuve de Messire Jean-Baptiste de Chambray (*) chevalier seigneur et patron de Morsent, capitaine au corps des grenadiers de France, chevalier de l’Ordre Royal et militaire de St Louis ; de fait de la paroisse tant de celle de St Martin Boscherville que de St Denis en la ville d’Evreux, faite en cette église et en celles de St Martin Boscherville et de St Denis d’Evreux, le vingt sept du mois dernier, sans qu’il se soit trouvé aucun empêchement ni opposition, ainsi qu’il posait par les certificats des sieurs curés des dites paroisses avec leur consentement de se marier en cette église ; les parties ayant été dispensé des deux autres baons par monseigneur l’Evêque d’Evreux le 27 mars et par monseigneur l’Archevêque de Rouen le premier du courant qui a aussi accordé la permission de fiancer et marier successivement , je soussigné Louis Jacques Auger de Monteville  prêtre prieur de St Nicolas de Beaulieu ayant reçu du consentement de Mr le curé, après les fiançailles célébrées, leur mutuel consentement de mariage, leur ai donné la bénédiction nuptiale en présence des parents et amis soussignés. De Grouchet, Bihorel de Bellemare, De Grouchet père, Duchesne de Chateliers, Grouchet de Soquence, Le chevalier de Bonissent, Du Fay de Maulévrier, Le chevalier de Vigneval, Auger de Monteville.

(*) Marie-Aimée de Bihorel de Bellemare a épousé Jean-Baptiste de Chambray (1724-1764) en 1750, avec qui elle a eu deux enfants Louis (16/05/1751) et Marie (12/08/1752).

 

Le 15 mai 1771, Pierre-Philippe Grouchet de Soquence, de taille haute, embarque à Bordeaux sur navire LE SOUVERAIN du Capitaine DELBREIL à destination de Cap-Français (Saint-Domingue) pour affaires. En 1771 il s’établit à Saint Domingue dans la paroisse du Terrier Rouge. En 1774 il devient capitaine des dragons mulâtres du Terrier Rouge et participe à ce titre à la guerre d’Amérique.

 

Aux Archives nationales de Kew en Angleterre, on trouve les seules pièces de musique écrites à Saint-Domingue identifiées avec certitude : six sonates à deux violons de M. de Suffren. Elles étaient incluses dans les papiers du navire L’Aimable Annette, capturé le 17 novembre 1778 (en route de Cap Français au Havre) par le corsaire Viper, commandant Philip Cowell, et emmené à Cork, puis à Liverpool. Dans la lettre d’accompagnement datée du 24 septembre 1778, logé dans une enveloppe avec cachet de cire rouge, le comte Pierre Philippe Grouchet de Soquence présente la musique à sa femme qui habite à Paris, déclarant que M. de Suffren apprécierait une compensation financière pour ses travaux, s'ils plaisent à la comtesse.

 

Il se distingue plus particulièrement en 1779. Ce qui lui vaut de devenir chevalier de l’ordre royal et militaire de St Louis.

 

Relevè de Pierre Bardin (généalogie et histoire de la caraîbe n°27) :

Le 13/08/1784, vente par Pierre Philippe comte de GROUCHET, capitaine de dragons mulâtres à Saint Domingue, à Jean Laurent chevalier de SUFFREN, officier au régiment du Cap Français, d’une habitation aux Fonds Blancs, paroisse des Terriers Rouges, et 14 nègres où environ actuellement sur une autre habitation que Grouchet tient en société avec Madame de Suffren au quartier de Limonade ; vendu 14 500 livres.

Une Négresse créole, nommée Marie-Jeanne, âgée de 55 à 60 ans, fort grande, les yeux enfoncés, rouge, un peu maigre, ayant appartenu à la succession Baufreri, & vendue par M. de Grouchet au Sieur Berot, Habitant aux Fonds-Blancs, est partie maronne le 1 janvier dernier : on présume qu'elle se tient ordinairement aux Perches ou aux environs du Terrier-Rouge. Ceux qui la reconnaîtront,  sont priés de la faire arrêter & d'en donner avis audit Sieur Berot, à qui elle appartient.

 

Etat de service pour obtenir d’être reçu chevalier de Saint Louis

 

Lettre de Grouchet :

A Paris, le 22 juin 1785

J’ai toujours recouru à votre justice et à vos bontés. Mon congé est expiré le 11 de ce mois. Ce serait un bien grand malheur pour moi, si au dérangement que me cause le retard et l’incertitude, était ajouté la perte de mes services. Je viens d’écrire à Monseigneur le Maréchal de Noailles et lui demandé son agrément pour servir sous ses ordres à St Germain. Monseigneur le Duc de Penthièvre lui a écrit en ma faveur, et viens de me recommander à lui. Cependant Monseigneur, si ma demande ne lui était pas agréable, n’ayant demandé cette ville que par le conseil des médecins et pour le rétablissement de ma santé, je vous demande pour résidence, s’il n’est pas possible que je joigne St Germain, la ville d’Honfleur où il n’y a point de lieutenant des maréchaux de France, et où je serai plus à portée de mes affaires à l’Amérique. Je ferai la dessus tout ce qu’il vous plaira m’ordonner, mais n’ayant d’autre espoir qu’en votre protection, j’ose vous prier de fixer mon sort. Des fonds épars de côté et d’autre, des commettants peu fidèles et toujours prêt d’attraper ce qui n’est pas soigné, tout me fait craindre le dérangement si ordinaire aux officiers, suite ordinaire de l’oisiveté et des longues sollicitations. Si vous avez quelques doutes pour moi, Monseigneur, au moins que j’en sois toujours digne.

Je suis avec le plus profond respect, Monseigneur, votre très humble et très obéissant serviteur.

GROUCHET

 

Recommandation du Maréchal de Richelieu :

 

Les revenus de Pierre-Philippe Grouchet de Soquence en 1785 :

 

Lettre de Grouchet à Georges Washington (Paris 20 Octobre 1785) :

My General, Desirous of that which leads to Glory, & the Protection of those, who Commands, I aspire to that of your Excellency, in Demanding to be admitted into the Military Order of Cincinnatus, the Marechall de Richelieu whose Lieutenant I am, & who will be Answerable for me, as he has been a Witness of my first Campaigne at Port Mahon, in the Electorate of Hanover; The Orders of My King, having Oblig’d me to America, whc. I have done my Endeavours to Shew you, by the Writing & Cerficate; that I have now the Honour to Inclose you. If Mr Suffren, whose Relation I am, had been at Paris, he would have Join’d his Supplication to mine, having told me the last year, to ask this favour of your Excy, Emulous of your Esteem my General, Certain of your Justice, I Conjure you beforehand, the Profound Respect, for your Goodness, & the Gratitude, that a Heart like mine owes to the Kindnesses, of a Great Soul like yours, whc. does So much honour, to Humanity I am with the most Profound Respect. My General your Excys. Grouchet Lieutenant des Maréchaux de France au département de St Germain en Laye chez le Maréchal de Richelieu en son Hôtel à Paris.

 

Georges Washington responded from Mount Vernon on 19 June 1786 in these terms:

“Sir, I have had the honor to receive your letter of the 20th of Octr 1785. together with the certificate of the Duke de Richelieu, Marechall of France. “The high estimation in which I hold the French nation in general, & the particular respect which I have for those Gentlemen who served in America in the late war, would lead me to grant to a person of your merit every request which I could consistently comply with; but at the last general meeting of the Cincinnati (which is holden but once in three years) those Gentlemen in France who are of that order, were empowered to examine the claims of those of their countrymen who should apply for admission into it, & judge of their qualifications.“I have not the least doubt Sir, but that upon an application to those gentlemen, (at the head of whom are the Counts d’Estaing & Rochambeau) you will meet with every attention you could wish. I am Sir &c. G: Washington”

 

Le Comte Grouchet de Soquence est lieutenant des maréchaux de France à Saint-Germain de 1786 à 1792. La fonction des lieutenants des maréchaux était de connaître et juger les différends qui survenaient entre gentilshommes. Il est chevalier de Saint Louis en 1788.

 

Blason de Pierre-Philippe Grouchet de Soquence sur http://www.armorialdefrance.com/

De gueules au chevron d’or accompagné de trois grues, celles du chef affrontées, d’argent, au chef cousu d’azur chargé d’une croix tréflée d’or entre deux étoiles du même.

 

Il se remarie avec Angélique Marie Eléonore Thibaut. Il revient en France en 1789. Il séjourne pour raison de santé à l’hôtel national des militaires invalides.

 

Negroes and Mulattoes in Eighteenth-Century France :

In 1792 a case of alleged imposture was brought before the Paris police by Pierre Philippe de Grouchet, planter from Santo Domingo and wearer of the cross of Saint-Louis, smart mulattress thought to blackmail her owner, a military man from Santo Domingo named Grouchet. Only seventeen years of age, she circulated the word that she was the natural daughter of Grouchet by a free Negress. She tried to obtain from him a settlement of 20,000 livres for living expenses, and even brought in to act as arbiters two persons who no doubt were confederates. But Grouchet parried this act, showing proof that she was merely a slave.

 

Le 26 floréal an IX (16 mai 1801), Pierre Philippe Grouchet, capitaine invalide, propriétaire à Saint-Domingue, demeurant à l’hôtel national des militaires invalides, corridor de Toulouse n° 32, vient déclarer la naissance d’Achille Grouchet, son fils mineur et d’Eléonore Thibaut, son épouse, à Saint Domingue, le 4 août 1790. Pourquoi cette déclaration tardive sous serment ? Il explique qu’il dut quitter l’île en 1789, pour venir habiter à Paris, laissant à Saint Domingue son épouse lors enceinte. Les troubles qui se sont manifestés, allant toujours croissant, ont forcé cette dernière à fuir la colonie et à se réfugier avec son enfant sur la fin de 1790 dans la Nouvelle Angleterre. En 1792 son épouse vint avec cet enfant le rejoindre à Paris qu’il n’a pas quitté depuis 1789. Les troubles qui ont désolé la colonie l’ont mis dans l’impossibilité d’avoir l’acte de naissance de son fils.

Acte n°62 de l’Etat civil de la commune de Saint-Cloud de l’année 1811 :

Du huitième jour du mois de décembre 1811, heure de midi. Acte de naissance de Félicité Placide de Grouchet née avant-hier, à dix heure du soir, fille légitime de Monsieur Pierre Philippe de Grouchet de Soquence ancien capitaine de cavalerie et ancien chevalier de Saint Louis demeurant à Saint Cloud et d’Angélique Marie Eléonore Thibaut son épouse (etc etc)

Il décède à son domicile à Saint Cloud en 1816.

 

Acte n°30 de décès de l’Etat civil de la commune de Saint-Cloud (30/06/1816) :

L’an mil huit cent seize le trente juin à dix heures du matin. Acte de décès de Monsieur Pierre Philippe Comte de Grouchet de Soquence natif de Sahurs, arrondissement de Rouen Département de la Seine Inférieure âgé de quatre vingt ans, ancien Lieutenant des maréchaux de France et chevalier de l’ordre royal et militaire de St Louis et lors de son décès capitaine de cavalerie, décédé ce jourd’hui à six heures du matin en son domicile à Saint Cloud, époux d’Angélique Marie Eléonore Thibaut, domicilié au dit Saint Cloud. Sur la déclaration à nous faite par le sieur Pierre François Loisel, âgé de trente cinq ans, marchand, et Louis Aimable Sciard, Capitaine d’Infanterie, chevalier de l’ordre royal de la légion d’honneur, demeurant tous deux à Saint Cloud, lesquels ont signés aux registres. Constaté suivant la loi par moi François Dumanoir, adjoint au Maire de la commune de Saint Cloud, troisième arrondissement communal du département de Seine et Oise faisant par délégation les fonctions d’officier public de l’Etat civil.

 

Décès d’Angélique Marie Eléonore Thibaut (1778-1837) le 10 mars 1837 à Saint Cloud :

Du dix mars mil huit cent trente sept à neuf heures du matin : acte de décès de Angélique Marie Eléonore THIBAUT née à Paris décédée en cette commune hier à deux heures du soir à l’âge de cinquante neuf ans, veuve de Philippe Pierre Grouchet de Soquence décédé.

Les Grouchet de Soquence de 1712 à 1795

Pierre Etienne Antoine Grouchet de Soquence (1745-1811)

Baptème de Pierre Etienne Antoine de Grouchet de Soquence (05/12/1745) :

Ce 5 décembre 1745 a été baptisé par Mr le Curé messire Pierre Etienne Anthoine de Grouchet de Soquence né d’hier du légitime mariage de messire Etienne Pierre et de dame Marie Marguerite François de la Houssaye du Rougemontier, de père et de mère de cette paroisse lequel a été nommé Pierre Etienne Anthoine par Anthoine Grasse et Catherine M… parrain et marraine. Signé Carpentier curé de Sahurs.

 

Mercure de France du 16 juin 1775 p.212 : mariage

Le 28 mai 1775 Leurs Majestés ont signé le contrat de mariage du Marquis de SOQUENCE, lieutenant à la suite du Régiment de Chartres, Cavalerie, avec Demoiselle Lorimier de Chamilly (*)

(*) fille de Claude-Christophe Lorimier de Chamilly (1732-1794), premier valet de chambre du Roi depuis 1771, mort sur l'échafaud, marié le 8 avril 1756 à Paris avec Marie-Thérèse Marsollier (1738-1787).

 

Baptême à Sahurs d’Aglaé de Grouchet (22/05/1776) :

Ce mercredi vingt deux mai 1776 ont été supplées les cérémonies du baptême par moi curé du Gourel soussigné, à une fille à qui on a imposé le nom d’Aglaé, fille du légitime mariage de Messire Pierre Etienne Antoine de Grouchet, chevalier, Seigneur de Soquence et de Noble Dame Marie Elisabeth Renée de Lorimier de Chamilly, de cette paroisse, née le vingt sept avril dernier et ondoyée le même jour par monsieur le curé de ce lieu soussigné à cause du danger de mort, le parrain Messire Claude Christophe Lorimier de Chamilly, premier valet de chambre du Roi, la marraine Noble Dame Marie Marguerite François de la Houssaye du Rougemontier qui ont signé avec le père. Duval Curé du Gouret, Picard curé de Sahurs, Grouchet de Soquene, Lorimier de Chamilly, La Houssaye de Rougemontier de Soquence.

 

Baptême à Sahurs d’Armand de Grouchet (11/09/1777) :

Ce jeudi onze septembre 1777 a été baptisé par moi prêtre curé de cette paroisse un garçon né d’hier du légitime mariage de Messire Pierre Etienne Antoine de Grouchet, chevalier, Seigneur de Soquence et Noble Dame Marie Elisabeth Renée de Lorimier de Chamilly de cette paroisse lequel a été nommé Armand par Messire Pierre de Grouchet et Noble Dame Marie Thérèse Marsollier de Chamilly représentée par demoiselle Agnès Elisabeth de Grouchet, parrain et marraine soussignés.

 

Inhumation à Sahurs d’Armand de Grouchet (27/10/1777) :

Ce lundi vingt sept octobre 1777 a été inhumé dans l’église de cette paroisse le corps d’Armand de Grouchet de Soquence fils de Messire Pierre Etienne Antoine et de Noble Dame Marie Elisabeth Renée de Lorimier de Chamilly, décédé de ce matin, âgé d’environ six semaines en présence des soussignés.

 

Inhumation à Sahurs de Marie Elisabeth Renée de Lorimier de Chamilly (04/07/1778) :

Ce samedi quatre juillet 1778 a été inhumé dans l’église de cette paroisse le corps de Noble Dame Marie Elisabeth Renée de Lorimier de Chamilly épouse de Messire Pierre Etienne Antoine de GROUCHET, chevalier, Seigneur de Soquence de cette paroisse décédée hier, âgée d’environ vingt et un an, munie des Sts Sacrements de l’Eglise en présence des soussignés : Le Brument curé de St Pierre de Manneville, Béguin curé de Moulineaux, Picard curé de Sahurs, Deshayes curé de Hautot.

 

Acte de décès de Pierre-Etienne-Antoine de Grouchet de Soquence (22/04/1811) :

L’an dix huit cent onze le vingt deux d’avril, par devant nous adjoint du Maire faisant fonction d’officier public de l’état civil de la commune du Val de la Haye, canton du Grand Couronne, département de la Seine Inférieure est comparu Guillaume Pottier et Gagu tous deux officier dans les douanes et domiciliés en cette commune, lesquels m’ont déclaré que Pierre Etienne Antoine de Grouchet de Soquence âgé de soixante et six ans fils de messire Etienne Pierre et de dame Marguerite Françoise de la Houssaye ses père et mère de la commune de Sahurs est décédé du jour d’hui à quatre heures de l’après midi et j’ai rédigé le présent acte que les témoins ont signés après lecture des jours mois et an sus dites.

Journal de Rouen du 3 juin 1811 :

Vente après décès devant la porte de la maison où est décédé Mr Pierre-Etienne-Antoine de Grouchet (de Soquence), située en la commune du Val de la Haye, hameau de Quenneport (…) au nom de M. Antoine de Gaugy et de feue dame Henriette de Grouchet et à la représentation de cette dernière, la dite dame veuve de Cassant héritière bénéficiaire (cousine germaine de Pierre-Etienne-Antoine de Grouchet) décédé le 21 mai dernier.

Délibération de la municipalité d’Hautot sur Seine du 5 décembre 1793 :

Ce jourd’hui quintidé de la seconde décade du mois de frimaire l’an 2ème de la République une et indivisible (5 décembre 1793), le citoyen procureur de notre commune nous ayant exposé que le citoyen Jean-Antoine Grouchet de la commune de Sahurs avait été arrêté par le comité de sureté générale, comme le citoyen Grouchet depuis l’époque de la Révolution, a toujours manifesté le patriotisme le plus pur, (c’est) pourquoi (nous) requerront ledit procureur de la commune qu’il soit nommé deux commissaires dans notre dite municipalité aux fins de porter une pétition tant aux représentants du peuple qu’au comité de sureté générale, tendant à ce que les peines du dit Grouchet soient épurées sur le champ aux fins que s’il est innocent le comité rende à sa famille un père. Commun à tous et il proposé de délibérer sur son exposé.

Correspondance d’un agent du comité de sureté générale de Rouen :

Il en agissent de même avec le citoyen Soquence (*), mais pour ce dernier la personnalité m’a été évidemment démontrée par l’ex-avocat, le citoyen Poré (membre du Comité de surveillance). Il fonde son opposition sur le libellé susdit, sur ce que quatre communes réclament par adresses, par députation en faveur de leur père (en marge : c’est ainsi qu’elles nomment le citoyen Soquence. Depuis vingt années, il en exerce le sacré caractère ; au moment de son arrestation, il gérait un haras nécessaire à la république) et que sa détention n’a eu pour motif que d’être suspect. Parce qu’il était suspect ? On demande ses torts, et l’on n’entend que le récit de ses vertus civiques. Enfin l’ex-avocat m’a déclaré (au défaut de délit) que c’est même d’après la réclamation publique que le citoyen Soquence lui parait suspect au moins de s'être popularisé, et qu'il se pourrait qu'il se fût fait un parti. C'est à moi qu'il tenait ce langage; je lui en ai marqué toute mon indignation. J'avais pour témoins le citoyen Alquier, Député ; Lamine, maire; Legendre, président du tribunal révolutionnaire; Bernays, du Comité de surveillance, et autres. J'aurais dû me contenir, car, dès qu'on entend établir pour principe une hypothèse aussi monstrueuse, l'on ne devrait répondre que le mépris. Mais cette réticence ne peut avoir lieu quand on considère les suites dangereuses d'une semblable subtilité. Aussi je me crois obligé d'inculper son auteur de porter dans l'exercice de ses fonctions toute l'extension du régime arbitraire. Quoi plus une enquête vous serait favorable, plus elle aurait d'adhérents, qu'alors celui qu'elle aurait pour objet serait suspecté ! Quelle effrayante absurdité ! J'ai déclaré que je la dénoncerais à votre sagesse.

P.S. J'apprends à l'instant (non officiellement) que le citoyen Poré a conduit hier l'après-dîner le citoyen Soquence à son comité ; j’ignore qu’elle en a été l’issue.

(*) Le ci-devant marquis de Soquence, ex-député de la noblesse à l’assemblée du département de Rouen (1787), arrêté le 14 frimaire. Plusieurs pétitions en se faveur se trouvent aux archives municipales de Rouen.

Extrait du journal d’agriculture et d’économie rurale n°33 an III de la république

Le citoyen Grouchet, de la commune de Sahurs, de qui sa municipalité a rendu un témoignage flatteur, pour s’être livré, avec succès, à l’éducation des moutons anglais, et à l’entretien d’un haras, dans lequel il a trois étalons et des poulinières à proportion.

La chapelle Saint-Pierre de Soquence :

La chapelle Saint Pierre au manoir de Soquence fut érigée en titre à la présentation des héritiers du fondateur le 11 octobre 1684. 3 novembre 1684  nomination de Nicolas Cousin, à la chapelle de Saint-Pierre de Soquence, en la paroisse de Sahurs. En 1723 le seigneur de Soquence y a présenté.

L’autel est dans l’église Saint Sauveur de Sahurs (chapelle de la Sainte-Vierge).

 

LES DERNIERS GROUCHET DE SOQUENCE :

 

Joseph Pierre Eugène de Grouchet de Soquence (1801-1856) :

Né à Paris le 26 avril 1801, fils de Pierre Philippe Comte de Grouchet de Soquence (1736-1816) d’Angélique Marie Eléonore Thiébaut (1778-1837). Il est lieutenant le 16 janvier 1833 et capitaine au 15ème régiment d’infanterie de ligne 16 novembre 1840. Il est marié avec Charlotte Delon. Capitaine en retraite depuis le 15 décembre 1849, il est décédé le 8 mai 1856 à Gondreville (Meurthe) à l’âge de 55 ans.

 

Félicité-Placide de Grouchet de Soquence (1811-1902) :

Née le 6 décembre 1811 à Saint-Cloud (Seine & Oise) fille de Pierre Philippe de Grouchet de Soquence (1736-1816) d’Angélique Marie Eléonore Thibaut (1778-1837). En 1816 à l’âge de 4 ans elle est admise à la Maison Royale de Saint-Denis où elle vit jusqu’en 1833. Elle est décédée rentière et célibataire le 24 mars 1902 à 90 ans à Poitiers (Vienne), en sa demeure 34 rue Théophraste Renaudot.

 

Félicité Placité Valentine de Grouchet de Soquence (1842-1889) :

Elle est née à Velaine-en-Haye (Meurthe-et-Moselle)  le 18/10/1842, elle est la fille de Joseph Pierre Eugène Comte de Grouchet de Soquence (1801-1856) et de Charlotte Delon. Veuve en premier mariage de Théophile Joseph Rey décédé à Dunkerque le 30 septembre 1878, en second mariage de Charles Muller, elle se remarie avec Florentin Batho. Elle est décédée le 23/09/1889 à Rosières aux Salines (Meurthe-et-Moselle) à l’âge de 46 ans.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 06:01
Aperçu de Moïse Obselin sur le reportage de 1939

Aperçu de Moïse Obselin sur le reportage de 1939

Le sort du mafieux Attilio Dessi (1895-1939) à Hautot sur Seine

Acte de décès d’un inconnu du 13 mars 1939 à Hautot-sur-Seine :

Le treize mars mil neuf cents, douze heures quarante, nous avons constaté le décès d’un individu du sexe masculin, dont l’identité n’a pu être établie et dont la mort parait remonter à vingt quatre heures à peine. Le signalement est le suivant : le défunt paraissait âgé de trente cinq à quarante ans, mesurant 1m. 70, il avait les cheveux bruns, le front découvert, le sourcil épais et une bonne denture. Il était vêtu d’un maillot blanc, d’une chemise en percale blanche à rayures rouges. Il ne portait ni chaussures ni pantalon, sur la jambe gauche une plaie profonde de 12 cm de long sur 5 cm de large, plaie régulière qui paraissait avoir été faite par un chirurgien. L’individu portait d’ailleurs plusieurs pansements sur différentes parties du corps. Le cadavre portait de nombreux tatouages, particulièrement à l’avant bras droit et sur les deux pieds. Le corps a été trouvé au bord de la Seine, au lieu dit « le passage d’Hautot sur Seine ». Dressé le jour sus dit, treize heures, sur la déclaration de Moïse Obselin cinquante cinq ans, débitant, domicilié en cette commune qui lecture faite a signé avec nous, Georges Poullard, maire d’Hautot sur Seine, chevalier de la Légion d’Honneur.

Le sort du mafieux Attilio Dessi (1895-1939) à Hautot sur Seine

Journal de Rouen du 15 mars 1939 : A marée basse, on découvre en Seine le cadavre d’un homme

La découverte d’un cadavre en Seine n’est pas chose si rare pour qu’on y attribue ordinairement une importance bien grande. Les riverains sont habitués à ces « repêchages de noyés » qui se produisent, pourrait-on dire, périodiquement. Le plus souvent, après les formalités d’usage, on arrive aisément à identifier le corps et à classer l’affaire dans les catégories : suicides ou accidents. C’est bien devant un cas semblable que pensait se trouver un docker de Saint-Pierre-de-Manneville, M. Gaston Husson, quand il aperçut lundi, peu après midi, un cadavre en bordure de la Seine. Mais, cette fois, l’affaire devait sortir de l’ordinaire et se révéler - jusqu’à présent du moins - fort mystérieuse.

Les promeneurs qui, durant les beaux jours, se rendent au Val-de-la Haye, poussent généralement une pointe jusqu’à la colonne Napoléon. De là la route de Sahurs longe le fleuve sur une bonne distance : à droite, en allant vers Hautot-sur-Seine, c’est la prairie. On aperçoit seulement au fond la cabane du passeur, au coude que forme la route pour rejoindre le centre d’Hautot. L’endroit est désert, pour ne pas dire sauvage, et sans doute il avait été repéré. Vers 12 h. 40, M. Gaston Husson, 32 ans, s’en allait reprendre don travail à Grand-Couronne. A cette heure, la marée était basse. A cent mètres environ du passage d’eau d’Hautot, M. Husson vit le cadavre d’un homme en bordure de Seine. Il avertit aussitôt M. Moïse Obselin, conseiller municipal, qui se rendit à l’endroit indiqué, accompagné de son employé, M. Dodard. Les gendarmes Charlier, commandant par intérim de la brigade de Grand-Couronne, Michel et Dumontier, prévenus arrivaient peu après pour procéder aux constatations. Le corps, presque nu, était couché sur le dos et baignait légèrement dans l’eau. Il ne présentait pas l’aspect d’un noyé. Un pansement volumineux entourait la jambe gauche. A côté du cadavre, on devait également trouver une couverture, blanche d’un côté, rose de l’autre, un cache-nez avec un nœud coulant, enfin une pioche de terrassier neuve. L’outil, peint en noir, n’était pas rouillé et n’avait donc pas séjourné longtemps dans l’eau. Tous ces détails indiquaient bien qu’on ne se trouvait pas devant une noyade banale.

M. Poullard, maire d’Hautot, fit mander le docteur Lobel, du Val-de-la-Haye. Le corps qui avait été amarré par M. Obselin avec un grappin fixé à l’un des pansements fut remonté sur la berge. L’homme paraissait âgé de 35 à 40 ans. Mesurant 1 m. 70, il avait les cheveux bruns, une barbe de plusieurs jours, le front découvert, les sourcils épais et une bonne denture. Il était vêtu d’un maillot blanc, d’une chemise en percale blanche à rayures rouges. Il ne portait ni chaussures ni pantalon. On remarquait plusieurs pansements sur différentes parties du corps. La jambe gauche portait une plaie profonde de 12 cm de long sur 5 cm de large, plaie régulière qui paraissait avoir été faite par un chirurgien. On relevait également un pansement à la main gauche, un autre à l’épaule droite et au poignet droit.

Quelle est l’origine de ces blessures ? Elle apparait difficile à fixer, d’autant plus que ne découvrit aucune trace récente de coups sur le corps. Signalons encore une cicatrice ancienne à peine guérie, sur le côté gauche. Doit-on voir là des traces de coups de couteau ? On ne peut l’affirmer. Ce qui retint l’attention des enquêteurs, ce fut la quantité de tatouages relevés sur le corps. Citons entre autres sur l’avant-bras droit, un cœur transpercé d’un poignard et l’inscription « Clemence 1915 » ; sur le pied droit avec l’inscription « Marche ou crève » ; enfin sur le pied gauche, trois mots : « Biribi qui passe ». Ces marques « distinctives » indiquent, semble t’il, que la victime appartenait à un milieu spécial. Aideront-elles les enquêteurs dans leur tâche difficile ? c’est possible. D’après les conclusions du docteur Lobel, le corps aurait séjourné moins de 24 heures dans l’eau. Ne pouvant se prononcer sur les causes et les circonstances du décès, le praticien refusa le permis d’inhumer.

Le Parquet de Rouen, composé de M. Turquey, juge d’instruction, Nicou, greffier, accompagnés du lieutenant de gendarmerie Le Mouël, commandant la section d’Elbeuf ; du commissaire divisionnaire Dargent, de la 3° brigade mobile ; du commissaire Léoni, de l’inspecteur Soudais s’est transporté à Hautot hier après midi. Une information a été ouverte. Le corps avait été déposé dans une grange. C’est là que fut pratiquée l’autopsie par le docteur Godbille, médecin légiste, et M. Blanchet, préposé à la morgue. Il semble que l’homme vivait encore au moment où il a été jeté à l’eau. Quelques renseignements très utiles pour la suite de l’enquête ont pu âtre recueillis. C’est ainsi que des pêcheurs qui préparaient leurs engins la nuit sur la rive gauche de la Seine, ont déclaré que vers 3 heures, dans la nuit de dimanche à lundi, deux automobilistes avaient stationné près du passage d’eau d’Hautot. Les pêcheurs ayant donné quelques coups de sifflet, les deux véhicules, tous phares éteints avaient démarré à toute vitesse vers Rouen. Est-ce à ce moment que fut jeté en Seine le corps retrouvé quelques heures plus tard ? Parviendra-t-on à connaitre l’identité de la victime, celle des automobilistes, et s’il y a eu crime, réussira-t-on à mettre la main sur les meurtriers ? Le mystère qui entoure cette étrange affaire doit rende très délicate la tâche des magistrats et des enquêteurs.

Le sort du mafieux Attilio Dessi (1895-1939) à Hautot sur Seine

Journal de Rouen du 25 mars 1939 :

Le mystérieux noyé d’Hautot-sur-Seine semble bien être le redoutable bandit Attilio Dessi. Il avait participé à l’attaque du train d’or près de Marseille.

Le crime d’Hautot-sur-Seine, qui semblait si mystérieux va t’il être éclairci ? Jusqu’ici, il avait été impossible d’identifier le cadavre découvert au bord du fleuve, le 13 mars au matin. On ne savait donc quelle piste suivre pour tenter de découvrir les mystérieux automobilistes dont les allées et venues nocturnes avaient été remarquées par des pêcheurs occupés sur la rive gauche à poses des filets.

Or, voici que, grâce aux nombreuses photos, prises avec grand soin par le service anthropométrique de la 3° brigade mobile, grâce aux mensurations relevées peu de temps après la mort et surtout en raison du relevé très précis des multiples tatouages de l’inconnu, l’une des brigades mobiles qui, à travers la France, reçurent un dossier fort complet, a pu identifier l’inconnu.

La brigade de Marseille - qui connait parfaitement les dix bandits qui attaquèrent un train à Saint-Barthélémy - six de ces individus sont arrêtés - a rapidement reconnu le noyé d’Hautot-sur-Seine comme étant un dangereux Italien fortement tatoué et portant notamment un cœur transpercé et ce prénom « Clémence » marqué sur la poitrine. Ces coïncidences firent penser qu’il s’agissait d’Attilio Dessi, né le 31 janvier 1895 à Sassari (Italie), interdit de séjour, expulsé, recherché par le parquet de Marseille, à la suite de l’attaque du train de l’or, le 21 septembre dernier, à Saint-Barthélémy, près de Marseille. La comparaison des empruntes digitales recueillies par la 3° brigade mobile avec celles conservées au fichier central du contrôle général des recherches permet désormais d’assurer que le mystérieux noyé d’Hautot-sur-Seine est bien le redoutable bandit Attilio Dessi.

Mais comment cet homme a-t’il été amené là ? Pourquoi portait-il des blessures récentes et en voie de cicatrisation, recouvertes de pansements sommaires ? Pourquoi tout son corps était-il marqué d’innombrables plaies faites comme avec un cigare allumé ? Pourquoi n’avait-il pour le couvrir qu’une chemise et une veste de pyjama ? Pour le moment, toutes ces questions restent sans réponse. Tout ce qu’on sait, par des témoignages précis, c’est que deux autos, venant de Rouen, passèrent à Hautot à 2 h. 50, en redescendirent à 3 h. 20 et s’arrêtèrent à hauteur de l’endroit où le cadavre d’Attilio Dessi fut retrouvé le lendemain. Les automobilistes seraient certainement demeurés plus longtemps en cet endroit désert, si les pêcheurs, qui se trouvaient sur le rive gauche, n’avaient sifflé pour faire voir aux automobilistes - qu’ils prenaient pour de simples promeneurs nocturnes - qu’on les voyait. Aux coups de sifflet, les automobilistes éteignirent les phares de leurs véhicules et disparurent vers Rouen. Ils abandonnèrent auprès du corps - Attilio Dessi n’était pas mort à ce moment - une couverture et une pioche neuve. Cet outil devait-il leur servir à creuser la tombe de Dessi, enseveli dans la couverture ?

Quel est le mobile du crime ?

Les enquêteurs pensent que ses complices voulaient s’emparer de l’or que Dessi avait volé dans le train de Saint-Barthélémy. Attilio Dessi, assure-t-on, s’était réservé le plus grand nombre de lingots. Six des dix individus qui firent le coup avec lui, sont arrêtés ; sont-ce les trois autres qui ont voulu lui faire dire, en le torturant, où il avait caché les lingots d’or ? Et parmi ces trois individus, que la police recherche en vain depuis six mois, se serait trouvé le chef de la bande : Auguste Mela, 41 ans, né à Marseille. Ou bien Attilio Dessi a-t’il été la victime d’autres gangsters, qui, sachant l réussite du coup organisé par la « bande à Mela » voulurent rançonner celui qui en avait gardé la plus grosse part ? Rien jusqu’ici ne permet de pencher pour une thèse plutôt que pour l’autre. Mais ce qui est très vraisemblable, c’est qu’Attilio Dessi a été victime d’individus qui l’ont torturé pour le faire parler. Dans quel but ? Connaitre l’endroit où il cachait l’or ?

Mais pourquoi ce crime, qui a ses origines non dans notre région, mais à Marseille, s’est il déroulé à Hautot-sur-Seine. Certains enquêteurs pensent qu’Attilio Dessi voulait gagner les Amériques par Le Havre. Rejoint au moment de son départ, il fut gardé par eux dans un endroit secret et sûr où ils tentèrent de le faire parler en le torturant. Mais pourquoi est-ce à Hautot-sur-Seine que l’Italien fut jeté en Seine ? Pour essayer d’éclaircie tous ces mystères, sur lesquels une information a été ouverte par M. Turquey, juge d’instruction, M. Dargent, commandant divisionnaire, chef de la 3° brigade mobile, a prescrit un certain nombre de recherches et de contrôles. Après avoir fait à Rouen des recherches, qui n’ont rien donné, le commissaire Léoni a enquêté hier au Havre. Il a tenté de savoir si Attilio Dessi y avait essayé de s’embarquer, soit sous un faux état civil, soit clandestinement. Il a également cherché trace du passage des deux automobiles suspectes et des trois individus, non encore arrêtés, qui participèrent à l’affaire de Saint-Barthélémy, notamment du chef de la bande, Auguste Mela.

Le sort du mafieux Attilio Dessi (1895-1939) à Hautot sur Seine

Journal de Rouen du 29 mars 1939 : la mort mystérieuse d’Attilio Dessi Hautot-sur-Seine

M. Turquey, juge d’instruction, qui a ouvert une information contre X, pour homicide volontaire, à la suite de la découverte, à Hautot-sur-Seine, au bord du fleuve, du cadavre du gangster italien Attilio Dessi, a reçu les résultats de l’examen des viscères du noyé. Le docteur Guerbet a établi que l’Italien avait absorbé une forte quantité d’alcool : près d’un litre ; en tous cas plus d’un demi-litre. L’expertise vient donc confirmer les résultats de l’autopsie faite par le docteur Godbille, médecin-légiste : Attilio Dessi avait été torturé pendant la dizaine de jours qui précédèrent le meurtre. La plaie de la jambe gauche en est la preuve : elle comprend deux déchirures parallèles, sur le sens de la hauteur, et une déchirure transversale. Ces chairs étaient nettement en voie de cicatrisation.

Plus récentes étaient les plaies circulaires, faites avec régularité comme avec des pointes de cigares enflammés. On peut donc formuler une hypothèse vraisemblable ; Attilio Dessi a été brutalement frappé, puis torturé avec raffinement, puis il fut contraint d’absorber une forte quantité d’alcool, qui agissant comme un narcotique ou un anesthésiant, lui fit perdre le contrôle de lui-même et la notion des choses. Il était pratiquement sans connaissance quand il fut jeté en Seine par les occupants des deux mystérieuses voitures.

Mais, en dehors de ces faits, l’instruction n’a point appris d’autres faits nouveaux. Le magistrat instructeur recherche l’origine de la couverture et de la pioche, toute neuve, à manche noir, abandonnés près du cadavre. Par là on pourrait peut-être savoir l’endroit, fort difficile à déceler, où les assassins d’Attilio Dessi l’enfermèrent pour le torturer et lui faire avouer le lieu où il cachait les lingots, provenant du « train de l’or ». Cet endroit, d’où ils enlevèrent en pleine nuit, le gangster, vêtu d’une chemise et d’une veste de pyjama, ne doit vraisemblablement pas avoir été tellement éloigné de l’endroit où le corps fut jeté. Les assassins avaient, en effet, intérêt à parcourir un trajet aussi court que possible. C’est pourquoi on pense de moins en moins qu’Attilio Dessi a été amené du Havre à Hautot-sur-Seine. Mais où a-t’il été torturé ? Et par qui ? Est-ce par les trois membres de la «  Bande à Méla », qui, depuis l’attaque du «Train de l’or », à Saint-Barthélémy, n’ont pas encore été arrêtés ?

Extrait du Journal de Rouen du 18 juin 1939 : Auguste Méla serait l’auteur de l’assassinat

La première brigade de la Police mobile de Paris et la gendarmerie de l’Oise ont réussi, hier matin, à La Morlaye, une capture très intéressante. Auguste Méla le redoutable bandit Marseillais qui commanda l’attaque du train d’or de Marseille, condamné à mort par contumace, recherché pour deux tentatives de meurtre, objet de sept mandats d’arrêt, a été mis hors d’état de nuire (…)

D’après les renseignements de la police mobile, Méla serait l’auteur de l’assassinat de l’homme tatoué trouvé dans la Seine, à Hautot-sur-Seine, le 13 mars, et dont le corps était tailladé de coups de couteau et rasoir, et portait de nombreuses brûlures. L’autopsie a révélé à l’époque que l’homme tatoué avait été jeté vivant à l’eau.

 

Auguste Méla (1897-1960) est condamné en septembre 1940 par la cour d'assises d'Aix-en-Provence à dix ans de réclusion criminelle.

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 04:46

LES CHATEAUX D'EAU DU CHATEAU D'HAUTOT SUR SEINE

Les disparus d'Hautot sur Seine
Les disparus d'Hautot sur Seine
Chateau d'eau privé de GY LES NONAINS (Loiret)

Chateau d'eau privé de GY LES NONAINS (Loiret)

Les disparus d'Hautot sur Seine
Les disparus d'Hautot sur Seine
les gravats

les gravats

LE FOUR A PAIN D'HAUTOT SUR SEINE

Les disparus d'Hautot sur Seine
Les disparus d'Hautot sur Seine
Four à pain restauré et sauvegardé dans l'Eure

Four à pain restauré et sauvegardé dans l'Eure

LES ARBRES TETARDS D'HAUTOT SUR SEINE

Les disparus d'Hautot sur Seine
Les disparus d'Hautot sur Seine
Les disparus d'Hautot sur Seine
Les disparus d'Hautot sur Seine
Les disparus d'Hautot sur Seine
Les disparus d'Hautot sur Seine
Les disparus d'Hautot sur Seine
Les disparus d'Hautot sur Seine

LA STATION D'EPURATION D'HAUTOT SUR SEINE

Les disparus d'Hautot sur Seine
Les disparus d'Hautot sur Seine
Les disparus d'Hautot sur Seine
Les disparus d'Hautot sur Seine
Les disparus d'Hautot sur Seine

LA PASSERELLE D'HAUTOT SUR SEINE

Les disparus d'Hautot sur Seine
Les disparus d'Hautot sur Seine
Les disparus d'Hautot sur Seine
Les disparus d'Hautot sur Seine

L'ECOLE PRATIQUE D'AVICULTURE D'HAUTOT SUR SEINE

Collection Pierre Lemarchand

Collection Pierre Lemarchand

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 05:06
Dans son bureau à la Préfecture de Seine Maritime en 1972 puis chez elle à la retraite
Dans son bureau à la Préfecture de Seine Maritime en 1972 puis chez elle à la retraite

Dans son bureau à la Préfecture de Seine Maritime en 1972 puis chez elle à la retraite

Fernande OBSELIN (1909-1986) a photographié Hautot sur Seine et ses environs de 1959 à 1981. Elle était la fille unique de Moïse OBSELIN qui tenait un café à proximité de la Mairie.

Employée à la Préfecture, Fernande OBSELIN photographiait plantes, paysages et bâtiments. Amoureuse de son environnement elle écrivait aux élus pour protester contre la destruction du patrimoine végétal. Elle cherchait à connaitre les secrets des vieilles pierres.

Ce blog lui est consacré et cherche à mettre en perspective ses photos des années 60 et 70, période qui voit la fin des fermes et la transformation du village d'Hautot sur Seine du rural vers le péri urbain.

RIGADINE dans le jardin de Fernande
RIGADINE dans le jardin de Fernande
RIGADINE dans le jardin de Fernande

RIGADINE dans le jardin de Fernande

Liberté Dimanche du 11 janvier 1976, article de Roger Parment :

Fernande Obselin se bat toute seule à Hautot-sur-Seine pour sauver le paradis des oiseaux de Sahurs. Ce paradis borde la Seine, le long des prairies menacées par le Port Autonome de devenir des chambres de dépôt pour les produits de dragage. De l’autre côté du fleuve, La Bouille-Caumont, leurs collines, leurs jardins, leurs maisons blanches et les voitures qui vont et viennent entre Duclair et le secteur industriel.

« Le paradis des oiseaux, dit Fernande Obselin a été dénommé ainsi par l’artiste peintre Marcel Peltier. Les passereaux y ont trouvé un oasis, un terrain de repos sur leur circuit de migration. Les enfants y viennent étudier la faune, la flore et naturellement les oiseaux »

Fernande Obselin appartient à différentes sociétés de défense de l’environnement, mais c’est seule qu’elle entend surtout se battre, étant convaincue que la volonté d’une personne vient parfois davantage à bout des difficultés que les palabres d’un groupe. Sans mésestimer les efforts des autorités municipales, bien au contraire, Fernande Obselin embouche donc les trompettes de l’espérance pour protéger le site qui lui est cher. Elle ne marchande ni son temps, ni les initiatives. Elle a alerté Jean Dorst, directeur du Muséum National à Paris et écrit aux spécialistes de ces problèmes au « Parisien Libéré ». Enfin comme d’habitude, Fernande Obselin nous a motivés une fois de plus.

« La commission départementale des sites, nous écrit-elle, ne comprend qu’une seule femme, Melle Elisabeth Chirol. Depuis 1929, la commission comprend toujours les mêmes autorités en fonction. Ne pourrait-on élargir la constitution de cette commission ? »

Parfois, Fernande Obselin rime quelque supplique :

« Gentil chemin

Plein de fraicheur

N’y passe plus le marin

N’y passe plus le pêcheur

Bien entendu, on peut imaginer que le chasseur épargne oiseaux. On ne meurt pas au paradis. On y entre pour l’éternité.

RIGADINE à côté du bac d'Hautot sur Seine

RIGADINE à côté du bac d'Hautot sur Seine

Fernande OBSELIN se déplaçait pour prendre ses photos avec RIGADINE, sa Citroen 2 CV

L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)

LE JARDIN DE FERNANDE OBSELIN

L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)

LA CHAPELLE D'HAUTOT SUR SEINE

L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)

CES JEUNES A MOBYLETTE QUI FONT DU BRUIT SOUS LA FENETRE DE FERNANDE

L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)

LES TRAVAUX SUR LA MAISON DE FERNANDE

L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)
L'univers de Fernande Obselin (1909-1986)

FERNANDE OBSELIN EN 1928 ET EN 1945

Sépulture de Fernande Obselin, cimetière d'Hautot sur Seine

Sépulture de Fernande Obselin, cimetière d'Hautot sur Seine

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 14:31
Découverte fortuitement dans la Seine à hauteur de Hautot-sur-Seine lors d'une opération de dragage à la fin de l'année 2014, une épée médiévale a été retrouvée dans un état de conservation remarquable. Grâce à la générosité croisée de son découvreur et du Grand Port Maritime de Rouen, l'épée originale a été restaurée et une réplique a été créée à des fins pédagogiques.
L'épée médiévale d'Hautot sur Seine
L'épée médiévale d'Hautot sur Seine
L'épée médiévale d'Hautot sur Seine
L'épée médiévale d'Hautot sur Seine
L'épée médiévale d'Hautot sur Seine
DAVID TOULLALAN DECOUVREUR DE L'EPEE D'HAUtOt SUR SEINE

DAVID TOULLALAN DECOUVREUR DE L'EPEE D'HAUtOt SUR SEINE

 

 

L'épée médiévale d'Hautot sur Seine
L'épée médiévale d'Hautot sur Seine
L'épée médiévale d'Hautot sur Seine
L'épée médiévale d'Hautot sur Seine
L'épée médiévale d'Hautot sur Seine
Partager cet article
Repost0
10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 06:36
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Les inondations à Hautot sur Seine dans les années 60
Partager cet article
Repost0
5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 07:59

Dans le parc du château, l'inondation de la Seine de 1740 est signalée par un marqueur

Le marqueur de l'inondation de 1740
Le marqueur de l'inondation de 1740
Le marqueur de l'inondation de 1740
Le marqueur de l'inondation de 1740
Partager cet article
Repost0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 08:08

Le 6 mai 1682 le Roi de France Louis XIV et la cour s’installe au château de Versailles. La noblesse, obligée de se montrer à la cour pour obtenir charges et pensions se trouve dorénavant entre les mains du pouvoir.

Le 18 décembre 1682 Henri de Brévedent Seigneur de Sahurs épouse à Rouen (Paroisse Sainte Croix des Pelletiers) Anne Maignart de la Vaupalière.

François (II) de Brévedent (1612-1694)

Il est baptisé le 20 décembre 1612 à Rouen (paroisse Saint Laurent). Il est le fils de François (I) de Brévedent et de Françoise Madeleine Romé. Il épouse en 1637/1638 à Sahurs Marie Brasdechal. Il est Conseiller, maitre des comptes à Rouen de 1638 à 1644. Ecuyer il est Sieur de Sahurs, de Hautot sur Seine et du Bourdet.

Sa sœur, Angélique de Brèvedent (vers 1624 - 11/08/1701), épouse Henry de Paz, écuyer, seigneur du Mesnil-Paviot et autres lieux. Ils sont les parents de François de Paz, conseiller du Roi, maître ordinaire en sa Chambre des comptes de Normandie. Elle décède, à 77 ans, sur la paroisse Saint-Etienne-des-Tonneliers de Rouen et est inhumée au couvent des Cordeliers.

Paroisse Saint Sauveur de Sahurs (20/04/1694) :

Le vingtième jour d’avril a été inhumé dans le chœur Messire François de Brèvedent Seigneur de la paroisse et autres lieux en présence de Monsieur Henry de Brèvedent Seigneur et Patron de Sahurs et Hautot sur Seine et de Nicolas Brindeau, prêtre et curé.

Henri de Brévedent (1660-1727)

Il est baptisé le 20 décembre 1660 à Rouen (paroisse Saint Godard). Il est le fils de François de Brèvedent, Sieur de Sahurs, Hautot sur Seine et du Bourdet et de Marie Brasdechal. Lors de la grande enquête sur la noblesse, son père et ses oncles ont été reconnus comme faisant partie de la noblesse le 22 juillet 1666 par jugement de M. de la Gallissonnière, intendant de Rouen, avec pour armorial :

D'argent, trois anilles de sable, au chef d'azur chargé de trois besants d'or.

Henri de Brèvedent épouse à Rouen (Paroisse Sainte Croix des Pelletiers) Anne Maignard de la Vaupalière (1662-1715) le 18 décembre 1682. Ils sont les parents de François-Philippe (1684-1751), Marc-Antoine-Henri,  Pierre-Louis (1695-1772) et Louis-Pierre.

Henri de Brèvedent est conseiller au Parlement de Rouen de 1683 à 1707. Le 5 mai 1698, cent trente six ans après le supplice de Vincent de Grouchet de Soquence, en pleine audience du baillage, M. de Brévedent de Sahurs, conseiller au Parlement, reproche à Grouchet de Soquence, conseiller au baillage de Rouen, son voisin de campagne, le crime et le supplice de Vincent de Grouchet, l’un de ses aïeux, et lui disait : « Vos lettres de noblesse sont scellées de la main du bourreau ».

En 1700 Henri de Brèvedent, Sieur de Sahurs, Hautot et Berville donne une maison pour servir de logement au vicaire de Sahurs et aux petites écoles. En 1726 Henri de Brévedent de Sahurs est cité comme Seigneur de Hautot qui compte à cette date 190 habitants, le Roi est le patron de la paroisse d'Hautot sur Seine.

Le 11 octobre 1727 a été inhumé dans le cœur de l’église de cette paroisse (Sahurs) par Mr Aneline prieur et curé de Thouars en Poitou le corps de Messire Henry de Brèvedent seigneur et patron de Sahurs et autres lieux âgé d’environ soixante et huit ans en présence des témoins.

François Philippe de Brévedent de Berville (1684-1751)

Il est baptisé le 10 novembre 1684 à Rouen (Paroisse Saint Nicaise). Il est le fils de Henri de Brévedent et d’Anne Maignart de la Vaupalière. Le 16 août 1694 il est parrain à Sahurs de Philippe François Boimare. Le 12 février 1709 il épouse à Rouen (Paroisse Saint Godard) Marie Madeleine Jeanne Suzanne de Planterose.

Ils sont les parents d’Anne Suzanne Charlotte de Brévedent (épouse de Claude-Pierre Estieure de Geffosse), d’Henri-François de Brévedent (1711-1773) et de Louise-Catherine de Brévedent (baptisée à Sahurs le 17 mai 1717, elle épouse le 20 avril 1751 à Bardouville Jean-Alexandre du Tôt comte de Varneville maréchal des camps et armées du Roi décédé en 1755).

Il a été peint de lui en 1719 un portrait par De la Penaye. Sieur de Berville et Sahurs, il est écuyer et conseiller au Parlement de Normandie.

Paroisse Saint Sauveur de Sahurs (05/02/1751) :

Le 5 février 1751 a été inhumé dans l’église de cette paroisse (de Sahurs) le corps de Messire François Philippe de Brèvedent de Berville, seigneur de Bardouville, Berville, Hautot et Sahurs, conseiller au Parlement de Rouen, décédé du troisième du présent mois sur la paroissse de St Godard de Rouen après avoir reçu les sacrements de l’Eglise et rapporté à Sahurs ce jour d’hui cinquième février et inhumé par Mr Fouger curé de Bardouville en présence de Monsieur de Sahurs fils, de Monsieur le chevalier de Sahurs frère, de Monsieur de Gefosse gendre du dit seigneur de Berville, de Monsieur de Soquence et de Monsieur Hébert.

Paroisse Saint Sauveur de Sahurs (14/01/1758) :

Ce jour d’hui quatorze janvier mil sept cent cinquante huit a été inhumé dans le chœur de cette église le corps de défunte noble DameMarie Magdeleine Jeanne Suzanne de Planterose veuve de feu Messire François Philippe de Brèvedent, seigneur et patron de cette paroisse et autres lieux ; laquelle est décédée à Paris, en la paroisse de Ste Marie Magdeleine de la Ville l’Evêque le dix du présent, munie des sacrements, âgée de viron soixante et sept ans et rapportée en cette église pour y être inhumée avec la permission du transport de Monseigneur l’Archevêque de Paris en date du onze du présent ; laquelle est restée entre nos mains, en présence de Messire Henri Charles Jean François de Brèvedent fils de la dite Dame et de Messire Pierre Louis de Brèvedent Chevalier profès de l’Ordre de St Jean de Jérusalem, beau frère. Soussignés Brèvedent de Sahurs, Le Chevalier de Brèvedent, Carpentier Curé de Sahurs.

Eglise Sainte Marie de Berville-sur-Seine :

Une litre funéraire de veuve, sur un écu en losange, de Marie de Planterose, avec une cordelière et longue bande noire est visible dans le chœur. Une autre litre funéraire de son mari, François de Brévedent de Sahurs, seigneur de Berville est marquée dans la nef.

Henri François de Brévedent (1711-1773)

Il est baptisé le 22 juin 1711 à Rouen (Paroisse Saint Godard) :

Le 22 juillet 1711 a été baptisé par Mr du Perray licencié es loix Curé de cette paroisse, un fils du mariage de messire François Philippe de Brevedent chevalier Seigneur de Berville Conseiller du parlement de Rouen et de noble dame Marie Madeleine Anne Suzanne de Planterose a eté nommé Henry Charles Jean François par messire Henry de Brevedent chevalier seigneur de Sahurs et noble dame Marie de Planterose veuve de Mesire François Hebert en son vivant membre en la Cour des Comptes aydes et finances. Paren et marenne du dit enfant. 

Il est le fils de François Philippe de Brévedent de Berville et de Marie Madeleine Jeanne Suzanne de Planterose. Le 22 décembre 1736 il épouse, en la paroisse de Saint Ouen Sainte Croix de Rouen, en première noce Anne Mouret Du Pont. Il est conseiller au parlement de Rouen. Leur fils Charles François de Brévedent né à Rouen le 12 octobre 1738 décède à Rouen le 14 mai 1764.

Après le décès de son épouse le 26 mai 1769, Henri François de Brévedent se remarie le 3 octobre 1769 à Fresquiennes avec Marie Marguerite Madeleine Romé, âgée de 17 ans, de la paroisse de Saint Patrice.

Henri François de Brévedent est inhumé le 4 septembre 1773 à Bardouville :

Ce jour d’hui quatrième jour de septembre mil sept cents soixante et treize a été inhumé dans le chœur de cette église du côté de l’épitre par nous curé de Berville soussigné, (…), le corps de Messire Henry Charles Jean François de Brèvedent, conseiller honoraire au parlement de Rouen, chevallier premier seigneur et patron de cette paroisse, de Berville sur Seine, de Sahurs et de Hautot, décédé du jour d’avant-hier, muni des sacrements de pénitence d’eucharistie et d’extrême onction, âgé d’environ soixante ans, en présence de Messire Nicolas Jean François de Romé de Fréquienne son beau frère et de Messire Charles Marin André de Quintanadoine de Bretteville, son ami, tous deux conseillers au dit parlement de Rouen, de Messieurs les Curés de Sahurs, Hautot sur Seine, Yville et autres soussignés.

Sa veuve Marie Marguerite Madeleine Romé se remarie en 1775/1776 avec Jean-Baptiste-Charles-David Vaignon de Mortemer.

Le Bailly de Sahurs (1695-1772)

Fils cadet de Henri de Brévedent et d’Anne Maignart de la Vaupalière, il est pendant sa minorité reçu dans l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem (Ordre de Malte) et Page du Roi à la Petite Ecurie (Cour de Versailles)

En 1742 il devient commandeur de la commanderie de la Haie du Val Saint Denis à Bosc-Roger.

 

Baptême du 23 juin 1760 paroisse Saint Sauveur de Sahurs :

Ce jour d’hui vingt trois de juin 1760 ont été supplées les cérémonies du baptême par monsieur le curé  de cette paroisse à une fille née du jour précédent du légitime mariage d’Adam La Croix et de Catherine Mansel. Laquelle a été ondoyée à la maison par Madame Duboc, sage femme domiciliée à la Bouille, et nommée Alexandrine Louise par Messire Pierre Louis de Brévedent, chevalier seigneur et patron de Sahurs, noble fief de Sahurs, Hautot, petit fief Bourdet et autres lieux, Commandeur des Commanderies d’Etrépagny et fiefs de l’Ordre de Malte, représenté par le sieur François Jumel ; et par noble Dame Louise Catherine de Brèvedent de Sahurs veuve de Messire le Comte de Varneville, en son vivant chef de brigade des gardes du corps, représentée aussi par Aimée Gohier. Lesquelles ont signés conjointement avec la dite dame Duboc.

 

En 1762 il devient Grand Bailly de la Morée et de Saint Jean de Latran et commandeur des commanderies de Haut Avesnes et d’Etrépagny.

En 1766 il est signataire d’une délibération des Hautotais en réponse à une mise en demeure du curé de la Paroisse à propos du mauvais entretien de son presbytère.

Le 1er mai 1768, Frère Charles-Gabriel-Dominique de Cardevac d’Havrincourt, brigadier des armées du Roi, prend possession de la commanderie de Sainte-Vaubourg, au Val de la Haye en présence de frère Pierre-Louis de Brèvedent de Sahurs, chevalier Grand Croix de l’ordre de Malte, Grand Bailly de la Morée, etc.

7 août 1772 inhumation à Sahurs de Frère Pierre-Louis de Brévedent (Bailly de Sahurs) :

Ce vendredi sept août 1772 a été inhumé dans le caveau de la sépulture de la famille de Sahurs pratiquée dans le chœur de cette église le corps du religieux seigneur Frère Pierre Louis de Brèvedent de Sahurs, Grand Croix de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem, Bailly de la Morée, commandeur des commanderies de Haut Avesnes et d’Etrépagny ci devant capitaine d’une des galères de la religion. Décédé le cinq de ce mois, âgé de soixante dix huit ans, muni des saints sacrements de l’Eglise. Laquelle inhumation a été faite du consentement de Mr le Curé de Sahurs par discrète personne Maitre Jacques Joseph Dumesnil, prètre licencié es lois, curé de la paroisse de Saint Laurent de Rouen, en présence de Frère Jean Charles Félix le Planquois chevalier magistral de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem, commandeur d’Etampes et de Frère Etienne Jean Jacques Le Moyne aussi chevalier magistral du dit Ordre commandeur de Bretteville-la-Rabel et autre.

Soussignés : le commandeur Le Planquois, le Commandeur Lemoyne, Vallois curé d’Anneville, Poisson curé de Bardouville, Le Picard curé de Sahurs, Dumesnil curé de Saint Laurent.

LA GENERALITE DE ROUEN EN 1774

 

Extrait du cahier des doléances de la paroisse d’Hautot sur Seine du 29 mars 1789 :

Mr de Trémauville, chevalier de Saint Louis, Seigneur de Sahurs jouit des droits seigneuriaux.

Pierre Bruno Emmanuel Estièvre de Trémauville (1729-1821),

Le 25 février 1727, Anne Suzanne Charlotte de Brèvedent (fille de François Philippe de Brévedent de Berville et de Marie Madeleine Jeanne Suzanne de Planterose) épouse à Bardouville Claude Pierre Estièvre, Chevalier, seigneur d'Argences et de Geufosse (28/01/1706 - 08/04/1746) en présence de son père seigneur de Berville.

Pierre Bruno Emmanuel Estièvre est né le 9 août 1729. En août 1731 sa mère Anne Suzanne Charlotte de Brèvedent femme de Messire Claude Pierre Estienne de Gefosse agée d’environ 22 ans est inhumée à Sahurs.

Avril 1736 ont lieu les bans de mariage entre son père Claude-Pierre Estièvre, écuyer, sieur de Geufosse, Argences, conseiller au Parlement, fils de Pierre Estièvre et d’Ànne-Thérèse Auber, d’une part, et Marguerite-Françoise Dufour, fille de Jean-Pierre Dufour, sieur du Bosgouet, baron du Pin, procureur général en la Cour des Comptes, Aides et Finances de Normandie, et de Catherine Asselin, d’autre part.

Il a une sœur nommée Françoise-Suzanne-Thérèse Estièvre, née en mars1728, mariée le 11 Avril 1747 à Bardouville, avec François-Jacques de Grouchy et une demi-sœur nommée Jeanne-Thérèse-Françoise Estièvre, née le 1 Janvier 1740, mariée le 14 juillet 1760 à Trémauville avec René Louis Gilles Hervé Clément du Bois de Littry.

En mars 1747 il est capitaine d'une Compagnie de Cavalerie dans le Régiment de Harcourt.

Les seigneurs de Sahurs et de Hautot sur Seine depuis 1682
Les seigneurs de Sahurs et de Hautot sur Seine depuis 1682
Les seigneurs de Sahurs et de Hautot sur Seine depuis 1682
Les seigneurs de Sahurs et de Hautot sur Seine depuis 1682
Les seigneurs de Sahurs et de Hautot sur Seine depuis 1682
Les seigneurs de Sahurs et de Hautot sur Seine depuis 1682

Les armes sont d’Argent à un Cigne de Sable nageant dans une Mer d Azur & un Chef de même chargé de trois Croissants d’Argent.

Le 25 juin 1771 Pierre Bruno Emmanuel Estièvre de Trémauville demeurant à Trémauville (Pays de Caux) épouse à Caen (Paroisse de Saint Jean) Marie Claude de Grieu (née le 6 juin 1750 à Caen - décédée le 14/01/1829 à Lisieux)

 

Baptême du 6 août 1771 à Sahurs :

Ce mardi sixième jour d’août 1771 a été baptisée par moi prêtre curé de cette paroisse une fille née hier du légitime mariage de Barthélémy Manière et de Marie Geneviève Philippe de cette paroisse laquelle a été nommée Marie Louise par vénérable et religieux seigneur frère Pierre Louis de Brèvedent de Sahurs chevalier grand croix de l’Ordre de St Jean de Jérusalem, grand bailly de la Morée, commandeur des commanderies de St Jean su Latran, d’Etrepagny et de Haut Avesnes, seigneur et patron usufruitier de Sahurs, et par noble Dame Marie Claude de Grieux épouse de haut et puissant messire Pierre Bruno Emmanuel Estièvre Marquis de Trémauville mestre de camp de cavalerie chevalier de l’ordre militaire de St Louis parrain et marraine.

Soussignés : Marie Claude Grieu de Trémauville, Bailly de Sahurs, Picard curé de Sahurs

 

Paroisse Saint Sauveur de Sahurs (19/09/1774) :

Ce lundi dix neuf septembre 1774 a été par moi Curé de Sahurs soussigné, ondoyée dans la chapelle du château de Sahurs, suivant la permission de Mr l’Abbé Marescot vicaire général en date de ce jour que nous avons gardée, une fille née d’aujourd’hui du légitime mariage de Messire Pierre Bruno Emmanuel Estièvre chevalier Seigneur de Trémauville, Sahurs, Hautot, Geufosse, La Haussais et autres lieux, chevalier de l’Ordre Royal et militaire de St Louis, Mestre de camp de cavalerie et ancien sous lieutenant de a compagnie des gendarmes sous le titre de la Reine et de Noble Demoiselle Marie Claude de Grieu demeurant en cette paroisse en présence du père et des soussignés : Estièvre de Trémauville, Alexandre Prempain, J.B. Leroux. Picard curé de Sahurs

 

Paroisse Saint Sauveur de Sahurs (11/10/1774) :

Ce mardi onze octobre 1774 ont été supplées les cérémonies du baptême par moi Curé soussigné à une fille à qui on a imposé les noms de Alexandrine Julie fille de Messire Pierre Bruno Emmanuel Estièvre chevalier, Seigneur de Trémauville, Sahurs, Hautot, Geffosse, La Houssais et autres lieux, chevalier de l’ordre Royal et militaire de St Louis, mestre de camp de cavalerie et ancien sous lieutenant de la Compagnie de Gendarmes sous le titre de la Reine, et de Noble Demoiselle Marie Claude de Grieu demeurant en cette paroisse, née le dix neuf septembre de la présente année qui a été ondoyée en la chapelle du château de Sahurs par permission de Mgr L’Archevêque, le parrain Messire Joseph Laurent de Grieu, marquis, chevalier, seigneur et patron de Fontenelle, Grandouet, Le Breuil et autres lieux, chevalier de l’ordre Royal et militaire de St Louis, ancien inspecteur des côtes de Basse Normandie et la marraine Noble Dame Louise Catherine de Brévedent de Sahurs seigneur de Berville veuve de Messire le comte de Vasneville de son vivant mestre de camp et chef de brigade des gardes du corps qui ont signés avec nous Brèvedent de Vasneville, Grieu, Estièvre de Trémauville, Picard curé de Sahurs.

CHATEAU DU MARQUIS DE TREMAUVILLE A SAHURS

CHATEAU DU MARQUIS DE TREMAUVILLE A SAHURS

Baptême à Sahurs d’Alexandrine Julie Halavent le 07/11/1776 :

Ce jeudi septième jour de novembre 1776 a été baptisé une fille née d’hier du légitime mariage de Nicolas Halavant et e Clotilde Rousseau a qui on a imposé le nom d’Alexandrine Julie, le parrain Messire Pierre Claude Emmanuel Joseph Estièvre de Trémauville, la marraine Demoiselle Alexandrine Julie sœur du parrain

 

Baptême à Sahurs d’Alexandrine Joséphine Adélaïde Prempain le 11/07/1786 :

Ce samedi onzième jour de juillet 1786 a été baptisée une fille née d’avant-hier du légitime mariage de François Alexandre Prempain et de Suzanne Porrée de cette paroisse, laquelle a été nommée Alexandrine Joséphine Adélaïde par Messire Pierre Claude Emmanuel Joseph Estièvre de Trémauville et Demoiselle Alexandrine Julie Estièvre de Trémauville parrain et marraine représentés par Claude Michel Corvée prêtre vicaire de Sahurs et Dame Marie Claude Grieu épouse de Pierre Emmanuel Bruno Estièvre de Trémauville, Chevalier de l’ordre royal et militaire de St Louis qui ont signés le présent. Grieu de Trémauville, François Alexandre Prempain. Corvée vicaire de Sahurs

Mme de Trémauville et sa fille Julie-Alexandrie, arrivent à Neuchâtel (Suisse) le 25 juin 1789. Le marquis les y rejoint à la fin d'août 1789.

Samuel de Chambrier écrit, le 14 novembre 1789, à son parent d'Oleyres : « J'ai fait connaissance avec Mme la marquise de Trémauville et sa famille, aimables gens, de condition, ayant, avec l'usage, plus de simplicité que l'on n'en a ici. Ils vivent fort simplement et reçoivent avec la plus grande honnêteté ».

Il existe aux Archives de l'Etat une note des étrangers arrivés dans la juridiction de Colombier. Cette liste de 1790, contient des noms dont celui du marquis de Trémauville, de Normandie, chevalier de St-Louis, son épouse, une fille et deux fils, et l'abbé du Rochet (le vrai nom est Durocher), instituteur des jeunes gens, quatre valets, une femme de chambre.

Les Trémauville se défendirent plus tard d'avoir émigré : le seul motif de leur voyage était, disaient-ils, le mariage que Julie devait contracter avec un jeune officier neuchâtelois Georges-François de Montmollin. Dans les derniers jours de 1790, ils étaient dûment fiancés.

Un décret de la Constituante enjoignit aux émigrés de rentrer en France avant le 1er  janvier 1792, sous peine de mort et de confiscation de leurs biens. Le marquis se décida en mars 1792, à rentrer dans sa patrie avec son plus jeune fils.

Le fiancé de leur fille Georges-François de Montmollin est né à Neuchâtel le 18 janvier 1769. Il intègre le régiment des gardes suisses avec le grade d’enseigne le 3 juillet 1792. Il est tué le 10 août 1792 alors qu’il est adossé à la statue de Louis XV, aujourd’hui statue de la Liberté place de la Concorde.

Trémauville cherchait à se faire rayer de la liste des émigrés, pour prouver son « civisme », il offrit en don patriotique au comité de la section Marat « un calice et sa patenne», dépouille de quelque chapelle. La commune de Sahurs, où la marquise avait laissé « le souvenir de ses vertus, qui la faisaient chérir de tout le monde, » appuyait les démarches de M. de Trémauville, qu'il poursuivit pendant dix ans. Il obtint assez aisément sa radiation personnelle, mais ce n'est qu'en 1800 que sa femme et sa fille purent rentrer en France. Patriote, il propose le 15 brumaire an VII au Directoire de compenser la perte des vaisseaux de guerre par des galères. Pierre Bruno Emmanuel Estièvre de Trémauville est décédé à Paris 10ème le 8 février 1821.

Le 11 juin 1802, Alexandrie Julie Estièvre de Trémauville épouse Marie-Pierre-François de Mesgrigny (1772-1857). Ils sont les parents d’Edmond de Mesgriguy (1803-1876) et d’Emmanuel de Mesgrigny (1807-1874). Elle décède à Paris, 10ème arrondissement, en avril 1832.

En 1884, un Clavecin Ruckers a été remis en don au Musée de Neuchâtel  par une famille neuchâteloise. Cet instrument aurait appartenu à Mlle de Trémauville, fiancée du lieutenant neuchâtelois Georges de Montmollin mort aux Tuileries le 10 août 1792 à Paris.

Les seigneurs de Sahurs et de Hautot sur Seine depuis 1682

Le 24 juin 1787 les paroissiens d’Hautot-Sur Seine délibèrent pour le remplacement des deux cloches par refonte des anciennes.

Les enfants du Seigneur en sont les parrain et marraine comme l’indique les inscriptions relevées sur le cloche toujours en place :

Pierre Claude Emmanuel Joseph de Trémauville

Alexandrie Julie de Trémauville

Le Sr Jacques Le Coffre Trésorier en charge

Flotar Fondeur de Rouen 1787

Le compte de la refonte et de l’augmentation de matière des deux cloches donne un coût de 797 livres et 15 sols.

Claude Pierre Emmanuel Estièvre, Marquis de Trémauville (1772-1852)

Il est né à Caen le 29 mai 1772. Le 15 mai 1807, Claude Pierre Emmanuel Estièvre, marquis de Trémauville, maréchal de camps, chevalier de Saint Louis, épouse Aimée Antoinette Pauline Thellusson de Sorcy (née en 1788 et décédée à en 1848 à Sahurs), dont la mère, Louise Rilliet, avait eu son portrait peint par Jacques Louis David. En 1831, leur fille Emma Estrièvre de Trémauville (1808-1847) épouse Edmond du Fresne de Beaucourt (1799-1837).

Il est Maire de Sahurs de 1808 à 1831 et de 1848 à 1852.

Le 23 octobre 1852, son décès à Sahurs est déclaré par son petit fils par alliance, Oscar Asselin, Baron de Villequier (1818-1895).

 

Auguste Claude Henry Estièvre, Vicomte puis Marquis de Trémauville (1778-1856)

Il est baptisé à Sahurs le 14 octobre 1778. Il est le frère cadet de Claude Pierre Emmanuel Estièvre.

 

Ondoiement d’un garçon à Sahurs le 17/09/1778 :

Ce jeudi dix sept septembre 1778, a été par moi Curé de Sahurs soussigné ondoyé dans cette église suivant la permission de Mr l’abbé de Tressan vicaire général en date du sept de ce mois, que nous avons gardé un garçon né d’aujourd’hui du légitime mariage de Messire Pierre Bruno Emmanuel Estièvre, chevalier, Seigneur de Trémauville, Sahurs, Hautot, Geffosse, La Houssais et autres lieux, chevalier de l’Ordre Royal et Militaire de St Louis, maître de camp de cavalerie et ancien sous lieutenant de la compagnie gendarmes sous le titre de la Reine et de Noble Demoiselle Marie Claude de Grieu demeurant en cette paroisse en présence des soussignés.

 

Baptême à Sahurs d’Auguste Claude Henry Estièvre le 14/10/1778 :

Ce mercredi quatorze octobre 1778 ont été suppléées les cérémonies du baptême par moi curé soussigné d’un  garçon a qui on a imposé les noms d’Auguste Claude Henri fils de Messire Pierre Bruno Emmanuel Estièvre, chevalier, Seigneur de Trémauville, Sahurs, Hautot, Geffosse, La Houssais et autres lieux, chevalier de l’Ordre Royal et Militaire de St Louis, maître de camp de cavalerie et ancien sous lieutenant de la compagnie de gendarmes sous le titre de la Reine et de Noble Demoiselle Marie Claude de Grieu demeurant en cette paroisse, né le dix sept septembre de la présente année qui a été ondoyé en cette église par permission de Mgr l’Archevêque ; le parrain Messire Henri Thomas Robert d’Angerville, chevalier, Seigneur et patron de St Louet sur Lozon, du Mesnilary, Ubertan, Chantelou et autres lieux et la marraine Noble Dame Anne Charlotte Dutot veuve de Messire Henri Comte du Bretot qui ont signé avec nous.

 

Chef d’escadron au régiment des chasseurs de l’Orne. Il devient chevalier de l’Ordre Royal de la Légion d’honneur le 3 septembre 1814.

Monsieur le Vicomte de Trémauville, est colonel de la légion de seine inférieure de 1815 à 1819 (le futur 39ème Régiment d’Infanterie). Il est nommé le 30/10/1827 maréchal de camp honoraire.

Entre 1844 et 1856 il est Maire de Saint-Pierre-en-Port (76). Il fait construire en 1846 la mairie et l'école de garçons. En 1848, sous son impulsion, le conseil municipal de Saint-Pierre-en-Port décide de construire une nouvelle église, à la place de la chapelle en bois.

29 novembre 1856 le Marquis de Trémauville décède à Saint Pierre en Port dans son château.

Les seigneurs de Sahurs et de Hautot sur Seine depuis 1682
Les seigneurs de Sahurs et de Hautot sur Seine depuis 1682
Les seigneurs de Sahurs et de Hautot sur Seine depuis 1682

Extrait d’acte de naissance du 1er thermidor an VI de la république (19 juillet1798) d’Auguste Claude Henry Estièvre né à Sahurs le 14 octobre 1778.

On y trouve la signature de Nicolas Dominique Deshayes (1733-1815) Agent Municipal représentant Hautot sur Seine dans la Canton de Canteleu qui a remplaçé les communes en 1795. Ancien curé de la paroisse de 1775 à 1793 et futur maire de Hautot sur Seine de 1800 à 1806.

Décès de Gabriel Jeanne Robertine ESTIEVRE DE TREMAUVILLE à Sahurs le 18/09/1815 : L’an mil huit cent quinze, le dix huit septembre, par devant nous HUE adjoint faisant les fonctions d’officier de l’état civil de la commune de Sahurs, Canton de Grand Couronne, Département de la Seine inférieure, sont comparus Claude Pierre Emmanuel Joseph ESTIEVRE TREMAUVILLE Maire de cette commune, âgé de quarante quatre ans père de la défunte ci après et Pierre COURTIN âgé de trente ans homme de confiance de Monsieur de TREMAUVILLE domicilié en cette commune comme voisin. Lesquels nous ont déclaré que Gabriel Jeanne Robertine ESTIEVRE DE TREMAUVILLE âgée de deux ans cinq mois fille de Claude Pierre Emmanuel Joseph et de Anne Antoinette Louise THELUSSON DE TORCY est morte aujourd’hui à deux heures d’après midi après m’être assuré du décès de la dite Gabriel Jeanne Robertine ESTIEVRE DE TREMAUVILLE en me transportant auprès de la personne, j’ai rédigé le présent acte que les comparants ont signé double avec moi après lecture faite à Sahurs les jours mois et an susdit.

Les seigneurs de Sahurs et de Hautot sur Seine depuis 1682
Les seigneurs de Sahurs et de Hautot sur Seine depuis 1682
Les seigneurs de Sahurs et de Hautot sur Seine depuis 1682

Mariage du 16 novembre 1848 à Sahurs de la petite fille du Marquis de Trémauville :

Le jeudi 16 novembre 1848, à Sahurs Eliane Dufresne de Beaucourt, née à Paris le 8 juin 1832 (décédée à Rouen le 16 février 1900), demeurant chez Claude Pierre Emmanuel Joseph Estièvre de Trémauville (1772-1852), son aïeul et son tuteur, fille de feu Marie Louis Edmond Dufresnes de Beaucourt (1799-1837), lieutenant aux lanciers de la garde royale et de feue Louise Emma Estièvre de Trémauville (1808-1847) qui demeuraient au Mesnil sur Blangy, épouse Oscar Asselin de Villequier (1818-1895) né à Rouen le 24 juillet 1818, veuf depuis le 24 septembre 1846.

Les seigneurs de Sahurs et de Hautot sur Seine depuis 1682

Oscar Asselin Baron de Villequier hérite des marquis de Trémauville, suite à son mariage avec Eliane du Fresne de Beaucourt, fille de Louise-Emma-Thérèse Estièvre de Trémauville, fille unique du marquis de Trémauville mort en 1852.

Détail d'un vitrail de l'église Saint Sauveur de Sahurs avec le blason du Marquis de Trémauville et le blason des Asselin de Villequier.

 

LA TOMBE DES BARONS DE VILLEQUIER A SAHURS
LA TOMBE DES BARONS DE VILLEQUIER A SAHURS
LA TOMBE DES BARONS DE VILLEQUIER A SAHURS

LA TOMBE DES BARONS DE VILLEQUIER A SAHURS

Barons de Villequier depuis 1895 :

1895 - 1913  Richard Asselin de Villequier (1854-1913)

1913 - 1951  Emmanuel Asselin de Villequier (1882-1951)

1951 - 2010  André Asselin de Villequier (1928-2010)

2010 -           Michel Asselin de Villequier

Blason : D’azur, au chevron d’or, accompagné de tris burelles du même

JORF n°0095 du 22 avril 2016 - texte n° 55

Liste des immeubles protégés au titre des monuments historiques en 2015

Sahurs. - Domaine du château de Trémauville, sis 4, avenue de Trémauville : le château et son domaine, soit le bâti en totalité, la clôture et parc avec le sol des parcelles AH 5 à 7, 10 à 20, 63 et 84 sur lesquelles il est situé, selon le plan annexé à l'arrêté : inscription par arrêté du 8 juillet 2015.

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2015 6 31 /10 /octobre /2015 07:21

Le Corrézien Philippe Godefroy-Demombynes évoque l’histoire de la traduction en français de Mein Kampf d’Adolf Hitler co-réalisée par son père et publiée en 1934, un an après l’accession au pouvoir du chancelier du III e Reich.Après l'annonce récente faite par les éditions Fayard de la réédition de Mein Kampf - « Mon combat » - d'Adolf Hitler dans une nouvelle traduction assortie d'un appareil critique, Philippe Godefroy-Demombynes, Corrézien installé à Saint-Mexant, revient sur la traduction réalisée par son père, Jean Godefroy-Demombynes.


Comment votre père a-t-il été amené à réaliser cette traduction parue en 1934 ? 
Le projet est né de Fernand Sorlot (*), patron à l'époque des Nouvelles édition latines. Il avait sollicité Augustin Calmettes et mon père pour traduire pour la première fois l'intégralité de l'ouvrage en français.
Quelles étaient à l'époque les motivations pour traduire ce livre, qui deviendra rapidement la bible du III e Reich et le symbole du régime national socialiste allemand ? 
L'idée, c'était de dire que le péril à venir était écrit et qu'il fallait absolument que les Français prennent connaissance de ce que Hitler écrivait dans Mein Kampf. Le maréchal Lyautey écrit en préambule « Tout Français doit lire ce livre. » Entre 1925, date de la première publication en Allemagne, et 1933, date d'accession de Hitler au pouvoir, beaucoup d'extraits avaient été édités de même que des versions expurgées du livre. Mais jamais son intégralité en langue française.
Une publication intégrale qui a donné lieu à une interdiction par décision de justice… 
Oui. Le Führer était farouchement opposé à sa publication entière en France et a fait intenter un procès par son éditeur de Munich, Eher-Verlag. L'argument des paroles et écrits d'un homme public qui appartiennent au public n'a pas été retenu et l'ouvrage traduit fut retiré.
Que vous en a dit votre père ?
 Il ne m'en a jamais directement parlé. Ce n'est que plus tard que j'ai lu Mein Kampf. Avec toute la charge sur les juifs et les théories raciales de Gobineau, la doctrine héritée en partie du théoricien du nazisme Alfred Rosenberg, la volonté expansionniste de Hitler pour l'Allemagne. Outre l'intérêt historique incontestable, je dois dire que le style est très ennuyeux.
Pensez-vous que si l'ouvrage n'avait pas été interdit en 1934 il aurait pu, expliqué, contribuer à éclairer les esprits sur le destin de l'Europe ?
Je ne pense pas. La guerre de 1914-1918 avait été un traumatisme tel que les Français voulaient qu'elle reste bien « la der des ders ».
(*) Proche du mouvement de l'Action française de Charles Maurras.

LA MONTAGNE 29/10/2015

Opinion parue dans le Journal de Rouen du 18 août 1932

Opinion parue dans le Journal de Rouen du 18 août 1932

Jean Gaudefroy-Demombynes (1898-1984)

Historien et professeur d'université, Jean Gaudefroy-Demombynes est enterré à Hautot sur Seine

 

Partager cet article
Repost0