Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2021 3 03 /02 /février /2021 05:43

L’usine de diester de Grand-Couronne a été inaugurée le 2 octobre 1995 par le Premier ministre Alain Juppé.

Ses 120 000 tonnes de production en font la plus importante usine de biodiesel au monde.

L’Echo d’Hautot n°5 de février 1998 : groupe de nez

Devant les odeurs désagréables (pas nocives, c’est déjà ça) que nous avons tous perçues, en particulier les habitants du bas d’Hautot-sur-Seine, il a été décidé, dans plusieurs communes, de nommer un groupe de personnes sensibilisées par ce sujet et de les former afin d’essayer d’améliorer cet état de fait. Trois Hautotais se sont investis, Mmes Florence Demercastel, Sophie Jahan-Boulange et Michel Le Floch. Ils suivent un stage et leur rôle sera de servir de témoin de référence dans l’analyse des odeurs de la SAIPOL (trituration d’oléagineux) puis, mais nous ne le souhaitons pas, peut-être sur d’autres cas.

Le Conseil Municipal du 27 avril 2001 valide la signature d’une convention avec Air Normand, intégrant le groupe de nez de la commune, pour surveiller la qualité de l’air.

Profil de Saipol à Grand-Couronne, une usine de fabrication d’huile alimentaire à partir de colza et de tournesol : les notes méthional et sulfurol sont « traceurs » de cette usine : aucune autre entreprise n’émet ces notes odorantes sur la région rouennaise.

Notre voisine l'usine SAIPOL de Grand-Couronne

Infos d’Hautot n°5 de l’hiver 2003 : PIF

Après une formation de 6 mois qui débuta en octobre 2001 pour se terminer fin mars 2002, Laurence Lenfant, représentant, pour cette opération, notre commune est chargée de noter quotidiennement et à heures régulières, l’odeur de l’atmosphère. 72 heures de formation aux « odeurs » ont été nécessaires pour reconnaitre telle ou telle molécule que nous respirons. Les« odeurs » que nous avons apprises ont été choisies plus précisément par rapport à ce que nous sommes sensés sentir dans notre environnement. Par exemple, comme cette campagne olfactive est faite conjointement avec les mairies de Petit-Couronne, Val-de-la-Haye et Hautot-sur-Seine nous avons passé plus de temps à sentir les odeurs provenant de la Couronnaise de Raffinage, Butagaz, Chapelle Darbly et Saipol. Après presque 6 mois de veille olfactive, on peut dire que notre village est particulièrement préservé. Hormis quelques odeurs de « bouillon cube » ou « sulfurol » plus exactement provenant de la Saipol quand le temps est au beau pour plusieurs jours (ce qui fut rarement le cas cette année), nous n’avons respiré aucun odeur de la « shell » (pour l’instant) : disulfure de méthyle, disulfure d’allyle, propyl mercaptan, H2S ou encore éthyl mercaptan. Bref le formateur nous a quand même présenté des molécules beaucoup plus agréables que celles citées précédemment. Consolation ! Laurence Lenfant

Notre voisine l'usine SAIPOL de Grand-Couronne

Paris Normandie du 9 mai 2008 : La chasse aux mauvaises odeurs

Depuis quelques jours, « les nez » de Grand-Couronne, Hautot-sur-Seine et Val-de-la-Haye sont à l'affût des odeurs qui pourraient provenir de l'usine de trituration d'oléagineux. Les nouvelles installations de la société Saipol, qui lui permettent de porter sa capacité de traitement de graines de colza de 800.000 à 1.2 millions de tonnes, sont en service. L'annonce du doublement de sa production par l'industriel avait provoqué quelque émoi en 2007 dans la population, des pics d'odeurs ayant repris justement à ce moment-là. « Problèmes techniques que nous allons essayer de régler au plus vite, » avait promis le directeur de l'usine, Albert Délépine. Deux campagnes de veille olfactive de trois mois avaient alors été mises en place par la Ville pour effectuer des mesures, analysées par un cabinet spécialisé. La situation aujourd'hui L'industriel a tenu ses promesses. Depuis octobre 2007, il n'y a plus eu de remarques concernant des problèmes d'odeurs. Pour ses nouvelles installations, l'entreprise a mis en œuvre des moyens supplémentaires pour leur traitement, en conservant son bio filtre et en mettant en place un système d'oxydation des molécules odorantes, qui sont tous incinérés en chaudière. Tout fonctionne bien aujourd'hui, même avec l'augmentation de la production mise en route par Saipol. Pour autant, une nouvelle convention a été passée entre la Ville de Grand-Couronne, Saipol et Air normand, avec la réalisation d'une troisième campagne olfactive qui doit faire le point de la situation actuelle et comparer avec ce qui existait avant la mise en marche des nouvelles installations. Les neuf « nez » ont bénéficié de quatre « leçons de révision » pour retrouver toutes leurs capacités olfactives. Et plusieurs fois par jour, pendant trois mois, ils vont traquer les « panaches odorants » qui pourraient s'échapper de la plus importante usine de France de production de diester, huiles et tourteaux.

Face au risque du 16/03/2020 : Explosion à l’usine Saipol de Grand-Couronne près de Rouen, classée Seveso

Le 13 mars 2020, vers 12 h 30, une explosion suivie d’un incendie a eu lieu à l’usine Saipol de Grand-Couronne (Seine-Maritime). L’incendie s’est déclaré dans l’unité 1 d’estérification de l’usine Saipol de Grand-Couronne (groupe Avril). « L’ester est un mélange d’huile et d’alcool, utilisé comme additif dans le biodiesel », explique la préfecture de Seine-Maritime. Spécialisée dans la fabrication d’agrocarburant à base de colza, cette usine est classée Seveso seuil bas. Elle emploie une centaine de salariés. Le plan d’opération interne (POI) a été immédiatement déclenché. Les salariés présents ont été évacués. Un périmètre de sécurité de 500 m a été mis en place autour du site. Les écoles et collèges à proximité de l’usine (hors périmètre de sécurité) ont été confinés, le temps de connaître les résultats des contrôles de l’air effectués par les sapeurs-pompiers. L’incendie était maîtrisé vers 14 h, quelques points chauds restant alors encore en cours de refroidissement. L’accident n’a fait aucune victime. 16/03/2020 - Martine Porez

Notre voisine l'usine SAIPOL de Grand-Couronne
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2021 2 19 /01 /janvier /2021 06:39

Le 2 mars 1910 le Conseil municipal d’Hautot sur Seine délibère pour l’installation du service téléphonique à Hautot sur Seine. La cabine téléphonique est installée dans la maison du bureau d’aide social.

Paris Normandie du 1er avril 1946 : Cabine téléphonique

Les habitants de la commune et des communes voisines sont avisés que la cabine téléphonique est remise en service à dater du 1er avril.

Les infos d’Hautot n°15 été 2008 : Les P.T.T. à Hautot il y a un demi siècle (extrait)

Personne n’avait le téléphone a Hautot-sur-Seine, excepté la famille Michon. Il y avait toutefois une cabine téléphonique tenue par Madame Morin (*), femme du garde champêtre, qui se trouvait rue Saint Antonin. Elle pouvait ainsi recevoir des télégrammes et les porter à leur destinataire. Le problème, c’est qu’elle ne savait guère écrire et ses télégrammes étaient peu compréhensibles. Quand sa fille a appris à lire à l’école d’Hautot-sur-Seine, il n’y a plus eu de problème. Alain Demombynes

(*) Epouse d’Henri MORIN (1888-1974) garde champêtre de 1947 à 1954

Le Conseil Municipal du 26 novembre 1973 demande le transfert de la cabine téléphonique du logement de Mme PLICHON au café tabac tenue par Mme CAHOT rue du Rouage. Suite à la cessation d’activité du commerce des époux CAHOT, le Conseil Municipal du 10 octobre 1974 décide d’attribuer la cabine téléphonique à Mr BERTIN.

La cabine téléphonique d’Hautot-sur-Seine

Le Conseil Municipal du 25 janvier 1980 accepte la proposition des PTT d’installer une cabine téléphonique près de la Mairie, à côté de l’arrêt de bus.

La cabine téléphonique d’Hautot-sur-Seine

Le Conseil Municipal du 18 novembre 1994 donne son accord pour l’installation d’une cabine téléphonique à pièces place de la Mairie. La cabine est déménagée devant la mairie.

Le Conseil Municipal du 15 mai 1997 est informé de l’installation de la cabine téléphonique à carte.

La cabine téléphonique d’Hautot-sur-Seine
La cabine téléphonique d’Hautot-sur-Seine
La cabine téléphonique d’Hautot-sur-Seine

En 2013 suite à un accident, la dernière cabine installée est sans abri.

La cabine téléphonique d’Hautot-sur-Seine
La cabine téléphonique d’Hautot-sur-Seine

 

 

 

 

 

En septembre 2017, la suppression des 5 450 cabines encore en service en France est planifiée pour la fin de l'année. C’est l’épilogue d'un déclin entamé avec l'apparition du téléphone portable. Depuis l'apogée de 300 000 cabines en 1997, leur nombre a décliné du fait d'un moindre usage et d'une moindre rentabilité.

Epitaphe à Rouen place de la Pucelle le 1er novembre 2018.

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2021 4 14 /01 /janvier /2021 20:51

DESCRIPTION D’HAUTOT,

Maison de Plaisance proche de Rouen,

Appartenant à M. Le Couteulx des Aubris,

Négociant & Banquier à Rouen

 

Près des bords où la Seine, en son lit tortueux ;

Porte dans l’Océan, son cours majestueux :

Sur le penchant d’un Mont est un Coteau fertile ;

Une Enceinte, où les Dieux fixeraient leur asile.

Le soleil précédé de l’Aurore & du Jour ;

De ses premiers rayons éclaire ce séjour,

L’enflamme du plus haut de sa vaste carrière,

Et le regarde encore en quittant l’Hémisphère.

De son humide sein l’Onde élève des Vents,

Qui changent les Etés en d’éternels Printemps ;

Et l’ardeur du soleil & tempérée & pure,

De ces Climats épais ranimant la nature,

Du vignoble fleuri repousse les frimas,

Et germe dans le Nord des Vins doux & muscats.

 

De ce coteau fécond l’œil sur ces Près s’abaisse ;

Là, des Hameaux voisins folâtre la Jeunesse.

Bergères, gardez vous de ces sombres Bosquets,

On s’y sent attiré par des charmes secrets,

Le tendre Amour y règne, & caché pour séduire,

Jamais l’Amant en vain n’y plait & n’y soupire.

 

Que vois-je ? Des Vaisseaux poussés du sein des Mers,

Partis de tous les Ports de ce vaste Univers,

Pavillons déployés, s’étendent sur la Seine ;

Le flux les apporta, le reflux les ramène.

Au-delà, que d’objets par le hasard rangés !

Sur leur variété mes yeux sont partagés,

Des Clochers perçant l’air de leurs flèches altières ;

D’ambitieux Châteaux entourés de chaumières,

Des Terres, des Vergers, où des hommes heureux

Cultivent de leurs mains les champs de leurs aïeux

Recueillent à l’envie dans l’Eté, dans l’Automne,

Les Moissons de Cérès, & les fruits de Pomone ;

Des Spectacles divers, des lointains spacieux,

Des objets reculés qui s’échappent aux yeux,

Des Montagnes, des Bois qui vont se joindre aux nues,

De la Terre & des Cieux les bornes confondues,

 

Que ne puis-je tracer d’un élégant Pinceau,

Les Déesses, les Dieux de ce riant Coteau !

Ces Dames, d’agréments toujours environnées,

Qui semblent pour penser & pour plaire être nées ;

Ces hommes généreux, favoris de Plutus,

Et sous qui ce Dieu riche, est le Dieu des Vertus ;

Je finis par un trait cette faible Peinture,

Maison commode, où l’Art embellit le Nature,

HAUTOT, vous renfermez sous vos brillants lambris,

De beaux yeux, de bons cœurs, de sublimes esprits.

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2021 2 12 /01 /janvier /2021 06:14

Le Conseil Français d’Héraldique s’étant réuni en Assemblée Générale le 28 novembre 1993 à Paris (75) a homologué les armoiries de la commune de HAUTOT SUR SEINE (76) dans ses registres sous la forme : De gueules au chevron d’or, accompagné en chef de 2 épis de blé du même, et en pointe d’un trèfle d’argent. Et qu’elles sont conformes aux lois et règles de la science héraldique, et ont été officiellement enregistrées sous le numéro 203/1993.

Depuis 2020 il est possible d’en acheter une version en tissu sur le site Mes-ecussons.fr

Il s’agit d’une création artisanale sur support feutrine.

Version personnelle des armoiries d’Hautot-sur-Seine avec devise

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2021 7 10 /01 /janvier /2021 07:10

Nelly Tocqueville exerce la fonction de maire de Saint-Pierre-de-Manneville de mars 2001 à juin 2017. Elle porte le projet de la crèche intercommunale d’Hautot-sur-Seine inaugurée en 2008 qu’elle gère jusqu’en 2017. Elle est la marraine du festival Voix sur Seine qui anime la boule de Roumare depuis 2009. En 2008, elle devient vice-présidente de la CREA (devenue Métropole Rouen Normandie en 2015), chargée des petites communes et occupe le poste de présidente de Logéal Immobilière. Elle est sénatrice de la Seine-Maritime de 2014 à 2020.

Pose de la première pierre de la crèche intercommunale le 22 mai 2007

CREA le mag n°12 de février 2011 : Entretien avec Nelly Tocqueville, vice-présidente en charge des petites communes

CREA le mag : Dans quelle mesure les petites communes sont importantes pour la CREA ?

N.T. : 45 des 7 communes de la CREA comptent moins de 4 500 habitants. Il s’agit d’une spécificité de la CREA par rapport aux autres grandes communautés françaises, qui lui confère une identité particulière : la CREA est autant urbaine que rurbaine et rurale. Cette diversité de situations, cette richesse patrimoniale, naturelle, nous conduisent à une diversité d’approche dans la gestion du territoire, notamment dans notre grande réflexion sur la préservation et la valorisation de nos espaces naturels.

CREA le mag : Peut-on déjà mesurer les conséquences de la constitution de la CREA pour les petites communes ?

N.T. : La CREA soutient bien sûr les projets de ses communes, et notamment des petites grâce notamment au fonds d’aide à l’aménagement, à l’assistance technique, juridique … Dans ce cadre, le rôle d’accompagnement et de conseil des services de la CREA s’avère prépondérant. Mais, de manière plus générale, je constate qu’en un an d’existence de la CREA, les petites communes comme les grandes ont pris conscience de la richesse et de la diversité de notre territoire, de l’intérêt de coopérer les unes avec les autres. Cet esprit de mutualisation, auquel le Président Laurent Fabius est très attaché, va déboucher concrètement sur des formes de coopération, nouvelles pour nous et rares en France. Il s’agit, par exemple, de faire intervenir les services d’une grande commune pour conseiller ou former les agents d’une petite commune. Je pense à du conseil juridique, du conseil financier, mais aussi dans le domaine des espaces verts. Il ne s’agit surtout pas de déposséder la commune de son pouvoir de décider, mais de luis apporter des compétences pour régler un dossier complexe. La CREA est ici l’outil de cette mutualisation, l’interface indispensables entre les communes.

CREA le mag : La mutualisation ne s’effectue donc pas systématiquement à l’échelle de la CREA, ou au niveau des 45 petites communes ?

N.T. : Les grands enjeux de développement doivent bien sûr être menés à l’échelle du territoire. Mais mes collègues ne doivent pas non plus se priver de réflexions intercommunales de proximité, auxquelles la CREA peut apporter un soutien technique précieux. Ce n’est pas incompatible avec la grande intercommunalité. L’exemple type, c’est la crèche intercommunale pour Sahurs, Hautot-sur-Seine et Saint-Pierre-de-Manneville. Nous avons ainsi pu réaliser un équipement performant pour prendre en charge nos besoins actuels et anticiper l’arrivée de nouveaux habitants. Le site d’Hautot, la plus petite commune des trois, a été choisi en fonction des déplacements des habitants.

Intervillages de septembre 2011, Saint Pierre de Manneville remporte le trophée

4ème Edition du festival Voix sur Seine, le 1er juillet 2012 à Hautot-sur-Seine

Cérémonie des vœux le 12 janvier 2013 à Hautot-sur-Seine

 Cérémonie des vœux le 11 janvier 2014 à Hautot-sur-Seine

 Cérémonie des vœux le 10 janvier 2015 à Hautot-sur-Seine

Paris Normandie du 14 juillet 2015 : Les communes de la Métropole Rouen Normandie mutualisent leurs dépenses (extrait)

Maire de Saint-Pierre-de-Manneville et élue de la Métropole, Nelly Tocqueville est à la pointe de cette réflexion entamée par les maires des petites communes.

Comment expliquez-vous le vif intérêt pour la mutualisation ?

Nelly Tocqueville : « Les finances communales sont contraintes et du coup, les élus réalisent qu’il est peut-être un peu stupide que chacun achète un camion balayeuse dans des communes éloignées de 5 km. D’où la réflexion que nous entamons, accompagnés par la Métropole. »

Cela va-t-il se faire sur l’ensemble du territoire ?

« La première réunion a eu lieu en juin dans la boucle de Roumare. D’autres auront lieu fin août. Pour le moment, il s’agit de réfléchir à ce qu’il serait possible de mutualiser. Du matériel donc, mais peut-être aussi des agents dans des secteurs qui ne relèvent pas des compétences de l’agglomération. Nous l’avons fait pour la gestion d’une crèche avec Sahurs et Hautot-sur-Seine. Le modèle a d’ailleurs été repris sur le plateau Est. Cela doit pouvoir se faire pour d’autres choses. »

C’était un leurre de penser que la Métropole allait régler tous les problèmes ?

 « En tant qu’élue, je n’ai pas forcément envie que la Métropole règle tout. Et avant de penser aux compétences qu’elle pourrait prendre, je préfère qu’elle fasse bien ce qui a été mis en place. Le 6 juillet dernier, à la Métropole, l’évaluation des transferts de charges a été validée à l’unanimité moins une voix. C’est bien que l’organisation doit satisfaire les autres. »

6ème Edition du festival Voix sur Seine, le 28 juin 2015 à Hautot-sur-Seine

Prêt de salle à la section locale du parti socialiste le 4 juillet 2016 à Hautot-sur-Seine

De gauche à droite : Nelly TOCQUEVILLE, Valérie QUINIO, Nicolas ROULY, Brigitte MANZANARES et Jean-Bernard SEILLE

Repas des ainés du 16 octobre 2016 à Hautot-sur-Seine

Présentation du projet de conciergerie à Saint-Pierre-de-Manneville le 19 novembre 2016

Le projet de conciergerie intègre trois aspects : épicerie locale, services de proximité, et lieu de convivialité. Le projet prévoit une épicerie avec les produits des fermes dans un rayon de 50 km et une offre des produits de première nécessité. La conciergerie de village mobilise un réseau de prestataires de services. Le porteur de projet est recherché par le Réseau de Conciergeries de Village. L’entreprise sociale LOGEAL collecte les financements pour la construction du bâtiment, comme projet innovant.

Assemblée Générale de l’ADM 76 du 3 décembre 2016

Paris Normandie du 19 mai 2017 : Nelly Tocqueville

sénatrice-maire de Saint-Pierre-de-Manneville et représentante des petites communes, au sein de la Métropole de Rouen, met fin à ses fonctions de maire. Des élections partielles auront lieu aux mêmes dates que les législatives.

Cérémonie des vœux du 13 janvier 2018 à Sahurs 

Nelly TOCQUEVILLE sénatrice, Patrice HALLEY adjoint à Sahurs, Etienne HEBERT maire, David LAMIRAY conseiller départemental, Jean-Pierre GIROD président du parc régional, Brigitte MANZANARES conseillère départementale & Jean-Bernard SEILLE maire.

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2020 4 31 /12 /décembre /2020 09:22
L'année 2020 à Hautot-sur-Seine
L'année 2020 à Hautot-sur-Seine
L'année 2020 à Hautot-sur-Seine
L'année 2020 à Hautot-sur-Seine
L'année 2020 à Hautot-sur-Seine
L'année 2020 à Hautot-sur-Seine

Paris Normandie du 14 janvier 2020 : Les derniers vœux du maire

C’est très ému, que le maire Jean-Bernard Seille a présenté ses vœux à la population du village, les derniers de son mandat puisqu’il a décidé de ne pas se présenter aux prochaines municipales. Dans la salle de réception du château, comble pour la circonstance, on notait la présence des sénateurs Nelly Tocqueville et Didier Marie, de la députée Sira Sylla, des conseillers départementaux Brigitte Manzanares et David Lamiray, des représentants des communes voisines, ainsi que du Parc naturel régional des boucles de la Seine normande.

Jean-Bernard Seille a rappelé que sa ligne de conduite avait été de sauvegarder l’autonomie de sa commune et d’ajouter que, sans l’appui de son épouse, rien n’aurait pu être réalisé. Puis il a dressé le bilan des grands chantiers qu’il a conduits : rénovation de l’école, entretien du château et du cimetière, des logements communaux, de la salle Maurice Brunel, de la piste cyclable, de la zone d’évitage et du belvédère sur Seine. Tout cela, en maîtrisant les dépenses et en préservant la qualité de la vie. Et de citer pour conclure un auteur espagnol, Alberto Espinoza Puig : « On ne sait jamais ce qu’on va trouver derrière une porte, c’est peut être ça la vie, pousser des portes. »

L'année 2020 à Hautot-sur-Seine
L'année 2020 à Hautot-sur-Seine
L'année 2020 à Hautot-sur-Seine
L'année 2020 à Hautot-sur-Seine
L'année 2020 à Hautot-sur-Seine

Cérémonies des vœux 

à Quevillon avec Jean-Pierre PETIT le 8 janvier 2020,

au Val de la Haye avec Etienne HEBERT,

à Sahurs avec Thierry JOUENNE

et à Saint-Pierre-de-Manneville avec Stéphane PIGACHE le 11 janvier 2020.

L'année 2020 à Hautot-sur-Seine

Préparation de la succession : achat de la prochaine écharpe de Maire

Inondations des 11 et 12 mars 2020 à Hautot-sur-Seine

Lors des élections municipales du 15 mars 2020 deux listes se présentent :

ENSEMBLE POUR HAUTOT SUR SEINE AUJOURD’HUI ET DEMAIN avec Jean-Louis ROUSSEL, adjoint sortant comme tête de liste.

Paris Normandie du 3 janvier 2020 : l’adjoint Jean-Louis Roussel brigue le siège de maire

Après dix ans à la tête de la plus petite commune de la Métropole, le maire Jean-Bernard Seille ne se représentant pas, Jean-Louis Roussel, adjoint aux affaires scolaires, enseignant à l’université de Rouen, vise la succession. Il mènera la liste « Ensemble pour Hautot » avec deux autres adjoints (Alain Langlois et Christiane Soudé) et trois conseillers de l’équipe actuelle. Des femmes et des hommes, investis dans la commune à divers titres, complètent la liste et apportent leurs idées, leur temps et le renouveau nécessaire. Un travail d’équipe : Jean-Louis Roussel insiste sur le fonctionnement collégial et sur la complémentarité : « On est plus intelligents à plusieurs. Être maire n’est pas une affaire personnelle, mais un travail d’équipe. Nous avons la compétence et la disponibilité. La commune reste l’échelon qui a encore la confiance des habitants. Faisons vivre la démocratie locale et soyons à l’écoute de chacun. » Selon l’équipe, les grands travaux réalisés ces dernières années l’ont été grâce à une gestion rigoureuse, sans augmentation des impôts. La situation financière est saine et permet d’envisager des travaux. « Nous avons réalisé le vaste chantier de rénovation de l’école. Il faut maintenant garantir le fonctionnement pérenne de l’école maternelle et élémentaire. Nous devons prévoir le renouvellement des équipements, surtout avec l’augmentation attendue de la population. » Concernant le château auquel les habitants sont très attachés, « des travaux de sécurisation du bâtiment et du parc sont à prévoir pour assurer la sauvegarde de l’ensemble. » Côté environnement, « la question des déplacements vers Rouen, la protection des espaces naturels, les risques industriels doivent être traités au sein de l’intercommunalité et de la Métropole », indique Jean-Louis Roussel. L’équipe s’engage également à mieux informer la population, à soutenir les associations contribuant au « vivre ensemble » et les nouveaux projets pour toutes les générations afin qu’Hautot-sur-Seine demeure ce village où il fait bon vivre.

HAUTOT SUR SEINE MA COMMUNE SAINE avec Boris DEMEULENAERE, comme tête de liste.

Paris Normandie du 4 février 2020 : Boris Demeulenaere dévoile son groupe et son programme

Tête de la liste « Hautot-sur-Seine, ma commune saine », Boris Demeulenaere a présenté un programme qui vise une nouvelle dynamique. Annoncée fin 2019, la liste « Hautot-sur-Seine, ma commune saine » conduite par Boris Demeulenaere est entrée dans le vif du sujet en dévoilant la composition du groupe et un programme qui vise « une nouvelle dynamique, partage, transparence et concertation ». À 46 ans, le candidat qui brigue le fauteuil de maire de la plus petite commune de la Métropole (430 habitants) a su s’entourer de dix candidats, dont le plus jeune est âgé de 29 ans et le doyen de 70 ans, avec un noyau d’actifs et quadragénaires. Pas question pour le chef de file que la commune reste cantonnée au rôle de « Petit poucet » : « Pour que le village rayonne, soyons-en les acteurs », lance-t-il. En sept chapitres, le programme aborde l’environnement, la sécurité, la solidarité, l’attractivité, la gestion, le patrimoine communal ainsi que l’intercommunalité. Partisan de mesures concrètes, le candidat estime que les actions éco responsables sont à mettre en œuvre sans tarder avec la création de jardins partagés ou des replantations d’arbres. « Nous souhaitons également entrer dans l’ère de la bienveillance entre générations en mettant en place un système de livraison de courses pour nos aînés et les personnes dépendantes. » Enfin, il estime qu’il est nécessaire d’amplifier l’entraide entre communes limitrophes afin de conserver et développer la crèche, le centre aéré, le sport, l’artisanat.

Les onze candidats de la liste ENSEMBLE pour HAUTOT sur SEINE sont élus.

La pandémie de la Covid19 entraine la mise en place du premier confinement du 17 mars 2020 à 12 h au 11 mai 2020. En raison de la crise sanitaire, la loi du 23 mars 2020 pour faire face à l'épidémie de COVID-19 a notamment prévu que les conseillers municipaux et communautaires, élus au premier tour, entreraient en fonction à une date ultérieure. Suite aux intempéries entre le 10 et 13 mars 2020, une demande de classement de la commune en état de catastrophe naturelle est envoyée.

 

Toutes les manifestations sont annulées. La confection locale de masques est réalisée pour palier à leur pénurie. La rentrée scolaire du 12 mai 2020 a été des plus poignante.

Un décret publié au Journal officiel du 15 mai 2020 fixe la date d'entrée en fonction des conseils municipaux élus au complet lors du premier tour des municipales au 18 mai.

Le Conseil Municipal installé le 25 mai 2020, est composé de  Rosine CAQUELARD, Catherine (CARON) LANGLOIS, Christophe CERQUEIRA, Corinne FOURNIER, Roger JEAN, Alain LANGLOIS (1er Adjoint), Jean Louis ROUSSEL (Maire), Marc DEGRAVE (2ème Adjoint), Gilbert PILU, Christiane (FERCOQ) SOUDE (3ème Adjointe) & Roger TOUZE.

Paris Normandie du 29 mai 2020 : Municipales 2020. Jean-Louis Roussel, élu maire d’Hautot-sur-Seine

Jean-Louis Roussel, maire d’Hautot-sur-Seine, et son équipe municipale ont été élus lundi 25 mai 2020. Le conseil municipal d’installation de l’équipe élue le 15 mars dernier s’est déroulé lundi 25 mai, salle Maurice-Brunel, dans le parc du château. La mairie était trop petite pour accueillir les participants dans le respect des règles de distanciation. Jean-Bernard Seille, maire sortant qui ne se représentait pas a effectué, selon l’usage, l’appel des nouveaux élus. Il a ensuite cédé sa place de président de séance au doyen d’âge, Roger Jean. Jean-Louis Roussel a été élu maire. Le conseil a ensuite procédé à l’élection de trois adjoints, Alain Langlois (travaux), Marc Degrave (finances) et Christiane Soudé (affaires sociales). Le prochain conseil, prévu le jeudi 4 juin, statuera sur les questions budgétaires et la mise en place des commissions.

L'année 2020 à Hautot-sur-Seine

Alain LANGLOIS, Jean Louis ROUSSEL (Maire), Marc DEGRAVE et Christiane SOUDE

Le Conseil Municipal du 25 juin 2020 choisit pour noms des voiries du lotissement du Clos des Buissons incluant l’allée de l’Ancien Vignoble, la rue Louis Lézurier de la Martel et l’impasse Yves-Pierre Boulongne.

Le Maire de Rouen Nicolas Mayer-Rossignol a été élu, le 15 juillet 2020, Président de la Métropole Rouen Normandie, à l’issue du premier conseil métropolitain après les élections municipales du 28 juin. Il succède à Yvon Robert en poste depuis 2019.

L'année 2020 à Hautot-sur-Seine

Petit journal d’Hautot n°1 de septembre 2020 : un nouvel espace jeu

Après vingt ans de bons et loyaux services, l’ancienne structure de jeu dans la cour de l’école n’était plus accessible aux enfants pour des raisons de sécurité. Le conseil municipal a voté l’achat d’une nouvelle structure. Elle sera installée au mois de septembre.

L'année 2020 à Hautot-sur-Seine

Le Maire de Vatteville-la-Rue Jacques Charron a été élu, le 15 octobre 2020, Président du Parc naturel régional des boucles de la Seine Normande à l’issue du premier comité syndical après les élections municipales du 28 juin. Il succède à Jean-Pierre Girod en poste depuis 2008.

Le second confinement est mis en place du 30 octobre 2020 au 15 décembre 2020, les Conseils Municipaux se tiennent désormais à huit-clos en visioconférence. Gilbert PILU démissionne du Conseil Municipal.

Collège du Cèdre à Canteleu : Un élève de 4°4 porte-drapeau à la cérémonie du 11 novembre

Jordan Vincent, élève de 4°4, a réalisé un stage du lundi 2 au vendredi 6 novembre à la mairie d'Hautot-sur-Seine. Monsieur Roussel, maire d'Hautot-sur-Seine, a proposé à Jordan, dans le cadre de son stage dans les espaces verts, de rénover le monument au mort. Voici son travail avec une photo avant/après. Travail de Jordan Vincent. De plus, Jordan a accepté d'être porte-drapeau de la commune rendant ainsi hommage, au nom de la Nation française, aux combattants et aux disparus. Nous félicitons Jordan pour son travail et son engagement.

Le Conseil Municipal du 19 novembre 2020 décide de mettre en vente la « maison du CCAS » située au 25 rue Saint-Antonin.

Lors du Conseil Municipal du 19 novembre 2020, le projet d’une "Cabane à Livres" située dans l’abribus proche de la mairie est présenté. La restauration et l’aménagement de cet abri sera réalisés sous forme participative.

Paris Normandie du 11 décembre 2020 : Manœuvre d’« évitage » en pleine Seine pour le « Maran Odyssey »

Jeudi 10 décembre 2020, le vraquier a fait un demi-tour spectaculaire à hauteur de Hautot-sur-Seine. Manœuvre délicate dans la matinée du jeudi 10 décembre 2020 sur la Seine, à hauteur de Hautot-sur-Seine. Accompagné par trois remorqueurs de TSM et guidé par quatre pilotes de Seine, le « Maran Odyssey » a évité (autrement dit effectué un demi-tour) avec de repartir vers le large. Trop grand pour franchir le canal de Suez : Ce navire « capezie », trop grand pour franchir le canal de Suez ou celui de Panama, avait remonté la Seine samedi dernier. Le vraquier de 289 mètres de longueur pour 45 mètres de large a accosté au terminal Sea Invest, à Grand-Couronne, pour y décharger 60 000 tonnes de charbon en provenance de Richards Bay, en Afrique du Sud.

Photographies du Port de Rouen
Photographies du Port de Rouen
Photographies du Port de Rouen
Photographies du Port de Rouen

Photographies du Port de Rouen

Trois remorqueurs sont nécessaires pour la manœuvre d'évitage : RMT PENFRET à l'arrière, CAPITAINE LOUIS THOMAS à l'avant et TSM LOCH sur le coté gauche

L'année 2020 à Hautot-sur-Seine

Le PETIT JOURNAL D’HAUTOT prend la suite de

L’ECHO D’HAUTOT et d’INFOS D’HAUTOT-SUR-SEINE

(photomontage de Pierre Lemarchand)

L'année 2020 à Hautot-sur-Seine
Partager cet article
Repost0
20 décembre 2020 7 20 /12 /décembre /2020 11:02
La Rue des Prairies d'Hautot à Hautot-sur-Seine

Cette rue correspond à la voirie du lotissement « les Prairies d’Hautot sur Seine ». Cette opération a été présentée par l’aménageur Christian DENIS au Conseil Municipal du 7 septembre  2007. La plaque de la rue a été installée en 2011. Le Conseil Municipal du 8 juin 2012 préfère attendre que le lotissement des Prairies soit terminé pour acquérir les voiries propriété de l’association syndicale libre « La Résidence » et les inclurent dans les voiries communales. Après le transfert de la compétence voirie à Métropole Rouen Normandie le 1er janvier 2015, la voirie est restée propriété des colotis tout comme l’assiette foncière du grand marronnier, les voiries non traversantes n’étant pas reprises. L’association syndicale libre la Résidence créée en septembre 2010, ayant pour objet l’application du cahier des charges, la répartition des dépenses de gestion et d’entretien entre les colotis et surveillance générale de la résidence, a été dissoute après le refus de reprise des voiries par la Métropole.

La Rue des Prairies d'Hautot à Hautot-sur-Seine
La Rue des Prairies d'Hautot à Hautot-sur-Seine
La Rue des Prairies d'Hautot à Hautot-sur-Seine
La Rue des Prairies d'Hautot à Hautot-sur-Seine
Partager cet article
Repost0
12 décembre 2020 6 12 /12 /décembre /2020 05:20

Le 1er novembre 1962, Fernande OBSELIN réalise un inventaire des anciennes tombes du cimetière de la plaine.

Les relevés et photographies des anciennes tombes sont de nos jours un outil d’inventaire pour les recherches généalogiques.

Coté Est

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ici repose le corps de

Médéric TURGIS

Décédé le 6 février 1910

Dans sa 83ème année

Regretté de sa famille

 

Nord-Est. Médéric Casimir Turgis, né le 18 septembre 1827 à Sahurs, cultivateur, épouse le 29 juin 1850, à Sahurs, Marie Séraphine Delarue (1827-1875). Aux recensements de 1901 et 1906 Médéric Turgis vit avec ses enfants Félix (1857), Eugénie (1867), Ernest (1872) et le domestique Julien Sucré (1884).

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

A la mémoire de

Louis Toussaint FOUBERT

Né à Fécamp le 19 avril 1839

Décédé à Hautot le 24 octobre 1896

Regretté de son épouse

Repose en paix

 

La dalle se trouvait au nord-est près du mur. Lors de son décès, Louis Toussaint Foubert, domestique est marié depuis le 25 juin 1887 à Rouen avec Marie Rosalie Prévost, née à Bénouville le 5 janvier 1849. Les tombes de sa première femme Augustine Emilie Limare (1839-1886) et de sa fille unique Emilie (1868-1882) existent toujours.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ici repose

Pierre Gilles MATTARD

Né à Bouquetot le 19 août 1822

Décédé à Hautot sur Seine le 26 novembre 1902

Priez Dieu pour lui

 

Nord-Est. Au recensement de 1901 Gilles MATTARD vit chez son gendre Jules HARLET jardinier né le 8 septembre 1849 à Routot, sa fille Marie MATTARD née le 17 juin 1854 à Rouen épousée le 1er juillet 1877 à Bouquetot et sa petite-fille Valentine HARLET (1878-1965). Le 19 avril 1902 sa petite-fille Valentine HARLET épouse Alexandre CORBRAN à Hautot-sur-Seine.

Selon Fernande Obselin : sa veuve habitait là ou habite Mr Brunel.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ici repose la dépouille mortelle de

Louis François Constantin HUBLET

Né le 6 septembre 1790, décédé le 24 mai 1860

Bon fils, bon frère, bon oncle et bon patron

Il emporte les regrets de ceux qui l’ont connu

Priez Dieu pour le repos de son âme

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ici repose le corps de DUBOIS femme LABBE 

Décédée le 29 octobre 1900

Dans sa 66ème année

Priez Dieu pour le repos de son âme.

 

Nord-Est. Pauline Désirée Dubois, née le 16 septembre 1834 à Hautot sur Seine, a épousé Charles-Florentin Labbé à Hautot sur Seine le 6 octobre 1856. Ils sont les parents de Joséphine Florence Labbé, mariée le 27 novembre 1875 à Hautot sur Seine, avec Adolphe Noél Octave Corbran.

Le décès de Charles Florentin Labbé le 28 décembre 1896 à Hautot sur Seine, est relaté dans le Journal de Rouen du 1er janvier 1897 : Un vieillard, M. Labbé âgé de soixante et onze ans, qui était sujet à des étourdissements, a été trouvé dans sa cheminée. Le corps du malheureux, horrible à voir, était aux trois quarts carbonisé.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

A la mémoire de Léon LIESSE

Né le 23 janvier 1864

Décédé le 21 février 1908 dans sa 44ème année

Regretté de toute sa famille

Priez Dieu pour le repos de son âme.

 

Nord-Est. Léon Victor François LIESSE épouse à Hautot-sur-Seine Maria Alphonsine JAMES le 10 octobre 1891. Au recensement de 1901, Léon LIESSE (38 ans) ouvrier agricole chez Mr POULLARD vit avec son épouse Maria JAMES (30) et leurs enfants Maria (8 ans),  René (6 ans), Charles (2 ans) et Joseph (1 an).

Son fils René Jules LIESSE, blessé le 21 février 1915 à la crête des Eparges, est mort pour la France le 13 mars 1915 à Verdun.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Veuve Geneviève Eulalie LEMORT

Née BOULOY

Le 25 juin 1816

… février 1900

 

Au Nord-Est sur une pierre cassée, Marie Geneviève Eulalie BOULOY est née à Verlincthun (Nord), elle est la veuve d’Antoine François LEMORT décédé le 15 septembre 1842 à Saint-Martin-Boulogne qu’elle avait épousé le 17 septembre 1840, elle est la mère d’Antoine François LEMORT (1839-1903) marié le 11 juillet 1860 à Rouen.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ici repose le corps de

Henriette Elisabeth LIESSE

Veuve MAZIER

Décédée le 8 juillet 1881 dans sa 51ème année

Priez Dieu pour le repos de son âme.

---------

Ici repose le corps de

Frédéric Désiré HERLIN

Décédé le 8 juillet 1881 dans sa 70ème année

Priez Dieu pour le repos de son âme.

---------

F.O. : J’apprends dans le cimetière - le 11.11.1962 - en relevant les inscriptions des vieilles tombes que les deux susnommés décédés tous deux le 8 juillet sont morts brûlés dans la maison habitée maintenant par M. et Mme Julien LEGRAS près le téléphone et contre la propriété du Boulay.

Situé au Nord-Est : deux monuments semblables l’un près de l’autre, qui sont des concessions à perpétuité.

Voir l’article séparé « Le sinistre d’Hautot-sur-Seine du 8 juillet 1881 » (catégorie Cimetières).

La tombe de l’époux d’Henriette Elisabeth LIESSE, Charles Dominique MAZIER, se trouve au cimetière de l’église.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ici repose Aline FORTEL

Décédée à Hautot-sur-Seine

Le 15 juillet 1893

Agée de 60 ans

De Profondis

---------

A ma mère Mme Veuve Edouard FORTEL

Née Armande DUMENIL

Décédée à Hautot-sur-Seine

Le 21 novembre 1881

Agée de 71 ans

 

Dalles située en 1962 sur le côté est du cimetière le long du mur.

Aline FORTEL, célibataire, est la fille d’Edouard FORTEL et d’Armande DUMENIL mariés à Hautot-Sur-Seine le 23 août 1830. Harmante Julie DUMENIL, née le 8 février 1810 à Hautot-Sur-Seine, est la sœur du Docteur DUMENIL dont la tombe se trouve dans l’ancien cimetière de la chapelle et de Louis Adrien DUMENIL Maire de Hautot-sur-Seine de 1846 à 1866.

 

​​​​​​​xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ici

Repose

Le corps de

Emilie FOUBERT

Née à Fécamp

Le 12 juin 1868

Décédée à Hautot-sur-Seine

Le 15 janvier 1882

---------

Regrets éternels

 

Louise Emilie FOUBERT est la fille unique de Louis FOUBERT jardinier de maître et d’Emilie LIMARE. La tombe est située à l’emplacement n°104.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ici repose Pierre Augustin LEMOINE

Décédé à Hautot-sur-Seine

Le XX VIII MDCCCLXII (20/08/1862)

Agé de LXXVIII ans (78 ans)

A la mémoire

De Louise Rosalie GUILLEMARD son épouse

Décédée à Rouen

Le VI Février MDCCCXXX (06/02/1830)

Priez Dieu pour le repos de leurs âmes

 

La tombe est située à l’emplacement n°79, Pierre Augustin LEMOINE né le 2 mars 1784 aux Trois-Pierre est Maire de Hautot sur Seine du 15 février 1844 au 22 novembre 1846. Louise Rosalie GUILLEMART née à Bolbec le 25 janvier 1777 était cuisinière.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Marie Alphonsine LIESSE

Décédée à Hautot le 28 mai 1882

Priez Dieu

Marie Alphonsine LIESSE est née le 7 décembre 1866 à Hautot-sur-Seine. Fille de Jules Léon LIESSE et de Léonie Fortunée CHAUFFRAY, elle est décédée à l'âge de 15 ans. Sa tombe se trouvait derrière celle de Pierre Augustin LEMOINE.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

HOUEL Veuve CARLET

Décédée à Hautot le 10 juin 1883

Agée de 86 ans

Prions pour notre Bonne Mère

 

Françoise HOUEL a épousé à Hautot-sur Seine à l’âge de 40 ans, le 6 octobre 1838 Charles Nicolas CARLET, pêcheur âgé de 48 ans. A cette occasion ils ont légitimés leurs enfants Eugénie et Charles Etienne nés en 1834 et 1838. Françoise HOUEL devient veuve le 3 septembre 1861. Son fils décède le 28 mars 1868. Sa fille Eugénie CARLET épouse successivement à Hautot-sur-Seine Charles BOIMARE en 1855 et Laurent LEGENDRE en 1863. Sa tombe se trouvait près de la tombe LIESSE.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

A mon Epoux

Ici repose le corps de

Pierre Adrien LENOBLE

Décédé à Hautot-sur-Seine le 28 janvier 1875

Dans de 69ème année

Priez Dieu pour le repos de son âme.

Pierre Adrien LENOBLE, maçon, né au Val-de-la-Haye le 16 janvier 1807 est fils de Jean-Baptiste LENOBLE et de Pélagie DUMONTIER (1776-1824). Il épouse le 4 août 1837 à Hautot-sur-Seine Eugénie LESOURD. Au recensement de 1866, Adrien LENOBLE habite avec son épouse et sa nièce Berthe HAMETTE. Eugénie LESOURD est décédée à Hautot-sur-Seine le 19 mai 1889.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 Sud-Est : dalles de la famille Duclos-Coisy

 

A la mémoire de

Charles Augustin BEAUSSIER

Décédé en 1848

-----------------------------------------------------

Ici reposent

Lubin Jean-Baptiste BEAUSSIER

1800 - 1872

---------

Gustave Honoré DUCLOS 1835 - 1906

---------

Gustave Désiré DUCLOS 1877 - 1936

-----------------------------------------------------

F.O. : Dans le même entourage sur une autre dalle : trois filles Gilliard, deux épouses ont épousés des Beaussier et une un Duclos

A la mémoire de

Geneviève BEAUSSIER née GILLIARD

Décédée en 1836

---------

Ici reposent

Claudine BEAUSSIER née GILLIARD

1800 - 1885

Isabelle DUCLOS née GILLIARD

1842 - 1920

 

Le 18 juillet 1876 à Hautot-sur-Seine, Gustave Honoré DUCLOS pharmacien demeurant à Rouen a épousé Isabelle GILLIARD

-----------------------------------------------------

F.O. : Dans le même entourage mais sur une dalle séparée :

Mr Paul COISY

1875 - 1957

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

A la mémoire

d’Emilie Augustine LIMARE

Née à Fécamp le 15 décembre 1839

Décédée à Hautot le 13 avril 1886

Regrettée de son époux

Repose en paix

 

Emilie Augustine LIMARE a épousé à Fécamp Louis Toussaint FOUBERT, jardinier, le 2 septembre 1867. Son décès a été déclaré par Hippolyte Obselin et Dominique Désiré Mazier. La tombe de sa fille unique Emilie (1868-1882) est toujours en place.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ici repose le corps de Marie Eugénie LESOURD

Veuve de Pierre Adrien LENOBLE

Décédée à Hautot le 19 mai 1889 dans sa 72ème année

Priez Dieu pour le repos de son âme.

 

Marie Eugénie LESOURD, née le 8 juin 1817 à Hautot-sur-Seine, est fille de Noël Denis LESOURD et de Marie Catherine DELAMARE. Elle épouse le 4 août 1837 à Hautot-sur-Seine Pierre Adrien LENOBLE né au Val-de-la-Haye le 16 janvier 1807. Eugénie LESOURD est décédée à Hautot-sur-Seine le 19 mai 1889, décès déclaré par son neveu Octave CORBRAN.

La dalle était située au sud près de l’allée. Celle de son époux est en 2020 toujours existante.

L’inventaire du cimetière de la plaine de 1962 à Hautot-sur-Seine

Coté Ouest

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Sainte-Marie BOIMARE

1856 - 1930

Mme BOIMARE née Colombe DENONCOURT

1858 - 1941

 

Sainte-Marie BOIMARE journalier né au Val-de-la-Haye le 7 décembre 1856 épouse à Hautot-sur-Seine le 21 avril 1883 Colombe DENONCOURT domestique née le 14 mars 1858. Au recensement de 1901 ils habitent au Buisson.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ici repose

Mademoiselle Mathilde DELARUELLE

Décédée le 23 août 1898

Dans de 68ème année

 

Dalle le long du mur : concession trentenaire de Bathilde Augustine Eugénie DELARUELLE

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ici repose le corps de feu

Charles Théodore CAPRON

Décédé à Hautot-sur-Seine le 14 décembre 1902

Dans sa 79ème année

Il fut bon époux et bon père

Regrets éternels

Priez Dieu pour le repos de son âme.

-----------------------------------------------------

Ostine COUYERE

Née le 30 mai 1830

Décédée le 4 janvier 1910

 

Tombe située auprès de la précédente. Au recensement de 1891 Charles CAPRON, rentier âgé de 66 ans, habite au Mont Miré avec son épouse Ostine COUYERE rentière âgée de 61 ans.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Docteur C.A.E. BARRÉ

1809-1893

Madame BARRÉ (C.L. Arnoult)

1818-1892

C.L. BARRÉ

1839-1905

 

Il s’agit de la tombe du Docteur Charles Ambroise Edmond BARRÉ (25/07/1809 - 11/12/1893) conseiller municipal de 1881 à 1893, de son épouse Céleste Laurence ARNOULT (23/10/1818 - 08/11/1892) et leur fils Charles Léopold BARRÉ (01/01/1839 -  05/03/1905).

Journal de Rouen des 7 et 8 mars 1905 : M. DEMOMBYNES et la famille ont l’honneur de faire part aux personnes de leur connaissance du décès en son domicile, rue Racine, 4 de M. Charles-Léopold BARRE, décédé le 5 courant à l’âge de 66 ans, et de les prier de bien vouloir assister à la levée du corps qui aura lieu demain mercredi 8 courant à midi précis, et à son inhumation qui se fera ensuite à Hautot-sur-Seine. On se réunira au domicile mortuaire, 4 rue Racine. Il ne sera pas envoyé de lettres d’invitation. On est prié de considérer le présent avis comme en tenant lieu.

Journal de Rouen du 9 mars 1905 : M. DEMOMBYNES et la famille remercient les personnes qui leur ont fait l’honneur d’assister à l’inhumation de M. Charles-Léopold Barré

L’Ouest Eclair du 18 mars 1905 : on annonce la mort à Rouen de M. Léopold Barré, ingénieur, ancien membre de la Chambre de commerce de Rennes. M. Barré avait créé en 1869, en Bretagne, une usine de produits chimiques, qui fut installée successivement à Paimpont et à Betton près de Rennes.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Maurice GAUDEFROY-DEMOMBYNES

Membre de l’Institut de France

1862 - 1957

 

Note de Fernande Obselin : il y a également sa femme décédée auprès de lui, son nom n’est pas mis sur le tombeau.

Le 26 août 1895, Léopold Barré, industriel domicilié à Betton de Bretagne, est 2ème témoin au mariage de son cousin Maurice Gaudefroy (1862-1957) avec Alice Taillarda (1871-1959) à Mur-de-Sologne (Loir-et-Cher), le 1er témoin étant Gabriel Demombynes (1840-1923).

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ici repose

Charles CAPRON

Conseiller municipal

Décédé le 22 novembre 1922

Dans sa 67ème année

Priez Dieu pour lui

 

En 1962, la tombe est située du même côté ouest mais vers le nord, à proximité de la tombe de Louis LESUEUR oncle de Fernande Obselin. Charles CAPRON (1856-1922) est conseiller municipal de 1908 à 1922. Il habite le Marais en bord de Seine où il est le débitant d’un café après y avoir été pêcheur. Au recensement de 1921 il y vit avec son épouse Marie RICHER née en 1863 à Sahurs, sa fille Marguerite, son gendre Alfred COUYERE et ses trois petit enfants, dont Alfred COUYERE né le 5 août 1907 à Petit Quevilly qui sera en 1944 membre des forces françaises de l’intérieur (FFI).

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Victor LEQUESNE

1832 - 1920

Hautot sur Seine

 

Au recensement de 1876, Victor LEQUESNE maçon (45 ans de Sahurs) vit avec sa femme Monique COQUELIN couturière (43 ans), épousée le 18 juillet 1857, sa fille Victorine LEQUESNE repasseuse (19 ans), sa fille Marie LEQUESNE (11 ans) et Denis COQUELIN son beau père (73 ans de St Ouen de Thouberville). Son épouse, Monique COQUELIN, née à Hautot-sur-Seine le 5 février 1835, décède  le 9 janvier 1887. Suite au décès de Mme Fizeaux de la Martel le 16 février 1891 la commune d’Hautot-sur-Seine entre en possession de la maison léguée en 1879 où habite Victor LEQUESNE. Le Conseil Municipal du 14 novembre 1920 rend compte du décès de Mr Victor LEQUESNE conseiller municipal sans interruption depuis 1888.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Léon LIESSE

Né le 2 juin 1836

Décédé le 10 mars 1913

Regretté de son épouse et de ses enfants

 

F.O. : déclaration de Henri ALLAIS faite dans le cimetière même, il se serait égaré en forêt et y serait mort (il avait 77 ans), il fut gardien du cimetière pendant longtemps. Au recensement de 1891 son épouse est Léonie GEOFFROY.

Jules Léon LIESSE, né à Sahurs, épouse à Hénouville Léonie Fortunée CHAUFFRAY le 13 avril 1863. La tombe était située dans l’angle nord-ouest du cimetière.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ici repose le corps de

Stéphanie Désiré PICARD

Né le 19 janvier 1820

Décédé le 13 avril 1883

Il fut bon époux et bon père

Priez Dieu pour le repos de son âme.

 

Tombe située sur le côté ouest du cimetière, à gauche en entrant, au bord du mur.

Stéphanie Désiré PICARD marchand de fourrages, né à Sahurs, est décédé à Rouen. Il a épousé, à Rouen le 21 octobre 1847, Rose Honorine LEMARCHAND.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ici repose Octavie Félicité CORBRAN

Femme LEFIEUX

Décédée le 18 avril 1886 dans sa 73ème année

Munie des Sacrements de l’Eglise

Priez Dieu pour le repos de son âme.

 

Née au Grand-Quevilly le 8 septembre 1813, fille de Pierre Laurent CORBRAN, elle se marie le 9 septembre 1861 à Hautot-sur-Seine avec Alexandre LEFIEUX (1804-1893) douanier et garde de champêtre.

La tombe est située en 1962 devant celle de S.D. Picard. 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ci-Git

Noël Dénis LESOURD

Décédé à Hautot le 22 août 1859

Dans sa 71ème année

Il fut bon époux et bon père

(sur la dalle verticale) Priez Dieu pour lui

-----------------------------------------------------

A la mémoire de

Marie Catherine DELAMARE

Veuve LESOURD

Décédée le 9bre 1881

Dans sa 87ème année

Priez Dieu pour le repos de son âme.

 

La tombe avec une dalle horizontale se trouvait à l’ouest devant la tombe de Maurice Gaudefroy-Demombynes. Noël Dénis LESOURD, soldat au 15ème de ligne de 1807 à 1814, est médaillé de Sainte Hèlène en 1857.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

A la mémoire de Félicie Désirée LESOURD

Veuve CORBRAN

1826 - 1910

---------

Adolphe Bénoni CORBRAN

1819 - 1864

---------

Elisa CORBRAN

1848 - 1852

 

La sépulture se trouve à droite de la tombe précédente. Adolphe CORBRAN né au Val-de-la-Haye épouse Félicie LESOURD, fille de Noël Denis LESOURD et de Marie Catherine DELAMARE, à Hautot-sur-Seine le 12 juillet 1847.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ici repose

Louis Eugène MALMAISON

Décédé le 31 décembre 1913

Dans sa 81ème année

De Profondis

Et

Lucie Marie LESOURD

Femme MALMAISON

Décédée le 26 avril 1916 à 74 ans

 

Au recensement de 1906 ils habitent au Buisson. Eugène MALMAISON, né à Bois-Guillaume en 1833 à épousé à Hautot-sur-Seine le 29 juin 1863 Lucie LESOURD, née à Hautot-sur-Seine en 1841.

L’inventaire du cimetière de la plaine de 1962 à Hautot-sur-Seine
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2020 3 02 /12 /décembre /2020 04:31

Lorsque ma carrière d’élu démarre en mars 2008, comme adjoint aux Finances à Hautot-sur-Seine, Laurent Fabius est élu et réélu député de la circonscription depuis 30 ans. Ancien Premier Ministre, ancien Président de l’Assemblée Nationale, ancien Maire de Grand-Quevilly, il devient également Président de la Communauté de l'Agglomération Rouennaise(CAR) le 3 avril 2008.

Mes souvenirs de Laurent FABIUS, l’homme d’Etat (2008-2016)
Mes souvenirs de Laurent FABIUS, l’homme d’Etat (2008-2016)
Mes souvenirs de Laurent FABIUS, l’homme d’Etat (2008-2016)

Cérémonies des vœux du 10 janvier 2009 à Hautot-sur-Seine.

Laurent Fabius s’implique dans mon élection de Maire en organisant une réunion avec des élus locaux et en m’apportant l’aide de son cabinet pour me conseiller. Il me félicite ensuite pour mon élection par un appel téléphonique.

Laurent Fabius consulte régulièrement les élus locaux. Chaque année au mois de janvier il réunit la plupart des maires du canton de Grand Couronne. Un tour de table permet à chacun d’exposer ses projets et ses préoccupations. C’est une aubaine, de pouvoir côtoyer une telle personnalité.

En vrai Laurent Fabius n’a rien à voir avec son image médiatique, le décalage entre la réalité et l’image est d’ailleurs instructive sur l’état de notre vie démocratique. Laurent Fabius est très impressionnant par sa maîtrise du sujet politique et aux vœux de janvier 2011 pour mon premier discours, c’est pour moi tremblements dans la voie et flageolement des jambes.

La première fois que j’ai vu Laurent Fabius c’était en 1970 à la télévision à l’émission la tête et les jambes, il était déjà impressionnant. Par la suite je l’ai croisé lors de l’inauguration du groupe scolaire Louise Michel en 1989 à Petit-Couronne à qui j’ai donné un souvenir philatélique, lors d’une audience à Grand Quevilly dans le cadre d’une campagne d’Amnesty International, à la cérémonie des vœux d’Hautot-sur-Seine en janvier 1996 il avait caressé la tête de mon premier né.

Laurent Fabius devient Ministre des Affaires étrangères et du Développement international du 16 mai 2012 au 11 février 2016. Le 21 septembre 2012, mon meilleur souvenir est l’invitation des Maires de la circonscription et de leurs conjoints à visiter le Quai d’Orsay.

 

Dîner au Quai d’Orsay du vendredi 21 septembre 2012

Coffret de brioche à l’œuf mollet

Ballotine de volaille au foie gras

Gratin de pennes aux jeunes poireaux

Cœurs de laitue mimosa

Ananas givré en surprises

Giboulée de fruits rouges

-------------

Château Ferrière 2004

 

Voisin de table de Frédéric Sanchez diplomate de formation, avec ma cuiller à soupe et l’œuf mollet dans sa coquille planté au milieu de la brioche, je m’imagine la scène du repas du film « Indiana Jones et le Temple Maudit ».

Mes souvenirs de Laurent FABIUS, l’homme d’Etat (2008-2016)
Mes souvenirs de Laurent FABIUS, l’homme d’Etat (2008-2016)
Mes souvenirs de Laurent FABIUS, l’homme d’Etat (2008-2016)
Mes souvenirs de Laurent FABIUS, l’homme d’Etat (2008-2016)
Mes souvenirs de Laurent FABIUS, l’homme d’Etat (2008-2016)
Mes souvenirs de Laurent FABIUS, l’homme d’Etat (2008-2016)

Au Quai d’Orsay, bâtiment conçu sous Napoléon III comme un lieu d’apparat, plusieurs tableaux impressionnistes sont exposés. Laurent Fabius nous explique que cela n’a pas facile à obtenir. Cela lui vaut d’ailleurs d’être épinglé dans le Canard Enchainé n° n°4795 du 19 septembre dans l’article "Fabius se prend pour le garde des pinceaux".

Mes souvenirs de Laurent FABIUS, l’homme d’Etat (2008-2016)

"Portrait de Madame Joseph Le Cœur" de Renoir  

Son cabinet de Grand Quevilly, toujours en activité, continue à gérer la Réserve parlementaire. Laurent Fabius est alors le Taishang Huangdi (Empereur retiré) de l’agglomération rouennaise.

Mes souvenirs de Laurent FABIUS, l’homme d’Etat (2008-2016)
Mes souvenirs de Laurent FABIUS, l’homme d’Etat (2008-2016)

Vœux de la Métropole Rouen Normandie du 10 janvier 2014 au 106

Il devient Président du Conseil constitutionnel français le 8 mars 2016, astreint à un devoir de réserve, son cabinet local est alors dissous. C’est la fin d’une époque.

Cérémonie des vœux à Sahurs le 9 janvier 2016

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2020 6 21 /11 /novembre /2020 04:40

Le constitutionnel du 3 décembre 1853 rapporte qu’un jeune homme, né à Valenciennes, d’une ancienne famille, qui a quitté la ville depuis un certain nombre d’années, vient, dit l’Echo de la Frontière, de former une riche union à quelques milles lieurs d’ici. Nous apprenons que M. Sainte-Marie Fizeaux de la Martel, chancelier du consulat de France à Calcutta, s’est marié avec Mlle Izoline Courjon, fille de M. Courjon, grand propriétaire à Chandernagor. Le mariage a été célébré le 3 octobre 1853 ; la nouvelle en était connue en France le 15 novembre.

Etienne Sainte-Marie Fizeaux de la Martel est un des petits-fils de Louis Lézurier de la Martel ancien maire de Rouen et maire de Hautot-sur-Seine de 1821 à 1840.

Chandernagor au milieu du XIXème siècle

Acte de naissance de Marie Azélia Isoline COURJON à Chandernagor le 19/01/1835 :

L’an mil huit cent trente cinq le dix neuvième jour du mois de janvier à six heures du matin par devant nous Bernard BOURRILHON, juge de paix, lieutenant de police, chargé de l’Etat Civil à Chandernagor, est comparu le Sieur (…) Marie Adrien BERMONT, docteur médecin chargé du service de santé de cette ville, âgé de trente neuf ans, demeurant rue de Paris, lequel nous a présenté un enfant de sexe féminin, née le dix sept du courant à huit heures et demie précise du soir, dans une maison sise bord du Gath, du légitime mariage du Sieur Pierre Charles Farge COURJON, propriétaire, absent, et de la Dame Marie Antoinette LECLEARCK (*), son épouse, et auquel enfant il a déclaré au nom de la dite dame, vouloir donner le prénom de Marie Azélia Isoline. Lesquelles déclaration et présentation faites en présence des Sieurs Philibert PERROT, greffier notaire au près le tribunal de première instance de cette ville, âgé de quarante un ans, demeurant rue de la Corderie et Jean Mortimer LECOLIER (*), commerçant, âgé de trente quatre ans, demeurant avec la dite dame sa sœur en la dite maison sise sur le Gath, oncle maternel de l’enfant et a le dit Sieur déclarant (qui a assisté à l’accouchement) signé avec nous le présent acte de naissance après qu’il lui en a été fait lecture, ainsi que les deux témoins.

 

 

Marie Antoinette LECLEARCK née à l’île Bourbon est décédée à Paris le 18 juin Marie Antoinette LECLEARCK née à l’île Bourbon est décédée à Paris le 18 juin 1849 à l’âge de 43 ans, et inhumée dans l’ancienne église de Chandernagor. En 1884, son corps sera exhumé et transporté dans la galerie Sud de la nouvelle église du Sacré Cœur (Le Petit Bengali, 7 octobre 1884).

Mortimer LECOLIER né à l’Ile Bourbon (Réunion) est décédé à Chandernagor le 5 avril 1869 à 71 ans

Pierre Charles Farge COURJON né à l’Ile Bourbon est décédé à Calcutta le 6 septembre 1859 à 62 ans

Mortimer LECOLIER et son neveu Alfred COURJON ont financé l’hospice-hôpital de Chandernagor

La tombe de la sœur du Maharadja de Chandernagor à Hautot-sur-Seine
La tombe de la sœur du Maharadja de Chandernagor à Hautot-sur-Seine

Acte de décès d’Etienne Sainte Marie FIZEAUX DE LA MARTEL au Val de la Haye le 13/11/1864 :

Du treizième jour du mois de novembre, l’an mil huit cent soixante quatre, à sept heures du soir, Acte de décès de Etienne Sainte Marie FIZEAUX DE LA MARTEL, chevalier de la Légion d’honneur, demeurant en cette commune, âgé de trente neuf ans, né au dit lieu, le dix août mil huit cent vingt cinq, et décédé ce jour à deux heures du matin, à son domicile, fils de feu André Charles FIZEAUX, et de feue Louise Lucienne LEZURIER DE LA MARTEL, et époux de Dame Marie Izoline COURJON, vivant de son revenu. Sur la déclaration à nous faite par les sieurs Iréné Onésime BARRE, instituteur, âgé de cinquante trois ans, Amand Xavier BERTHE, vivant de son revenu, âgé de quarante huit ans, tous deux voisins et demeurant en cette commune. Lesquels ont signé, après lecture faire le présent acte qui a été fait double en leur présence et constaté suivant la loi, par nous Maire de la commune sus dite remplissant les fonctions d’officier public de l’Etat Civil. Raoul FIZEAUX DE LA MARTEL. 

CI GIT

Etienne Sainte-Marie FIZEAUX DE LA MARTEL

Chevalier de la Légion d’Honneur

Né à Sainte Vaubourg le 10 août 1825

Décédé à Sainte Vaubourg le 13 novembre 1864

Muni des sacrements de l’Eglise

Requiescat in Pace

Le frère de Marie Azélia Isoline, Eugène-Joseph COURJON (1843-1896), richissime créole de Chandernagor, est bombardé « Maharadjah et Prince de Chandernagor », le 25 septembre 1884, par un décret de Félix Faure, sous-secrétaire d’État aux colonies. Ce titre n‘est pas seulement honorifique, mais comporte aussi une liste civile et le droit de nommer, moyennant finances, des dignitaires, nababs et autres vizirs.

Dans le cadre de sa campagne contre Félix Faure, Le journaliste Octave Mirbeau (1848 -1917) dénonce cette aberration grotesque, qu’aucun service rendu ne pourrait justifier, dans quatre articles successifs du Gaulois :  « S. A. le Maharajah Courjon, prince de Chandernagor » (12 janvier 1885), où il rend l’affaire publique; « Son Altesse Courjon » (15 janvier 1885), où il réaffirme la véracité de son récit ; « L’Altesse Courjon » (16 janvier 1885), où, en réponse à Félix Faure, visiblement gêné, il réaffirme que Courjon n’a rendu aucun type de service, hors d’avoir hébergé un ami du sous-ministre, qu’il s’agit là d’une première qui est une source de risée et que Félix Faure ferait mieux d’arrêter les frais en faisant annuler la nomination de Courjon ; et « Polka pour piano » (29 janvier 1885), où il ironise sur Le Figaro, payé pour louanger le talent de compositeur de Courjon.

Extraits des articles de presse :

Qu'était-ce donc que ce M. Courjon ? Son père, un créole de Bourbon, avait débarqué un beau matin avec sa femme et ses deux fils à Chandernagor, où il ne connaissait personne. Il semblait ne posséder aucune fortune. Intelligent, insinuant, remuant, il se mit vite en relations avec les plus puissants rajahs de la contrée, et, quand il mourut, ses deux fils, dont l'un passait pour le meilleur et le plus intrépide chasseur de tigres de l'Inde, furent très étonnés de trouver une assez grosse fortune, sans qu’aucun n’eût pu savoir comment elle avait été gagnée.

M. Courjon a pris sa nouvelle élévation au sérieux. Il se fait donner de l'Altesse Royale par ses domestiques et les garçons de restaurant. On le rencontre, dans les rues, coiffé d'un turban jaune et brun, piqué d'épingles d'or, qui est l'insigne des maharajahs, vêtu d'une sorte de stambouli soutaché de soie noire, et portant sous son bras l'ombrelle blanche.

Acte de décès de Marie Azélia Isoline COURJON à Paris XVIème le 18 janvier 1890 :

L’an mil huit cent quatre vingt dix, le dix neuf janvier, à une heure trois quart du soir, Acte de décès de Marie Azélia Izoline COURJON âgée de cinquante quatre ans, sans profession, née à Calcutta (Indes anglaises) décédée à paris, en son domicile, rue Bertin n°17, hier à quatre heures du soir, fille de père et mère dont les noms et prénoms ne nous sont pas connus, veuve de Etienne Sainte Marie FIZEAUX DE LA MARTEL Dressé par nous Victor Bidault, adjoint au Maire, Officier de l’Etat civil du seizième arrondissement de Paris sur la déclaration d’Edouard HENRY, âgé de trente sept ans, employé, demeurant à Paris, rue de la Pompe n°78, et de Georges SIMON âgé de trente cinq ans, employé demeurant à Neuilly (Seine) qui ont signé avec nous après lecture.

CI GIT

Madame Marie Azelia Isoline COURJON

Veuve de Etienne Sainte Marie

FIZEAUX DE LA MARTEL

Née à Chandernagor Indes Anglaises

Le 17 janvier 1835

Décédée à Paris le 18 janvier 1890

Muni des sacrements de l’Eglise

Requiescat in Pace

Avec l’aide d’Yves BERTRAND

Partager cet article
Repost0